Notre échappée belle – Alex Kin

AUJOURD’HUI : PARUTION DU ROMAN D’Alex Kin

NOTRE ECHAPPEE BELLE

Résumé :

J’attendais le 30 avril impatiemment pour l’acheter en version pour ma Kobo. J’ai demandé à Alex de lui régler directement, qui a accepté sans problème. Il va retrouver le 1er roman « 

Donc vous pourrez le trouver soit en version

Kindle (abonnement) à 0.99 €

Epub : 0.99 €

Broché : 14 €

C’est le genre feelgood que j’aime et qui fait du bien, je vous laisse découvrir. N’hésitez pas à contacter Alex sur facebook.

Très bonnes lectures à vous,

Le Temps d’un livre

Portraits d’auteurs – Nathalie Brunal

Bonsoir tout le monde, voici le 5e portrait d’auteur et je reçois Nathalie Brunal qui va se dévoiler un peu car elle a bien voulu répondre à mon ITW.

J’ai choisi la photo avec un bébé goëland car Nathalie est une gourmande et lors de son escapade sur la côte, elle dégustait une glace et monsieur goëland fût attiré. Normal, vous me direz.

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Coucou, Nathalie, 20 ans, jeune, belle et sexy. Bon, Ok, je jure de dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. Donc, je commence : maman de deux grands enfants, je suis également assistante maternelle. Passionnée de lecture depuis que je sais lire, je suis passée de l’autre côté du miroir en 2017 en écrivant mon premier roman. Clown dans la vie de tous les jours, je voulais que mes livres me ressemblent et soient des concentrés de bonne humeur.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai commencé à écrire tout à fait par hasard en 2017. A cette époque, j’étais en arrêt de maladie, les médecins ne savaient pas exactement de quoi je souffrais et je marinais dans mon jus en me demandant à quelle sauce ils allaient me manger… Je m’ennuyais ferme et j’ai participé à un ligorallye organisé par Laure Manel sur sa page. Il fallait écrire un petit texte en respectant l’ordre des mots proposés par l’auteur. C’est ainsi que sont nés mes personnages Anna et Roger. J’ai trouvé le petit texte sympa et je me suis mise au défi d’en faire un livre de 300 pages. Je l’ai écrit en cachette un peu par peur du ridicule.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

L’étonnement dans les yeux de mes enfants en découvrant mon premier ouvrage publié m’a donné envie de poursuivre l’écriture. Je suis tombée dans la marmite des mots par le plus grand des hasards et une fois à l’intérieur, on ne peut plus s’arrêter. Jamais, je n’aurais pensé être capable d’écrire un roman. Sans la maladie de Ménière et le petit jeu de Laure Manel, je n’aurais sans doute jamais essayé.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui, lesquelles ?

Je connais beaucoup d’auteurs virtuellement parlant. La vie fera peut-être que cela viendra réel. Les éditeurs, j’en connais quelques-uns surtout ceux qui permettent aux auteurs via des prix de proposer leurs écrits. J’ai la chance d’avoir été sélectionnée par les éditions Nouvelles Plumes et une romance historique verra le jour chez France Loisirs en mai.

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

Je suivais Sonia Dagotor sur les réseaux sociaux et on avait sympathisé. Lorsque mon premier roman fût écrit, je lui ai envoyé un MP afin d’avoir des conseils pour tenter ma chance sur Amazon puisqu’elle était auto-éditée. Elle m’a beaucoup aidée et je la considère comme ma marraine de livres. Elle m’a permis d’avancer et d’oublier mes soucis à un moment où mon quotidien était difficile et elle m’a donné envie d’écrire des feel good.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Je n’ai même pas pensé à tenter ma chance en maison d’édition. Pour moi, cela coulait de source de passer par l’auto-édition. j’aime beaucoup le principe de tout gérer de A à Z et d’être maître de son oeuvre. Depuis quelques mois, je vois comment ça se passe avec une maison d’éditions grâce aux éditions Nouvelles Plumes chez France Loisirs. C’est agréable d’avoir son écrit corrigé par un correcteur pro et de ne pas avoir peur qu’il subsiste quelques coquilles. Je leur fais pleinement confiance pour la couverture. Les échanges sont très sympathiques et c’est différent de se reposer sur quelqu’un. Cela me permettra de pouvoir comparer auto-édition et maison d’édition.

7/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Amazon est une bonne façon de se faire connaître et de proposer ses écrits à moindre coût. Si c’était à refaire, j’agirais de la même façon. Je ne regrette pas cette belle aventure littéraire qui m’a permis de faire de bien jolies rencontres.

8/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

C’était juste WAOUH, un sentiment d’euphorie, besoin d’être pincée pour y croire. Tenir dans ses mains son premier roman et espérer que ça marche, c’est irréel, empli d’incertitudes, de joie, de bonheur, d’étonnement, c’est un juste merveilleux moment de bonheur. Et puis voir que mes enfants sont fiers de moi n’a pas de prix.

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Ma famille proche l’a su dès qu’il fut écrit. Mon frère m’a aidée pour la relecture et pour la mise en forme. Ensuite j’ai créé une page facebook et timidement, j’ai commencé à en parler sur les réseaux sociaux. Peur du ridicule, peur du ressenti des autres, mes débuts en communication furent un peu laborieux….

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain)

J’ai dix romans à mon actif pour le moment, essentiellement des feelgood. Une romance historique arrive chez France Loisirs. La suite des Tribulations d’Hortense arrive en mai sur Amazon. Un recueil de nouvelles de Noël verra le jour en fin d’année. Un thriller en cours de relecture sera d’abord lu par le comité de lectures des Nouvelles Plumes avant d’être mis sur Amazon si celui-ci ne les tente pas. Différents romans sont en cours d’écriture : policiers, feel good, romance historique. J’essaie tous les genres afin de me mettre au défi mais le genre qui me correspond le mieux est le feel good.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai participé à plusieurs concours littéraires pour faire plaisir à ceux qui me disaient de tenter ma chance et puis, j’ai eu la chance d’être sélectionnée avec ma romance historique. Je n’ai jamais fait de séances de dédicace et de salons du livre.

12/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

Pas encore fait de séances de dédicaces. Je ne suis pas très à l’aise lorsqu’il faut écrire une dédicace avant d’envoyer un ouvrage alors une séance entière…..

Merci à toi, Nathalie d’avoir répondu à l’ITW. Tu as beaucoup d’humour, en espérant que tes projets se concrétisent. Tu peux compter sur moi, fan de ta plume et toujours pressée de me plonger dans un de tes romans. Ben, si j’étais une petite souris, je diras au Comité de Lecture Nouvelles Plumes de te choisirs.

Le Temps d’un Livre,

Un jour de mars 2020 – 14 auteurs

Bonsoir, je tenais à participer en tant que bloggeuse et lectrice à partager le travail de quatorze auteurs de la Maison d’Edition. J’ai promis de le faire à Caroline et je tiens ma promesse. Alors faîtes de même, venez télécharger ce recueil, cela permettra aux auteurs de cette maison d’édition d’être remerciés pour le travail qu’ils ont fait.

Vous trouverez différents liens sur lesquels vous pouvez télécharger gratuitement le recueil de nouvelles……

Pour télécharger le livre Un jour de mars 2020, allez sur la boutique et cliquez.

rubrique Boutique, mais cela peut vous donner envie de voyager sur cette jolie édition.

https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/un-jour-de-mars-2020
https://books.apple.com/fr/book/un-jour-de-mars-2020/id1510336424?mt=11&ign-mpt=uo%3D4

Des semaines de confinement imposé depuis le début des bouleversements de notre société par le CONORAVIRUS. Et si c’était pour nous l’occasion de revisiter notre façon de vivre ?

Les textes qui suivent nous donnent un autre regard sur ces jours compliqués que nous vivons, avec réalisme, tendresse et beaucoup d’humour. Nos enfants avec l’aide à la guerre anti-Conoravirus, nos amis avec leurs messages pleins d’espoir, nos animaux par leur analyse humoristique de nos actions et réactions, nous content leurs visions du confinement dans des poèmes, des nouvelles, des contes pour petits et grands.

De la frontière franco-allemande à Madrid, de Genève à la Lombardie et jusqu’à la ville de Wuhan, leurs expériences, vécues ou imaginées sont pour nous des idées à reprendre, des exemples à comprendre, à suivre et à méditer pour nous interroger sur nous-mêmes.

Ces histoires autour du Conoravirus sont à lire et à relire pour relativiser et voir ce que nous pouvons tirer de positif de cet état de confinement.

Les fonds sont versés pour l’association Fondation de France https://www.fondationdefrance.org/

afin d’aider les soignants à combattre contre le Conoravirus.

Je vous demande également de bien vouloir partager cet article le plus possible, sur vos murs, blogs, sites personnels. Je vous remercie pour vos partages, vos dons (en mettant ce que vous souhaitez).

Le temps d’un livre

Mamma Maria – Serena Giuliano

Bonjour tout le monde,

Je viens de quitter le second roman de Serena et je suis bien triste. Je suis revenue d’Italie cette nuit.

Sofia revient dans le village d’Adriano Celentano (chanteur, compositeur Italien), sur la côte Almafatine, où il fait bon vivre. Elle a quitté Paris après un chagrin d’amour, elle retrouve Maria, que l’on surnomme Mamma Maria, une bonne Italienne qui passe ses journées derrière le comptoir de son café, que tout le monde et qui adore tout le monde sauf sa belle-fille. Elle prépare des cafés italiens « excellents ». Goûtez-en un vous m’en direz des nouvelles.

Dans ce pays, dans lequel règne les problèmes politique, des migrants, le racisme,mais où l’on retrouve un peu beaucoup de solidarité, l’accueil, le soleil qui chauffe en été.

Serena a su avec sa jolie plume écrire un roman magnifique et tout le long de la lecture, j’étais partie en Italie, un des pays que j’aime beaucoup pour la beauté des paysages, la nourriture (il n’y a pas que la pizza et les pâtes) mais préparées à l’italienne c’est comme le café, il est excellent….. Je vais déguster un petit ristretto italien

Je vous conseille vivement de vous procurer ce roman et même les deux (Cia Bella) dont j’ai fait le retour en février/mars.

Le temps d’un livre,

Linda : on es tous pour Linda Linda

Bonjour tout le monde,

Linda Dasilva participe à un concours et le titre de son journal c’est ici, je vous laisse cliquer tous les jours pour qu’elle puisse gagner. Hier, elle était à l’honneur sur mon blog, ce matin, j’ai eu envie de lui faire une petite surprise.

C’est une auteure que j’aime beaucoup, souriante, agréable, j’aimerais vraiment qu’elle gagne. Je vous laisse le lien et ne me dîtes pas que vous ne savez pas cliquer, je ne vous crois pas.https://concours.librinova.com/concours/journal-de-bord-du-confinement/participations/911-cher-journal?fbclid=IwAR37anJTJvcis2xMPfJYyNEaDaL9CggccOU1x91vsbDp6gb9ETkuxEep53U

Linda, si jamais tu passes en Bretagne, fais un arrêt sur Vannes, Bisous

Très belle journée à toutes et tous,

Le temps d’un livre/Manoue

Portrait d’auteure : Linda Dasilva

Bonjour tout le monde, je vous souhaite un bon dimanche. Aujourd’hui, j’ai Linda Dasilva qui a accepté de répondre à mes questions, voici ses réponses, je vous laisse découvrir cette super auteure :

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Auteure, travaillant dans le Marketing depuis plus de vingt ans, Maman louve d’une princesse de onze ans et d’un serial number two de huit ans. Je suis passionnée de voyages, de lectures et d’écritures, de cuisine, de salsa et tout ce qui concerne notre système solaire.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai commencé à écrire dès l’adolescence en écrivant un journal intime quotidiennement.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Ce qui m’a donné l’envie d’écrire c’est l’envie de poser sur le papier toutes les idées que j’avais en tête, et pour m’évader de mon quotidien.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui, lesquelles ?

J’ai fait la connaissance de beaucoup d’écrivains durant des salons, ainsi que des ME. Citez tous les noms des auteurs serait compliqué, il y en a tellement. Pour les ME, j’ai croisé au Salon du Livre de Mons les Editions Nouvelles Bibliothèques, qui ont l’air adorables ! Sinon, les Editions Inceptio ont l’air pas mal également.

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

A la base je ne voulais pas écrire un roman, juste coucher sur papier quelques idées. Lorsque je l’ai imprimé pour ma famille et mes amis, tout le monde m’a conseillé de le publier, alors je me suis laissée tenter.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Depuis le depuis je suis en AE, mais depuis quelques temps j’ai eu envie de tenter ma chance en ME, afin d’avoir un travail éditiorial sur mes romans, et mon 3ème roman aux Editions Lemart.

7/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Oui très satisfaite, je suis chez Librinova dans leur programme d’Agent Littéraire.

8/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Un sentiment de fierté, mais surtout énormément d’émotions de le tenir dans mes mains, qu’il soit enfin concret.

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Oui sur tous mes réseaux sociaux, sans eux, je n’aurais jamais touché autant de lecteurs : Facebook, Instagram, Twitter et plus récemment LinkedIn.

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

J’ai écrit deux romans en AE : Le Café des Délices – La Rencontre (2018) & Le Café des Délices – De respirer, j’ai arrêté (2019). Mon troisième roman sortira le 3 juin aux Editions Lemart : Poussière d’étoile. Trois femmes, trois destins, trois époques.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Aucun concours littéraires pour le moment, beaucoup de séances de dédicaces à la FNAC, Cultura, Centre Culturel Leclerc. De nombreux salons dont Mons en Belgique, le SDL de Paris, de Boussac, de Chauny, De Belâtre….

12/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

Oui de nombreuses séances, et chaque fois c’est le même plaisir. j’adore les discussions et échange avec les lecteurs, ça rebooste !

Linda, je te remercie d’avoir répondu à mon ITW,

Le Temps d’un Livre

Si vous cherchez une ME, je vous propose celle de Carol Ine La plume de l’Edition

http://plume-edition.fr

Attentat à Belle-Ile en Mer – Suzan Degeninville

Bonjour, j’ai découvert cette auteure tout à fait par hasard de mes voyages sur la toile et j’en fais hein, beaucoup beaucoup. J’en ai acheté 2 car les titres me plaisaient et le résumé également.

Celui-ci plus particulièrement, vu que je connais bien cette île superbe appelée « La Bien Nommée ». Elle se situe dans le Morbihan, une des plus grandes îles avec Houat, Hoëdic et Groix. J’y ai passé de merveilleuses vacances et séjours. Voilà voilà le résumé :

Une bombe éclate sur la terrasse d’un hôtel chic de Belle-île. Un attentat à Belle-île ? Comment cela est-il possible ?
Dominique Vétoldi, commissaire au Quai des Orfèvres, mène l’enquête, mais il n’est pas le seul, car deux agents de l’antiterrorisme sont sur place et ils n’apprécient pas de le voir marcher sur leurs plate-bandes. Secondé par le capitaine de la gendarmerie locale, Vétoldi devra relever le défi de la vérité. Il découvrira la face cachée de cette île paradisiaque qui était jusqu’alors pour lui, un havre de paix. L’amour, la jalousie, la haine, la rivalité, les cancans sont ici présents comme partout ailleurs...

Mon avis :

Belle-Ile, île sur laquelle le commissaire Dominique Vertoldi passe ses vacances. A la fin de ses congés, il est appelé par le Quai des Orfèvres pour qu’il intervienne dans un Hôtel « L’hôtel de Port-Coton » où sur la terrasse, une bombe a éclaté. Aussitôt, il arrive et il va mener l’enquête entre Belle Ile et Paris, Vannes, Quiberon. J’ai trouvé que ce polar était bien écrit, et j’ai bien aimé, je vais d’ailleurs suivre cette auteure.

Pour connaître le fin mot de l’enquête, je vous invite à visiter l’île merveilleuse et surtout imaginer les coins magnifiques que j’adore. D’ailleurs, je vous laisse un peu de photos.

bonne lecture

Le temps d’un livre.

vous pouvez trouver les livres sur les plateformes : librinova – fnac – amazon en broché ou en

Portrait d’auteur : Sophie Détample-Caron

Sophie, a accepté de répondre à mes questions lors d’un interview. Voici, la voilà, dans son magnifique jardin qu’elle ouvre pour que nous plongions dans la piscine. Plouf plouf ! une boisson fraîche, un peu de lecture.

1/ POUVEZ-VOUS VOUS PRESENTER EN QUELQUES LIGNES ?

Je suis une personne atypique avec une hyperémotivité que j’ai toujours considéré comme une « tarre » ; aux vues de plusieurs épreuves affectives personnelle que j’ai traversées durant ma vie. Cette hypersensibilité m’a empêché d’être heureuse à bien des égards ; j’ai eu plusieurs échecs sentimentaux. J’ai été mariée deux fois, divorcée et veuve…. j’ai heureusement trois enfants magnifique. Par contre ma « tarre » s’est avérée très utile pour exercer ma profession de soignante (je suis infirmière) et pour me mettre à écrire, à imaginer des personnages, raconter des situations et des décors en profondeur et de « l’intérieur ».

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai toujours écrit, depuis que je sais tenir un stylo ! par contre j’ai commencé par des petites histoires, mon journal intime, un mode d’emploi d’écologie (à 12 ans), des chansonnettes et des poèmes… beaucoup de poèmes… durant mon adolescence et à l’âge adulte…Je n’ai commencé à tenter d’écrire un roman que sur le tard (à 46 ans).

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Le besoin de créer un monde imaginaire dans lequel l’amour avait la première place… le besoin de me défouler et de créer une situation que je ne vivais pas au quotidien, avec des personnes qui s’aiment et se respectent et qui surmontent les situations difficiles parce qu’elles sont sincères, honnêtes et authentiques. je rêve d’un monde dans lequel les personnes sont ainsi.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui, lesquels ?

Depuis que je fréquente des salons du livre et des groupes de discussion sur internet, j’ai fait connaissance de plusieurs auteurs/écrivains très sympathiques et de talent…. Ils seraient trop nombreux pour les citer, mais il y a connaître et connaître… allez, je me lance pour en citer quelques uns : Laurel Geiss, Corinne Falbet-Desmoulin, Fanny Vernin, etc…Librairie ? ça manque cruellement dans mon coin, du coup, si je cherche un bouquin, je vais plutôt en grande surface, ou commande sur internet.

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

Ma fille m’a poussée, mon premier roman a dormi pendant quatre ans das un tiroir avant que je me décide à le proposer à des maisons d’édition.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Quand j’ai cherché à faire publier mon premier roman « La nounou », je ne savais pas qu’il était possible de s’auto-édite. J’ai accepté la proposition d’une maison d’édition à participation financière : « Les éditions jets d’encre ». J’ai été guidée, corrigée, aidée, soutenue, etc… je ne regrette rien, je suis tombée sur une équipe vraiment très très sympathique, je les adore toujours, tous ! je ne les critiquerais jamais.

7/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Ouawh ! un immense sentiment d’accomplissement de soi ! J’ai enfin réussi à faire quelque chose de concret et de bien dans ma vie. Je ne pourrais plus jamais me considérer comme une « incapable ». Ce « bébé » a été complètement « réparateur » pour moi. En plus, il est beau et aimé de tous. Personne ne m’a jamais donné un avis négatif sur « la nounou » et beaucoup l’ont lu. J’en suis très fière.

8/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Pas de « ma publication mais de « mes publications » ! oui… mais au bout de quatre romans publiés par ma maison d’édition à participation financière, ayant très peu vendu, je me suis retrouvée face à un choix crucial : je n’ai plus un sou à investir dans les livres….. Soit j’arrête d’écrire, soit je continue à écrire mais je tente une auto-édition. J’ai choisi la deuxième solution et j’ai publié « Naufrages en miroir » première et deuxième parties par ce biais. J’en suis ravie.

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Ni à ma famille (hormis ma fille) ni sur internet. Mais j’en ai parlé autour de moi, là où je travaille et de nombreux amis me l’ont pris après, je l’ai mentionné sur fbk…Je ne participais sur aucun groupe d’écrivains à ce moment-là. Et, c’est seulement un an après que j’ai commencé à faire des salons du livre. Mais un journaliste local m’a tout de suite repérée, et je l’en remercie énormément, ça m’a beaucoup encouragée.

10/ AVEZ-VOUS PUBLIE PLUSIEURS ROMANS ? UN NOUVEAU PROJET EST-IL EN COURS D’ECRITURE (FUTUR PROCHE OU LOINTAIN) ?

Oui et oui. Le virus de l’écriture m’a pris, je ne peux plus m’arrêter. En plus, je varie les styles, je n’aime pas écrire toujours la même chose et rentrer dans une case.

Mon premier roman « la nounou » est un roman sentimental. Mon deuxième roman « la secte du bâton doré » est un roman d’aventures avec quelques scènes dignes d’un thriller. Mais il y a aussi du sentimental dedans, à découvrir absolument. Mon troisième est un recueil de petites histoires rigolotes pour petits et grands avec une moralité pour les parents à la fin de chaque histoire : « un soir – une histoire – pour toute la famille ». Mon quatrième livre est un roman qui raconte l’histoire d’une jeune femme qui entre en dépression après avoir vécu des épreuves douloureuses et qui se retrouve confrontée à son ange gardien qui lui donne le choix entre trois avenirs possibles (lui permettant également de réparer certaines erreurs du passé). Lequel va-t-elle choisir ? ce roman s’intitule « une ombre au tableau ». Et enfin, mon dernier roman en auto-édition c’est « naufrages en miroir ». Il est en deux parties – la première : « les échoués de St Lauris » raconte l’histoire d’un naufragé et d’une femme handicapée qui vont se rencontrer et s’entraider. La deuxième partie : « au-delà des maux, les entiments » fait suite à la première et met en scène deux nouveaux personnages : un homme malheureux qui s’est fait larguer par sa femme après 27 ans de vie commune et une femme, auxiliaire de vie, mal mariée, sous l’emprise d’un homme maltraitant despotique, jaloux, tyrannique. Ces deux personnages vont se rencontrer et s’entraider et…..ensemble, ils vont faire la connaissance des deux personnages de la première partie. Ils vont monter un projet commun.

Mon prochain roman ? j’ai à peine commencé, j’ai dans l’idée d’écrire un « polar-érotique »… mais chut, je n’en suis qu’au tout début, et je peux changer d’avis en cours de route, selon mon inspiration.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires ? des séances de dédicaces ?

Des salons du livre, oui quelques-uns, deux séances de dédicaces et j’ai tenté un concours littéraire qui accompagnait un salon, c’était un concours de nouvelles très local, la mienne n’a pas été retenue.

12/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

J’avais la vague impression d’être une mendiante, de quémander de l’attention, de devoir baratiner pour vendre une marchandise que les gens n’ont pas forcément envie d’acheter. Je n’aime pas ça. Cela dit, j’ai très peu d’expérience dans ce domaine, et je me mets trop à la place des personnes qui passent par là par hasard et n’ont pas envie de se faire agresser.

Merci Sophie de nous avoir dévoilé un peu ton petit coin paisible d’auteure.

Jusqu’où va l’amour – Jack-Laurent Amar

Résumé :

A 12 ans, Tom un petit garçon espiègle et plein de vie découvre qu’il est capable d’’influencer l’univers, afin que tous ses vœux soient exaucés.Élevé seul par sa mère à qui il voue un amour inconditionnel, il décide de faire de leur vie un véritable conte de fée. Pourtant, très vite, il réalise que tout ne se passe pas exactement comme prévu…Et s’il existait un prix à payer à son incroyable don, une ligne d’horizon qui répondrait à la question : Jusqu’où va l’amour ?

Mon avis :

Je ne connaissais pas cet auteur mais j’en avais entendu parler, lu les avis élogieux. C’est en discutant avec une amie fbk Sandrine Mantin qui m’a vivement conseillé de lire un des livres de cet écrivain et que j’allais beaucoup aimé.

Je n’avais plus grand chose à lire, enfin si je regarde mes bibliothèques et mes PAL, je me dis « j’exagère ». Le résumé et la couverture m’ont plus.

Tom vit avec sa mère Fabrine, leur relation mère/fils est très touchante même la fusion est extraordinaire. Il a une bande d’amis, les meilleurs amis surtout Nathan qu’il connaît depuis petit. Il le considère comme un frère.

J’ai trouvé ce roman magnifique, riche en émotions, quelques larmes ont été versées mais quelle écriture sublime. Tom souhaite que tout aille bien, fait des rêves, que sa maman soit heureuse, il espère beaucoup de choses mais…………

Je le conseille vivement. A lire absolument,

Le temps d’un livre

Portrait d’auteur : Florence Tholozan

Bonjour tout le monde, voici notre troisième auteure : Florence Tholozan.

Florence a accepté de me répondre à quelques petites questions. Voici ses réponses :

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Bonjour Manoue, je suis ravie de participer à la rubrique Portrait d’auteur. Merci beaucoup de m’avoir invitée. Je vis près de Montpellier, j’ai trois enfants et je suis enseignante. Mon premier roman, La Chinoise au tableau, est sorti en septembre 2019 aux Editions M+. Auparavant, alors qu’il était qu’un manuscrit, je l’ai envoyé aux Editions Charleston lors d’un appel de textes pour concourir au Prix du livre romantique 2019. La Chinoise au tableau a obtenu la troisième place. Seul le lauréat se voyant proposer un contrat d’édition, j’ai poursuivi ma recherche. Quelques mois plus tard, Marc Duteil me contactait. Je venais de rencontrer mon éditeur.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence….)

J’ai toujours été passionnée par la lecture et l’écriture. Adolescente, j’écrivais des poèmes, des chansons pour mes copains musiciens, des articles de journal et même des scénarios de films amateurs. Etant de nature assez timide et émotive, j’étais bien plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral. Je préférais maîtriser ce moyen d’expression, surtout pour dire les choses les plus importantes. L’écrit permet de maîtriser ses émotions, de peser chaque mot, de pouvoir relire, modifier, laisser reposer pour y revenir et saisir sa pensée au plus près. Ecrire est aussi une évasion qui ouvre un monde imaginaire infini, une fenêtre dans la réalité. Ecrire me donne la possibilité d’être libre.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

La tutrice de mon mémoire de fin d’études, qui portait sur l’enseignement de la poésie, m’a conseillé d’écrire un roman un jour. Je n’ai jamais ensuite eu l’occasion d’y penser : je me suis lancée dans ma carrière, j’ai eu mes enfants et la vie a suivi son cours. Après la lecture d’un livre dont j’avais apprécié la composition, je me suis lancée. Un long dimanche de pluie, j’ai eu envie d’écrire la rencontre des personnages. La Chinoise du tableau venait de voir le jour.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui lesquelles ?

J’ai fait la connaissance de nombreux auteurs dans des salons du livre et des groupes littéraires. Il serait impossible de tous les citer. J’ai noué avec certains de belles relations d’amitié et d’entraide, notre passion commune nous rapprochant. J’ai dédicacé mon livre à l’espace culturel Leclerc St Aunès (34) et des séances de dédicaces sont prévues dans les librairies Sauramps Comédie et Siloe de Montpellier.

5/ Comment vous est venue l’idée de publier votre oeuvre ?

Les retours de mes premiers lecteurs m’ont encouragée à tenter ma chance. Même si écrire est une activité solitaire, le lecteur n’est jamais loin dans l’esprit de celui qui écrit. On écrit aussi pour transmettre, partager, enseigner, faire naître des émotions, raconter des histoires qui provoquent une certaine évasion.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? En auto-édition ou avec une maison d’édition ?

J’ai envoyé mon manuscrit à des maisons d’édition car j’avais besoin d’une reconnaissance professionnelle. Si je n’avais pas obtenu de réponse positive, je me serais tournée vers l’auto-édition.

7/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Il y a plusieurs étapes. D’abord le coup de fil de Marc Duteil qui m’annonçait que mon manuscrit avait été retenu. Après qu’il ait raccroché, j’ai laissé exploser ma joie en dansant et riant comme une folle, dans le jardin ! Ensuite je n’ai pu retenir des larmes de bonheur à la réception du livre terminé. Le tenir entre mes mains a été un grand moment ! Puis j’ai ressenti une énorme euphorie doublée d’une immense fierté quand je l’ai découvert dans la plus grande librairie de Montpellier, le jour de sa sortie, aux côtés d’Amélie Nothomb et Guillaume Musso. Je vis un rêve éveillé !

8/ Etes-vous satisfaite de votre publication ?

Je suis très satisfaite du travail réalisé par mon éditeur. Je le remercie infiniment d’avoir cru en moi. La maison d’édition étant à taille humaine, nous travaillons main dans la main et prenons toutes les décisions ensemble. Cette partie de mon travail est passionnante. Des corrections à la conception de la couverture, en passant par la mise en page, tout est nouveau pour moi. Il s’agit d’un réel travail d’équipe.

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Oui, depuis le début, j’ai partagé les différentes étapes avec mes proches et sur les réseaux sociaux, ainsi que sur mon blog. Tout le monde étant derrière moi, cela fait chaud au coeur. Quel bonheur de partager cette belle aventure !

Voici les liens de mes différents réseaux sociaux et blog :

https://www.facebook.com/florencetholozan.auteur

http://florencetholozan.over-blog.com

M+Editions : https://mpluseditions.fr

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

La Chinoise au tableau est mon premier roman. Il n’y en a pas d’autres dans les tiroirs, à part quelques projets plus ou moins aboutis d’albums de littérature jeunesse que je ressortirais peut-être un jour, qui sait ? je commence à penser à l’écriture d’un second roman, tout en accompagnant ma Chinoise dans ses premiers pas vers ses lecteurs.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires , des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai participé au concours des Editions Charleston. J’ai dédicacé mon roman au Salon Paroles d’auteur(e)s de St Clément. J’ai participé au Salon du Livre de Vailhauquès (34) ainsi que les Beaux livres du Domaine de St Clément et au Salon du printemps de St Gély du Fesc (34). En librairie, j’ai dédicacé à l’Espace culturel Leclerc St Aunès (34) et à l’Espace culturel d’Intermarché St Gély du Fesc (34). Des séances de dédicaces prévues en librairies (Sauramps Comédie Montpellier et Siloe (Montpellier) ont été reportées en raison du confinement, ainsi qu’un salon à Palavas-les-flots (34).

12/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

C’est un grand bonheur de rencontrer les lecteurs et de faire la connaissance d’autres auteurs. Il règne une très bonne ambiance. J’ai eu la chance de dédicacer mon livre à la Maison des Proximités de Castelnau le Lez (34) qui jouxte l’école dans laquelle j’enseigne. j’ai pu dédicacer La Chinoise au tableau à mes anciens élèves et leurs parents. Je n’avais pas revu certains d’entre eux depuis près de dix ans. C’était très émouvant pour eux comme pour moi. Pendant le confinement un Salon du livre éphémère a été créé sur Facebook, il s’agit d’un groupe comprenant des auteurs et des lecteurs. L’occasion de riches échanges et de belles découvertes.

Florence, je te remercie d’avoir consacré de ton temps libre pour répondre à mon questionnaire qui nous permet de mieux te connaître.