Portrait d’auteur : Sophie Détample-Caron

Sophie, a accepté de répondre à mes questions lors d’un interview. Voici, la voilà, dans son magnifique jardin qu’elle ouvre pour que nous plongions dans la piscine. Plouf plouf ! une boisson fraîche, un peu de lecture.

1/ POUVEZ-VOUS VOUS PRESENTER EN QUELQUES LIGNES ?

Je suis une personne atypique avec une hyperémotivité que j’ai toujours considéré comme une « tarre » ; aux vues de plusieurs épreuves affectives personnelle que j’ai traversées durant ma vie. Cette hypersensibilité m’a empêché d’être heureuse à bien des égards ; j’ai eu plusieurs échecs sentimentaux. J’ai été mariée deux fois, divorcée et veuve…. j’ai heureusement trois enfants magnifique. Par contre ma « tarre » s’est avérée très utile pour exercer ma profession de soignante (je suis infirmière) et pour me mettre à écrire, à imaginer des personnages, raconter des situations et des décors en profondeur et de « l’intérieur ».

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai toujours écrit, depuis que je sais tenir un stylo ! par contre j’ai commencé par des petites histoires, mon journal intime, un mode d’emploi d’écologie (à 12 ans), des chansonnettes et des poèmes… beaucoup de poèmes… durant mon adolescence et à l’âge adulte…Je n’ai commencé à tenter d’écrire un roman que sur le tard (à 46 ans).

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Le besoin de créer un monde imaginaire dans lequel l’amour avait la première place… le besoin de me défouler et de créer une situation que je ne vivais pas au quotidien, avec des personnes qui s’aiment et se respectent et qui surmontent les situations difficiles parce qu’elles sont sincères, honnêtes et authentiques. je rêve d’un monde dans lequel les personnes sont ainsi.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui, lesquels ?

Depuis que je fréquente des salons du livre et des groupes de discussion sur internet, j’ai fait connaissance de plusieurs auteurs/écrivains très sympathiques et de talent…. Ils seraient trop nombreux pour les citer, mais il y a connaître et connaître… allez, je me lance pour en citer quelques uns : Laurel Geiss, Corinne Falbet-Desmoulin, Fanny Vernin, etc…Librairie ? ça manque cruellement dans mon coin, du coup, si je cherche un bouquin, je vais plutôt en grande surface, ou commande sur internet.

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

Ma fille m’a poussée, mon premier roman a dormi pendant quatre ans das un tiroir avant que je me décide à le proposer à des maisons d’édition.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Quand j’ai cherché à faire publier mon premier roman « La nounou », je ne savais pas qu’il était possible de s’auto-édite. J’ai accepté la proposition d’une maison d’édition à participation financière : « Les éditions jets d’encre ». J’ai été guidée, corrigée, aidée, soutenue, etc… je ne regrette rien, je suis tombée sur une équipe vraiment très très sympathique, je les adore toujours, tous ! je ne les critiquerais jamais.

7/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Ouawh ! un immense sentiment d’accomplissement de soi ! J’ai enfin réussi à faire quelque chose de concret et de bien dans ma vie. Je ne pourrais plus jamais me considérer comme une « incapable ». Ce « bébé » a été complètement « réparateur » pour moi. En plus, il est beau et aimé de tous. Personne ne m’a jamais donné un avis négatif sur « la nounou » et beaucoup l’ont lu. J’en suis très fière.

8/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Pas de « ma publication mais de « mes publications » ! oui… mais au bout de quatre romans publiés par ma maison d’édition à participation financière, ayant très peu vendu, je me suis retrouvée face à un choix crucial : je n’ai plus un sou à investir dans les livres….. Soit j’arrête d’écrire, soit je continue à écrire mais je tente une auto-édition. J’ai choisi la deuxième solution et j’ai publié « Naufrages en miroir » première et deuxième parties par ce biais. J’en suis ravie.

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Ni à ma famille (hormis ma fille) ni sur internet. Mais j’en ai parlé autour de moi, là où je travaille et de nombreux amis me l’ont pris après, je l’ai mentionné sur fbk…Je ne participais sur aucun groupe d’écrivains à ce moment-là. Et, c’est seulement un an après que j’ai commencé à faire des salons du livre. Mais un journaliste local m’a tout de suite repérée, et je l’en remercie énormément, ça m’a beaucoup encouragée.

10/ AVEZ-VOUS PUBLIE PLUSIEURS ROMANS ? UN NOUVEAU PROJET EST-IL EN COURS D’ECRITURE (FUTUR PROCHE OU LOINTAIN) ?

Oui et oui. Le virus de l’écriture m’a pris, je ne peux plus m’arrêter. En plus, je varie les styles, je n’aime pas écrire toujours la même chose et rentrer dans une case.

Mon premier roman « la nounou » est un roman sentimental. Mon deuxième roman « la secte du bâton doré » est un roman d’aventures avec quelques scènes dignes d’un thriller. Mais il y a aussi du sentimental dedans, à découvrir absolument. Mon troisième est un recueil de petites histoires rigolotes pour petits et grands avec une moralité pour les parents à la fin de chaque histoire : « un soir – une histoire – pour toute la famille ». Mon quatrième livre est un roman qui raconte l’histoire d’une jeune femme qui entre en dépression après avoir vécu des épreuves douloureuses et qui se retrouve confrontée à son ange gardien qui lui donne le choix entre trois avenirs possibles (lui permettant également de réparer certaines erreurs du passé). Lequel va-t-elle choisir ? ce roman s’intitule « une ombre au tableau ». Et enfin, mon dernier roman en auto-édition c’est « naufrages en miroir ». Il est en deux parties – la première : « les échoués de St Lauris » raconte l’histoire d’un naufragé et d’une femme handicapée qui vont se rencontrer et s’entraider. La deuxième partie : « au-delà des maux, les entiments » fait suite à la première et met en scène deux nouveaux personnages : un homme malheureux qui s’est fait larguer par sa femme après 27 ans de vie commune et une femme, auxiliaire de vie, mal mariée, sous l’emprise d’un homme maltraitant despotique, jaloux, tyrannique. Ces deux personnages vont se rencontrer et s’entraider et…..ensemble, ils vont faire la connaissance des deux personnages de la première partie. Ils vont monter un projet commun.

Mon prochain roman ? j’ai à peine commencé, j’ai dans l’idée d’écrire un « polar-érotique »… mais chut, je n’en suis qu’au tout début, et je peux changer d’avis en cours de route, selon mon inspiration.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires ? des séances de dédicaces ?

Des salons du livre, oui quelques-uns, deux séances de dédicaces et j’ai tenté un concours littéraire qui accompagnait un salon, c’était un concours de nouvelles très local, la mienne n’a pas été retenue.

12/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

J’avais la vague impression d’être une mendiante, de quémander de l’attention, de devoir baratiner pour vendre une marchandise que les gens n’ont pas forcément envie d’acheter. Je n’aime pas ça. Cela dit, j’ai très peu d’expérience dans ce domaine, et je me mets trop à la place des personnes qui passent par là par hasard et n’ont pas envie de se faire agresser.

Merci Sophie de nous avoir dévoilé un peu ton petit coin paisible d’auteure.