Portrait d’auteure : Nathalie Thomas-Verney

Bonjour, Nathalie a bien voulu répondre à mes questions, voici ses réponses :

1/Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour Manoue, bonjour tout le monde. Je m’appelle Nathalie Thomas-Verney. Les deux noms sont en fait celui de ma maman et de mon papa joints ensemble. Ecrire n’est pas mon métier malheureusement. Je suis chef d’entreprise depuis 2010 dans le secteur du bien-être. Avant cela j’ai travaillé dans le milieu de la mode, j’étais responsable showroom, milieu que j’ai quitté, écoeurée.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence….)

Dernièrement, mes parents ont déménagé et ma mère m’a remis une petite bande dessinée que j’avais faite quand j’avais six ans ! En fait, j’ai toujours écrit, notamment à l’adolescence. Ce n’était certes que des petites histoires d’une dizaine de pages mais elles abordaient des thèmes qui me tenaient à coeur.

3/QU’est-ce qui te donne l’envie d’écrire ?

Offrir aux autres du rêve, de l’évasion.

4/CONNAIS-TU d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui, lesquelles ?

Je connais de nombreux auteurs, soit parce que nous étions dans la même maison d’édition, soit croisés sur le Net. En premier, je citerai Philippe Muratet, qui a eu la gentillesse de m’héberger lorsque je suis allée chercher mon prix des Arts Littéraires à Toulouse, Marie-Thérèse Denis, toujours de bons conseils, Thibaud Deschamps, un poète formidable, Eric Le Parc, qui a une plume magnifique… la liste est encore longue concernant les auteurs. Pour les éditeurs, j’ai de très bons contacts avec Madame Alonso de chez Fayard.

5/ COMMENT VOUS EST VENUE L’IDEE DE PUBLIER VOTRE OEUVRE ?

Je pense que pour tout auteur cette idée vient tout naturellement si l’on a envie de partager avec les autres.

6/Quel mode de publication AS-TU choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Je crois qu’on ne choisit pas vraiment son style de publication, c’est plus le destin qui le fait pour nous. j’ai eu une première maison d’édition que j’ai laissé tomber car ils manquaient de professionnalisme. Actuellement, je travaille avec ma nouvelle maison d’édition, les éditions Livio.

7/ Es-tu satisfaite de ta publication ?

Oui dans la mesure où on me laisse la liberté de prendre les décisions, je pense notamment à la première de couverture.

8/ AU MOMENT DE LA SORTIE DE TON LIVRE, EN AS-TU PARLE PUBLIQUEMENT ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Oui je pense qu’il faut partager. Je parle souvent de mon travail sur ma page Facebook ainsi que sur mon Twitter et dans quelques groupes que je suis régulièrement. Par contre je n’ai pas le temps de tenir un site personnel, peut-être quand je serais à la retraite….

8/QUEL SENTIMENT AS-TU RESSENTI LORSQUE TON LIVRE A ETE PUBLIE ?

Tout auteur ressent de la fierté et de la joie, je ne fais pas exception.

9/ AS-TU PUBLIE PLUSIEURS ROMANS ? UN NOUVEAU PROJET EST-IL EN COURS D’ECRITURE(futur proche ou lointain).

J’ai déjà publié deux romans chez mon ancien éditeur : Le Dernier Chant du Rossigno (2018) et Destins Interdits (2019).

Mon troisième roman L’Or et le Fer est paru chez mon nouvel éditeur en octobre dernier. Mes deux premiers romans (devenus introuvables du jour où j’ai repris mes droits) seront réédités cette années également par ma nouvelle maison d’édition.
Un roman pour cette année est en cours : Bel Amant. Celui de 2022 est à l’écriture et sont thème est inhabituel pour moi…. je souffre un peu !

10/ AS-TU PARTICIPE A DES CONCOURS LITTERAIRES, DES SEANCES DE DEDICACES, DES SALONS DU LIVRE ?

J’ai participé à trois concours littéraires, deux avec Le Dernier chant du Rossignol (primé au concours international des Arts Littéraires – Toulouse 2019) et un autre avec Destins Interdits (mention d’honneur section « roman » au Golden Aster Book – Rome 2020)

Je n’ai fait qu’une seule séance de dédicace pour Le Dernier Chant du Rossignol avec le Lion’s Club, c’était une petite conférence sur l’histoire du roman, suivie d’une dédicace.

Côté salon du livre, j’ai dû en faire trois ou quatre dont celui de Dourdan en 2019, un salon magnifique et immense vraiment intéressant et riche. Mon expérience était très stressante, notamment avec la petite conférence qui a ouvert la séance.

11/AVEZ-VOUS PARTICIPE A DES SEANCES DE DEDICACES ? QUEL A ETE VOTRE RESSENTI ?

Comme je le disais je n’ai pas une grande expérience des séances de dédicaces mais celle que j’ai réalisée, face aux membres du Lion’s Club, était très stressante, notamment avec la petite conférence qui a ouvert la séance.

Un petit clin d’oeil pour toi Nathalie avec

Portrait d’auteure : Nelly Topscher

Bonjour, je continue dans mes portraits d’auteurs, j’aime beaucoup cette catégorie, permettre de mettre en avant les auteurs, les connaître, un peu, même un petit bout de leur vie personnelle et professionnelle.

C’est au tour de Nelly Topscher qui a répondu OUI pour mon grand plaisir. Cette femme que je ne connaissais que de nom, a bien voulu proposer deux de ses livres à un concours que j’avais organisé sur mon groupe en octobre dernier. J’ai trouvé cela très sympa et surtout généreux.
J’ai acheté son dernier livre qui est un thriller de 138 pages : oh zut ! je suis déjà à fond dedans. Eh Nelly, tu fais plus gros la prochaine fois.

PEUX-TU TE PRESENTER EN QUELQUES LIGNES ?

Agée de 46 ans, je suis juriste de métier et j’ai récemment lancé une activité de conseiller-agent littéraire. Je suis également auteure de romances plutôt noires, et de thrillers.

1/QUAND AS-TU COMMENCE A ECRIRE ? (Enfance, adolescence…)

J’ai comme beaucoup commencé par tenir un journal intime, mais ça m’a vite ennuyé donc je n’ai ensuite plus rien écrit jusqu’à mes stages d’étudiante en droit. Là, soutenue par mon tuteur, lors de mon stage en commissariat, est née la trame de ma première romance, intitulée Retour vers l’amour. Puis un stage en cabinet d’avocat est né Renaissance, mon second roman.

2/ QU’EST-CE-QUI T’A DONNE ENVIE D’ECRIRE ?

L’envie de traduire en mots ce que je voyais ou entendais en stage au départ. Puis simplement l’envie de donner vie à des histoires sorties de mon imagination très féconde.

3/ AVANT LA PUBLICATION DE TON LIVRE, CONNAISSAIS -TU D’AUTRES ECRIVAINS, EDITEURS ?

Personnellement non, à travers les médias et mes lectures, oui évidemment. Je suis une inconditionnelle de Maxime Chattam par exemple.
Le fait de dparticiper à des concours de nouvelles en 2017 m’a permis de me faire des ami(e)s parmi des auteur(e)s peu connus, mais qui ont un sacré talent.

4/ COMMENT T’ES-TU VENU L’ENVIE DE PUBLIER ?

Ce sont mes bêta, rencontrés sur un groupe regroupant de participants à un concours de nouvelles, qui m’ont gentiment poussé à dépoussiérer mes deux 1ers romans, et à les finir. J’ai ensuite envoyé en maison d’édition et trouvé un nid pour mes romans.

5/ PENDANT QUE TU ECRIVAIS, AS-TU EU L’IDEE DE PUBLIER EN AUTO-EDITION, SOUS UNE MAISON D’EDITION ?

C’est très récemment, pour mon second thriller sorti le 13 janvier dernier que j’ai opté pour l’auto-édition. Cela faisait un moment que j’y songeais et j’ai franchi le pas. C’est vraiment autre chose et aimant tout contrôler, je crois que c’est vraiment le concept qu’il me faut. Je suis donc hybride, car mes autres titres restent dans ma maison d’édition de base. Mais je pense que tous mes autres titres seront désormais publiés en auto-édition.

6/TE RAPPELLES-TU TON SENTIMENT LORSQUE TON PREMIER LIVRE A ETE PUBLIE ?

C’est le même qui revient à chaque fois et Ultricem Angelus est mon 8e roman (auquel on peut ajouter 3 recueils de nouvelles en collectif). A chaque fois, je suis prise d’un mélange alliant fierté et peur. L’idée que des inconnus vont avoir une part de moi dans les mains ou sur leur liseuse est grisante et flippante.

7/ AU MOMENT DE LA SORTIE DE TON LIVRE, EN AS-TU PARLE PUBLIQUEMENT ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes facebook, famille, amis).

Bien sûr. J’essaie d’être présente sur les différents réseaux non pas que pour faire ma promo, mais, car j’aime les échanges qu’on peut y avoir. Etre petit auteur nécessite de se battre aussi pour être visible. Donc il faut intégrer des groupes et essayer de se faire une petite place.

Même si j’écris par pur plaisir, il est évident que j’ai l’espoir d’être lue un peu.

8/ AS-TU PUBLIE PLUSIEURS ROMANS ? UN NOUVEAU EST-IL EN COURS D’ECRITURE, FUTUR PROCHE OU LOINTAIN ?

Comme je disais, je viens de publier mon 8e roman. j’en ai 3 de fini qui attendent d’être relus et corrigés et je travaille actuellement sur un thriller plus psychologique déjà bien avancé dans son 1er jet. Déjà couve dans ma tête l’idée d’un autre thriller !

9/ AS-TU PARTICIPE A DES CONCOURS LITTERAIRES, DES SEANCES DE DEDICACES, DES SALONS DU LIVRE ?

En 2019, j’ai effectivement fait plusieurs salons et séances de dédicaces. Le bonheur total. J’adore rencontrer d’autres auteur(e)s, devenu(e)s ami(e)s pour certain(e)s, et bien sur discuter avec des lecteurs ou lectrices. Malheureusement 2020 a été une année blanche et 2021 semble être mal partie. Le retour aux salons n’en sera que meilleur quand on pourra à nouveau se réunir dans de bonnes conditions.

10/ AS-TU ETE INVITE(E) POUR DES SEANCES DE DEDICACES ?

Oui une fois dans une librairie locale et ce fût un fiasco total. Disons que l’auteur avec qui je partageais ce moment était très envahissant et s’accaparait même les gens qui étaient intéressés par mes romans. J’ai fini totalement déprimée ce soir-là.

Du coup, comme pour tout, j’aime plutôt choisir mes engagements. Cela n’évite peut-être pas les déconvenues mais au moins je suis aux commandes de mes choix.

Je vous remercie, toutes et tous d’avoir consacré un peu de temps pour répondre à ce questionnaire.
Egalement, si vous recherchez une maison d’édition très chouette, vous pouvez contacter Carol Ine sur messenger ou ME La Plume de l’Edition (logo sur mon blog), un clic et hop vous y êtes.

Tant qu’à faire de la publicité, je suis pour.

Mamie cascade de Paul Ivoire

Bonjour à tous, déjà le titre m’a tout de suite plu et le résumé également. Je l’avais noté sur mon carnet « spécial achats livres », vu sur le site de la FNAC. Un jour de courses, ayant réglé mes achats alimentaires, wouais je mange aussi mais je lis et je choisis le supermarché qui a un rayon livres ou une boutique livres comme euh « carrefour », « centre culturel Leclerc », U.culture ».

D’un seul coup, mon chariot se dirige à vitesse grand V vers le U-Culture et moi je le suis. Ma boulimie de livres est plus forte que moi : j’en repère quelques uns, le vendeur qui m’a vu, ah ah ! me souhaite ses voeux et me demande ce que je vais lire ou ce que j’ai lu. Oui oui, je lui montre ma maigre liste et en rigolant me dit « je vois : la liste est très longue….non pas du tout.

Paf, entre-temps, les livres m’ont vus et boum boum, je suis attaquée enfin le siège « bébé » par des livres qui s’installent confortablement. Et ouais, je ne repose pas les articles déposés délicatement. Et je repars avec 5 livres, dont certains n’étaient pas du tout sur la liste.

Maintenant parlons de Mamie cascade, Marguerite/Jackie car c’est le personnage principal du roman et je peux vous dire qu’elle s’est séduire son lectorat.

Marguerite, clouée sur son fauteuil roulant à cause de sa cheville qui lui fait atrocement souffrir, il faut dire que Mamie a 80 ans et que pour une ancienne cascadeuse, c’est une sacrée femme, dynamique, rigolote, mais qui a un sacré fort caractère. Elle m’a tout de suite plue.

Mamie a exercé le métier de cascadeuse professionnelle, avec son défunt mari, mais accompagné de Micka son mécanicien, Georges, et d’autres personnes qui ont une place importante dans le coeur de Marguerite. Marguerite vous verrez, vous séduira comme elle l’a fait pour moi.

J’ai vraiment adoré ce roman et je vais lui attribuer

Portrait d’auteure : MAGNIN Martine

Bonjour, je reprends mes portraits d’auteurs et je vous propose de faire connaissance avec Martine MAGNIN.

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Quelques mots sur ma personne : je suis passionnée de philosophie, de psychologie et de sémantique. Après une carrière dans la Communication et les Relations Presse, puis le commerce des Antiquités, je laisse s’exprimer mon goût pour l’écriture. L’humain, les femmes et les mères sont au coeur de mes préoccupations et de mes textes. Petite-fille, fille, nièce, et soeur d’écrivains édités et reconnus chacun dans un secteur d’écriture très différent. Mariée, mère, grand-mère, je partage ma vie entre Paris et le Gard, avec une préférence pour ce dernier.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence….) ?

Un premier conte pour l’ORTF à 10 ans, lu par Jean Nohain, puis, sérieusement mon premier livre il y a une dizaine d’années. Cela étant dans mon métier dans une agence de communication j’écrivais tous les jours, mais pour les autres.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

A la fois ma famille, dont chaque membre ou presque est écrivain, puis la pulsion vitale d’écrire ma jeunesse…. difficile.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui lesquelles ?

je suis née dans une famille d’écrivains tous profils, j’ai toujours lu depuis l’âge de 6 ans, j’ai toujours bénéficié de généreuses bibliothèques familiales, je connais plein d’éditeurs, des petits, des moyens, des minables, des grands prétentieux, efficaces ou non, mais cet univers est assez impitoyable pour les auteurs peu connus, dont moi !

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

Cela m’a semblé naturel, je pense que mes racines familiales y sont pour quelque chose.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Pour des raisons plus ou moins contestables, j’ai cherché un éditeur sans aucune recommandation, donc j’ai ramé comme tout le monde. Après quelques soucis classiques, je suis publiée par des éditeurs moyens qui respectent les auteurs et qui font un vrai travail. Mais je ne suis pas chez Gallimard ou Grasset ! J’ai même publié un de mes textes en auto-éditon par KDP, un désastre total.

7/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Bof, je souhaiterais avoir plus de visibilité et de succès mais je suis très philosophe, et je n’ai pas un égo démesuré. Je suis contente d’écrire, d’être un peu lu, et que mes lecteurs apprécient mes écrits.

8/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Contente sans être éblouie, je me suis surtout mis à écrire et à enchaîner les textes.

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, groupes facebook, famille, amis).

Maintenant, je suis assez active, sur facebook, et je tiens mes amis et famille au courant de mes sorties. Je fais au mieux.

10/Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

  • ma bibliographie :
    • – fiction « Le baiser de Gustav » 2019 – Ed. Pierre Philippe
    • – récit-témoignage « Le confort de l’Autruche » 2019 – Ed. Fauves
    • – thriller « Bien Mal Acquis… » 2019 – Ed Librediteur

  • – fiction « A l’ombre des saules en pleurs » 2020 – JDH Ed.
    • – essai – « A vos souhaits » 2020 KDP
    • – récit-fiction « La mort sur son 31 » 2020 Ed. Encre Rouge
    • – récit « Qu’importe le chemin » 2020 Ed. Fauves
  • – récit « Colliers de Femmes » 2021 Ed Encre Rouge
    • – Dico « Petites Histoires de la mode » 2021 Ed Jourdan

11 et 12/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai déjà un prix, modeste mais agréable, j’ai animé les débats, et fait des séances de dédicaces en librairie, à la FNAC, Cultura et pleins de petits salons régionaux. J’ai même fait 2 fois le salon du livre de paris, mais comme je ne suis pas connue et que mes livres sont chez des éditeurs modestes, j’ai trouvé ce salon plus fatiguant que gratifiant.

Je vous remercie toutes et tous d’avoir consacré un peu de temps à répondre à ce questionnaire.

Très bonne lecture pour connaître Martine MAGNIN

Un Noël au bord de la Tamise Anne Perry

Bonjour, le premier roman de cette auteure que je lis. Je l’ai trouvé bien. Peut-être en vais-je en lire d’autres ? Un bon suspense, facile à lire. Très court.

Worm, 9 ans, orphelin, erre dans les rues pour manger, il vend du charbon. Sans compter sur l’aide de Squeapy, comptable de l’hôtel transformé en clinique tenu également par Miss Claudine, il serait toujours dans la rue. Ces deux personnes l’ont pris sous leur tutelle.

Squeapy, va suivre Worm a aperçu une jeune femme à la chevelure d’or se faire kidnapper ou entrainer par deux hommes d’âges différents. Mais que va-t-il se passer ?

A l’approche de Noël, où tout le monde s’affaire pour décorer leurs maisons, acheter des cadeaux, Worm qui n’a jamais connu cette fête, pose continuellement des questions à Squeapy.

Je dirais que j’ai bien aimé ce roman avec un soupçon de suspense, bien écrit. C’est une auteure connue. Vous la connaissez peut-être ?

Je vais attribuer la note de :

et vous souhaite de le lire si vous en ressentez l’envie. Belle journée,

Le temps d’un livre

Le bonheur dépend d’un flocon : Colleen Wright

Bonjour, une petite chronique d’un roman feelgood, reçu en cadeau par Laëtitia.

Iris et Tim, propriétaires d’une auberge située dans le Vermont, perdue dans les vallées, surtout en période hivernale, reçoivent pour les fêtes de Noël, des amis-clients qui viennent chaque année passer des vacances en été et à Noël.

Cette année est particulière, Hannah va se marier avec Trévor, en petit comité et ont choisi l’auberge d’Iris et Tim pour célébrer leur union. Amis proches, et parents sont de la partie mais…………….

La météo en a décidé autrement, une grosse tempête de neige empêche les invités à accéder facilement à l’auberge. Ils y parviennent tant bien que mal, et dès qu’ils arrivent, ils n’en bougent plus vu l’ambiance chaleureuse, l’accueil avec amour que leur réserve Iris et Jeanne. Jeanne est à la cuisine et prépare des brownies au chocolat servis dans des paniers en osier avec un joli tissu bleu et blanc à carreaux. Il ne faut pas oublier une hôte importante : Cassie, grosse boule de poils qui vient saluer les arrivants.

Allez, je vous le conseille blotti dans un fauteuil ou dans un canapé, enroulé dans un plaid, bloqué par votre chat ou chien qui a posé sa tête sur les pieds ou carrément tout son flanc sur votre ventre. Un chocolat chaud avec des chamallows, je vous vois bien saliver de bonheur. Alors, c’est à vous de le lire.

Et tu entendras le bruit de l’eau Sophie Jomain

Ce roman feelgood m’a été offert par mon amie Laëtitia comme plusieurs autres d’ailleurs. Je lui avais donné une petite liste de livres avec des celui-ci celui-là, mais je suis allée récupérer un colis chez Mondial Relais, il était lourd. J’ai patienté jusqu’au 25 décembre, oui oui je suis une grande fille même si les paquets me faisaient de l’oeil. J’ai même dû les apporter chez papa pour ne pas être tentée de les ouvrir.

Marion Verrier est Fendie Miller ou le contraire. Marion est pour les ami(s) la famille, dans la vie privée. Fendie c’est pour le travail. Elle est journaliste dans un journal people et elle s’ennuie. Elle a envie d’autre chose. Sa chef qui en est une VRAIE, pas aimable, aussi gracieuse que sympa……. une personne à fuir qui lui refuse ses vacances, lui donne du boulot pour le soir et les week-ends.

Un matin, alors qu’elle arrive très tôt, pensant qu’elle est seule, se sert un café à la machine mais entend la vraie « douce » de Mme la chef qui l’appelle dans son bureau. De là, le directeur arrive et ils ont une réunion….. que va-t-il se passer ? à quelle sauce va-t-elle être mangée notre pauvre Fendie/Marion ou Marion/Fendie ?

C’est à vous de le découvrir dans ce roman que j’ai beaucoup aimé et qui m’a fait connaître beaucoup de choses sur la Baie de Somme.

Vous trouverez les livres de Sophie Jomain ici : http://www.sophiejomain.com/

N’hésitez pas à découvrir comme je l’ai fait ses romans. C’est un hâvre de paix, bien écrit. J’en relirais d’autres.

Grand froid Cyril Carrere

Bonjour, depuis le temps que je souhaitais lire le thriller de Cyril Carrere car je lisais beaucoup de compliments, je me suis lancée à Noël, déjà après avoir lu l’avis de son 3e thriller de Claire qui m’a convaincue. Je l’ai offert à deux de mes amies sachant qu’elles aimeraient.

Je vais me trouver les deux autres car lorsque j’aime découvrir un auteur et que sa plume me plait, je suis ses écrits. Il a écrit Le glas de l’innocence et le 4e rassemblement. Son dernier est paru en 2020, fin de l’année.

Lucas, médecin urgentiste au CHU Hôtel Dieu de Nantes, apprend le décès de sa mère adoptive. Très grande avocate, Gaëlle s’occupait d’une grosse affaire. Il va chercher des explications car il ne la croyait pas suicidaire. L’enquête va vous emmener à Nantes puis dans d’autres coins, mais je ne vous dévoilerais pas les coins. Il y aura trois meurtres.

L’écriture est fluide et vous ne lâchez pas le thriller sauf lorsque c’est obligatoire. J’ai pris le temps de le lire et pas le dévorer.

Je vous conseille vivement de lire et de découvrir tous les thrillers de Cyril Carrère.

Le glas de l’innocence paru le 14.08.2018

Le quatrième rassemblement le 20.10.2020

J’ai vraiment beaucoup aimé.

Les polars à Belle-Ile en Mer de Suzan Degeninville

Bonsoir, je voulais vous faire part de la grande générosité de l’auteure Susan Degeninville qui m’a contactée il y a une semaine via le formulaire de contact de mon blog. Aussitôt que j’ai lu son message, j’ai été honorée de connaître que cette femme me proposait ses polars. Je tiens tout de même à la remercier encore une fois (oui je préfère 2 fois que pas du tout c’est comme dire « bonjour ».

Voici ce que j’ai trouvé 3 jours après dans ma boîte aux lettres :

Je vous souhaite une excellente découverte de cette auteure Bretonne. N’hésitez pas à commander ses polars qui se situent en Bretagne et régulièrement sur une superbe Belle-ïle en Mer.

La fureur de lire, anthologie de chroniques littéraires et interviews

Bonsoir,

dans cet article, « La fureur de lire », un recueil de nouvelles écrites par plusieurs auteurs : Laëtitia Colombani, Gaëlle Josse, Gaëlle Nohant, Sarah Saiquet, Pierre Raufast, Alexandra Ughetto, et bien d’autres.

Quelques indications sur La fureur de lire de Marie-Hélène Fasquel et Gabriel Erhart.

Vous pouvez le trouver soit en ebook (kindle) 5.99 € ou broché à 14.00 €

https://www.amazon.fr/fureur-lire-Marie-H%C3%A9l%C3%A8ne-Fasquel/dp/2900608325/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=

Qui sommes-nous ?

Marie-Hélène Fasquel

Professeure agrégée d’anglais, de littérature américaine (en section internationale), chevalier de l’Ordre national du Mérite, sélectionnée au Global Teacher Prize 2017 récompensant les professeurs les plus innovants du monde (voir le dossier de presse ci-joint et l’émission de Laurent Delahousse consacrée à mes méthodes), à la suite duquel elle a publié à la demande des éditions François Bourin L’élève au coeur de sa réussite.  

Auteure publiée (une dizaine d’ouvrages scolaires à ce jour ainsi que deux ouvrages littéraires : Le feu secret et Dissonances).

Jurée du Grand Prix des Lectrices Elle 2020, membre du Cercle Livresque de Lecteurs.com, conférencière, en particulier pour TEDxRennesL’échappée Volée (organisée par TedxParis), TESOL France, elle invite régulièrement des écrivains dans ses cours et sur son blog. 

Gabriel Erhart

A écrit et jeté toutes sortes de livres et de poèmes jusqu’au jour où sa collaboration avec Marie-Hélène Fasquel l’a rendu plus raisonnable. 

Compositeur, professeur de jazz en Conservatoire, saxophoniste et flûtiste, il a, pendant plus de dix ans, dirigé un big band et joué dans des festivals, des clubs, ainsi que pour des ciné-concerts en Égypte et poursuit actuellement cette carrière musicale avec ses filles dans CANTUS FAMILIAS, un quatuor qui s’est produit à Paris au Théâtre des Rendez-Vous d’Ailleurs pour le lancement du recueil de nouvelles intitulé Dissonances (publié à l’origine par Les éditions Nouvelle Bibliothèque).

Présentation de l’ouvrage 

Romans, essais, livres pour enfants, La Fureur de lire, réunit un choix de chroniques parmi les quelque mille parues depuis une dizaine d’années sur notre blog Fahrenheit 452.

Beaucoup d’auteurs – connus ou moins connus – cités dans ce recueil se sont amicalement prêtés au jeu de l’interview, ce qui vous permettra d’en savoir plus sur les habitudes, voire les petits secrets de certains écrivains d’aujourd’hui.

Existe-t-elle toujours la fameuse angoisse de la page blanche ?

Quelle méthode adopte un auteur, une auteure du vingt et unième siècle, un plan préétabli, ou la voie de l’intuition ?

Le papier et le stylo ont-ils toujours droit de cité, ou l’ordinateur règne-t-il en maître ?

Le sommeil, ou bien son manque, sont-ils toujours propices à l’inspiration ?

Un rituel est-il nécessaire ?

Les écrivains ont des habitudes, sans lesquelles – du moins le croient-ils ! – rien ne se passerait.

Découvrez leurs livres au fil de cette anthologie, leurs souvenirs, leurs premiers pas d’écrivain durant l’enfance, et laissez-vous entraîner par ces auteurs pour qui le monde entier s’évanouit lorsqu’ils se noient avec délectation dans leur passion commune, qu’ils soient lecteurs, toujours compulsifs, ou créateurs.

Description de l’ouvrage :

Une anthologie complète :

plus de 100 chroniques,

des fictions, des documents, des albums jeunesse,

des romans contemporains, des ouvrages classiques,

des auteurs connus et moins connus,

des auteurs édités dans de nombreuses maisons d’édition, quelques auteurs indépendants,

des chroniques mêlant humour, sérieux, analyse littéraire et sociétale,

des interviews qui nous plongent dans l’univers personnel des auteurs, dans les affres de la création (ou pas)…
en bref, une ode à la littérature, un soutien aux auteurs et auteures qui ont tant souffert du confinement !

Pour les auteurs cités ci-dessous, je vous remercie de bien vouloir venir jeter un oeil sur cet article :

Laëtitia Colombani – Gaêlle Josse – Gaëlle Nohant – Sarah Sauquet -Pierre Raufast – Alexandra Ughetto –

bonnes lectures à toutes et tous

Quelques liens 

Émission israélienne : Histoires et découvertes, i24 news (interview sur Rudyard Kipling, chroniqué dans La fureur de lire)

Interview France 3.

Conférence O21 organisée par Le Monde sur l’innovation.

Émission RFI (Radio France Internationale) sur L’élève au coeur de sa réussite et le Global teacher Prize

Je vous laisse découvrir également plusieurs videos youtube :

Marie-Hélène m’a confié les informations que j’ai reprises sur l’article. Merci de bien vouloir prendre le temps de les lire et de les commenter.

Bonne soirée,
Le temps d’un livre (Manoue)