Voyageons en pocket – sorties du jour (20/08/2020)

Lisez les résumés, notez les livres, si cela vous intéresse, je continuerais…..

Nous partirons d’abord au Maroc, aux côtés de Marwan. De marocain, il n’a que le prénom. C’est le pays d’origine de ses parents, mais il en ignore tout. Alors il est stupéfait quand, à la mort de son père, il découvre que celui-ci a tout organisé pour son enterrement à Casablanca. Sur place, il va de surprise en surprise, de rencontre en rencontre, et apprend bien plus qu’il n’aurait imaginé sur sa famille. C’est beau, touchant, émouvant. Un ouvrage qui a concouru pour de nombreux prix littéraires et un voyage dont vous ne sortirez pas indemne.

Prix du Premier Roman de la ville de Paris

Direction Hong Kong maintenant, où le typhon Mangoustan de Rocco Giudice s’apprête à frapper. On y découvre le portrait de trois femmes. Elles sont toutes les trois à un moment crucial de leur vie et se réfugient dans un grand hôtel de Hong Kong au moment où un super typhon va balayer la ville. Et leur vie. C’est à la fois drôle et cruel, et le personnage de Melania est irrésistible.

Puis nous irons à Londres à la rencontre d’un exercice littéraire fort réussi, qui imagine en 1881 une relation entre ces deux monuments du XIXe siècle. La romancière leur invente le même médecin et confident. Le lecteur suit avec délectation ses visites alternées chez l’un et chez l’autre. Et à travers elles leur quotidien, leurs rêves, leurs doutes. Ce premier roman est tout en finesse, brillamment construit, et toujours très actuel.

Enfin, direction le pays de l’oncle Sam pour Un mariage américain de Tayari Jones, lauréat du prestigieux Women’s Prize for Fiction en 2019. On y rencontre Celestia et Roy, un couple modèle de la  » middle-class  » noire du sud des États-Unis. Alors qu’ils viennent de se marier, qu’ils sont jeunes, beaux et promis à un brillant avenir, Roy est accusé d’un viol qu’il n’a pas commis, et condamné à douze ans de prison. La machine à broyer est en marche. Voici une vraie radiographie de la société américaine contemporaine, dont l’auteur dresse un portrait profond et subtil. Ce livre a été plébiscité entre autres par Barack Obama et Oprah Winfrey et vous invite à réfléchir tout en vous piégeant dans une intrigue diablement efficace.

C’est fini pour aujourd’hui les articles sur mon blog, je reviens demain, belle fin de journée.

Le sourire des fées – Laure Manel

Dans ce roman, la suite de « La mélancolie du kangourou » que je conseille de lire en premier car celui-ci est la suite, vous trouverez les personnages principaux : Lou, Rose, Antoine, Hermance, Cédric et Mélanie.

Antoine et Raphaëlle, mariés sont sur le point d’agrandir la famille avec l’arrivée de Lou. Mais, Raphaëlle décédera lors de son accouchement.

Antoine, doit élever seul sa fille Lou, petit bébé qui n’a pas la chaleur maternelle, il embauche une jeune fille Rose pour s’en occuper. Elle prendra la petite, s’en occupera comme si c’était sa fille ce qui exaspère un peu les beaux-parents, et l’entourage d’Antoine. Les années ont passé, Lou a grandi, Rose et Antoine vivent ensemble et comme une famille à 3. Ils ont déménagé et ont quitté la banlieue parisienne et le stress pour aller vivre en Savoie, au Grand-Bornand, chez Hermance, la grand-mère d’Antoine qui les a accueilli dans son super chalet au pied des pistes.

Lou est âgée maintenant de 6 ans et rentre en CP, a un caractère bien trempé et sait se faire entendre mais est tout de même une super petite fille entourée de son papa et de Rose, sa « belle-mère » et de sa Gramima Hermance.

Nous allons suivre l’évolution de notre Lou, qui grandit, change, affirme un peu plus son caractère. Ils vont découvrir les randonnées en montagne, à deux ou à trois, les cours de ski, les galas de patinage. Le patinage est la passion que partagent Lou et Rose, comme le ski avec Antoine.

Dans ce roman merveilleux, doux, émotions, sourires, vous vivez dans un paysage savoyard, vous dégustez les bonnes tartes aux pommes de Gramima, tout au long du livre, j’avais envie de manger une petite part de tarte aux pommes maison. J’ai adoré ce roman. Ce fût un coup de coeur.

J’ai versé mes larmes à certains passages, je vous le conseille vivement.

Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi

Lili, jeune maman d’une petite fille née prématurément, va vivre les premiers moments de sa vie, dans le service néonatalogie d’un hôpital Bordelais. Le personnel, les parents, la famille, les proches viennent rendre visite à ces petits bouts venus trop tôt. Les sages femmes, les puéricultrices, les autres parents mènent une action pour qu’ils vivent. Une équipe médicale soudée qui vivent leurs métiers à fond et qui donnent beaucoup.

Elise, elle, maman, se retrouve seule après que ses enfants aient pris leurs envols, ils ont quitté le nid pour voler de leurs propres ailes. L’une est partie à Londres pour travailler, l’autre se retrouve à Paris pour suivre ses études

Dans ce roman tendre, émotions et sourires sont au rendez-vous. Comme tous les romans de Virginie Grimaldi, j’ai adoré son histoire qui est proche de ce qu’elle a vécu. Je l’ai lu doucement afin de pouvoir vivre ces moments doux, sensibles et merveilleux.

Je vous le conseille, mais également ne pas oublier les mouchoirs.

A l’année prochaine, au printemps pour un nouveau roman.