L’enfant de la Seine d’Alyson Lascaux

Bonjour tout le monde, j’ai été contactée par une adorable jeune auteure qui se promène Alyson. Cette dernière m’a proposé de lire son roman l’enfant de la Seine. Une fois que j’avais commencé la lecture, je n’ai pas pu m’arrêter tellement j’ai trouvé cette histoire intéressante et également très bien écrite.

Résumé :

Hannele est une étudiante sérieuse et aimante, qui, en plus de ses études, est jeune mère au foyer. Elle trace son propre chemin, sans l’aide d’une famille qui la met de côté. Seule, elle va devoir prendre sa vie en main. Giovanni est un jeune SDF, depuis qu’il a annoncé à ses parents qu’il voulait vivre de sa passion: la musique. Séparé des siens, il va devoir se reconstruire. Norah, la soeur de Giovanni, a longtemps été privée de son frère. Elle va mettre tout en oeuvre pour le retrouver. Hannele et Giovanni ne se connaissent pas mais une simple coincidence va faire basculer leurs existences. Tous trois nous guident sur le chemin du bonheur et de l’amour, semé d’obstacles. Mais jamais infranchissables.

Mon avis :

Giovanni 20 ans, a une seule idée en tête, faire de la musique et devenir musicien. Il abandonne ses études, prévient ses parents de ce qu’il veut faire. Là, la réaction de son père est très violente, celle de sa mère qui n’ose rien dire, se terre dans un mutisme qui n’a pas le droit de l’ouvrir. Seule, sa petite soeur Norah, malheureuse, essaie de le retenir sans succès.

Il part, sac à dos comme seul bagage et ne se retourne pas, la mort dans l’âme pour sa petite soeur, qui a toujours été présente, sa confidente.

Hannele, 20 ans, étudiante en psychologie est amoureuse, mais le jeune homme la quitte sans un mot. C’est quelques mois plus tard qu’elle sent un petit être bouger. Elle qui souhaitait devenir maman jeune, son rêve se réalise et va tout faire pour s’en sortir avec son bébé. Elle devra affronter les études et sa fille pour réussir.

Deux êtres, meurtris par leurs parents, l’un qui essaie de s’en sortir, l’autre qui continue à se battre.

L’avenir nous en dira plus, ce roman trop court à mon goût, mais très fort en émotions que le contenu de cette histoire merveilleuse, je ne peux que vous le conseiller bien évidemment.

Le roman est très bien écrit, je souhaite qu’Alyson continue dans l’écriture. Bravo Alyson. Alyson a eu la bonne idée de personnaliser chaque chapitre ce que j’ai beaucoup aimé.

Portrait d’auteure : Mélanie Raffin

Bonjour tout le monde, c’est aujourd’hui que nous allons faire connaissance avec Mélanie Raffin, auteure.

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis joueuse. Je vais commencer par un petit jeu pour vous laisser deviner mon âge (avancé ?).

Vous êtes prêt(e)s ? C’est parti !

J’ai grandi bercée par le club Dorothée et Nicky Larson. J’attendais que mon nom apparaisse à l’écran pour que Dorothée me souhaite mon anniversaire. Bien évidemment elle préférait chanter sur ses chaussettes plutôt que de s’occuper de mon cas ! (c’est avec grand plaisir que je vous inscruste cette chanson dans la tête pour la journée) !

Quand mes parents m’envoyaient chercher le pain, je revenais avec un énorme paquet de bonbons acheté avec la monnaie. Ahhh ! Cette époque bénie où mon postérieur ne m’en voulait pas de me goinfrer !

J’ai connu mes premiers émois amoureux grâce à José et Nicolas. (Grrr) J’ai même supplié ma mère de m’acheter un survêtement violet de toute beauté à l’effigie d’Hélène et les garçons. (J’ai fouillé dans les archives pour vous poster la preuve!)

J’ai passé des heures à enregistrer mes chansons favorites sans les pubs sur cassette audio lorsqu’elles passaient à la radio. Puis je les écoutais sur mon walkman. (là normalement j’ai déjà perdu les plus jeunes d’entre vous !)

J’ai découvert le téléphone portable au lycée. J’ai passé des heures avec le petit serpent de mon 33-10. J’ai envoyé des messages en comptant chaque mot et utilisant le mode t9. Je n’avais pas besoin de m’inscrire à la salle de gym… les créneaux de ma 205 suffisaient à rendre mes bras plus gros que ceux de Monsieur Propre.

Bon vous avez trouvé, j’en suis certaine : j’ai 36 ans…. cet âge où nous sentons la quarantaine se rapprocher dangereusement ! J’habite dans une bourgade perdue dans la plus belle région du monde…. la Bretagne bien sûr ! Je suis maman de deux plus beaux garçons de l’univers… comme tout le monde évidemment ! Au départ, je suis enseignante, mais ça, c’était avant !

Il y a un peu plus d’un an, une lumière s’est éclairée dans mon cerveau embrumé : et si j’écrivais pour m’exprimer ? Je trouve le monde parfois bien triste, du coup j’ai voulu écrire des livres qui donnent le sourire à mes lecteurs.

Et voilà, mon premier bébé : « Si tu revenais » est sorti en novembre 2020. Mes collègues auteurs pourront le confirmer : quand tu as mis le doigt dans l’écriture, tu ne peux plus t’arrêter.

Début mai, j’ai donc sorti mon deuxième bébé livresque « Pour que tu m’aimes un peu »… oui je suis très fleur bleue…

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

Même si j’ai toujours aimé manier la plume, je n’avais jamais sauté le pas. Puis, j’ai rencontré des auteurs qui m’ont encouragée. J’ai donc publié mon premier livre en novembre 2020. L’écriture m’apporte une grosse dose d’évasion. Quand j’écris, j’ai le sentiment de voyager dans un monde à part. Je m’enferme dans ma bulle loin de tout. De plus, j’utilise ma plume pour transmette mon ressenti profond sur la vie. C’est libérateur de pouvoir coucher sur le papier autant de sentiments. Je crois que l’on a tous eu envie de hurler face aux situations de notre vie quotidienne. Je me sers de mon clavier pour m’exprimer.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné envie d’écrire ?

J’ai eu besoin de m’exprimer. Je suis bien plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral. Du coup, j’ai décidé de prendre mon ordinateur et d’essayer de voir si je pouvais en sortir quelque chose. Et hop ! Deux romans ont germé.

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

Oui je suis assez proche de plusieurs autoédités qui m’ont guidé pour cette première publication.

4/ Comment t’es venu l’idée de publier ?

Avec beaucoup d’appréhension, j’ai fini par oser cliquer sur le petit bouton pour publier. J’ai d’abord pensé que je n’avais pas grand-chose à perdre. Devant l’engouement suscité par mon premier roman, j’ai décidé de ne plus m’arrêter.

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition, sous une maison d’édition ?

J’ai choisi l’auto-édition pour conserver ma liberté. Mais je n’exclus pas de faire appel à des maison d’édition un jour.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

Peur, appréhension, excitation… bref un torrent d’émotions toutes plus contradictoires les unes que les autres. Quand on écrit un livre, on a le sentiment de se mettre nue devant son lectorat. C’est très déroutant.

7/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fb, blog perso, site perso, groupes fb, famille, amis).

J’ai créé une page facebook et instagram sous mon nom de plume. J’ai aussi communiqué auprès de mes proches. Mais j’avoue que j’appréhendais encore plus leurs avis que ceux des inconnus.

https://www.facebook.com/melanie.rafin.

12https://www.instagram.com/melanie_rafin/?r=nametag&fbclid=IwAR0zed178MG3pxy19q9N_YwcLYGLJx2UxnfgJ4Reeoy1mihMhheBM4jz56Y

8/ As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau est-il en cours d’écriture, futur proche ou lointain ?

J’ai publié « si tu revenais » en novembre 2020 et « Pour que tu m’aimes un peu » en mai 2021. Mon petit troisième est en cours d’écriture et sortira à l’automne. Je ne compte plus m’arrêter d’écrire.

9/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Malheureusement pas pour le moment. La situation sanitaire ne me l’a pas encore permis.

10/ As-tu été invité(e) pour des séances de dédicaces ?

Pas pour le moment non plus. Mais je serais ravie d’y participer.

Je te remercie, Mélanie, pour t’être un peu dévoilée. Vous pouvez trouver ses romans sur sa page auteur et sur amazon :

https://www.amazon.fr/Pour-que-tu-maimes-peu/dp/B0948LLSBS/

Le dernier acte de Cédric Castagné

Bonjour tout le monde, j’ai été contactée par l’auteur Cédric Castagné pour lire en avant-première son nouveau bébé, un thriller qui est paru le 19 juin 2021. J’ai été enthousiaste de cette proposition et j’ai pu le lire.

Après trois ans d’absence, Cédric, revient avec un nouveau thriller « Le dernier acte ».

Résumé :

Léo ne goûtera pas l’insouciance de la jeunesse. Son monde s’effondre à la mort de sa mère. Des adieux déchirants et une vie à reconstruire… à sept ans, à peine.

Vingt ans plus tard, Bacem Marouani et David Pinetta enquêtent sur de mystérieux meurtres perpétrés en région parisienne. Des meurtres aux mises en scène sordides, dont l’auteur demeure insaisissable. Engagés dans une traque sans merci, les deux enquêteurs devront dépasser la rancœur qui les oppose, au risque de plonger en enfer.

Après deux ans de chômage, Manon pensait pouvoir rebondir avec ce nouveau job. Un gagne-pain indispensable à sa famille. Mais la réalité s’impose à elle comme une fatalité implacable. Charles Delmont, ce chef autoritaire à l’attitude ambivalente, la terrorise chaque jour un peu plus.

Un garçon livré à lui-même, deux enquêteurs lancés dans une course contre la montre, une femme condamnée à survivre… et cet ennemi invisible qui tue et signe chacun de ses meurtres de tags énigmatiques. Pour livrer sa vérité. Cette vérité qui éclatera bientôt au grand jour, lorsqu’il en aura fini.
Lorsqu’il aura accompli… son Dernier Acte.

Mon avis :

J’ai été conquise lorsque Cédric m’a proposé d’être la bêta-lectrice de ton thriller. La chronique, je l’ai gardée, couchée dans un cahier que je publie comme tu me l’as demandé le 27 juin.

L’écriture, est très fluide, nous rencontrons tout de suite dans l’histoire qui vous mène à des meurtres plus ou moins terribles. Léo sera profondément effondré lorsqu’il perdra sa mère à l’âge de 7 ans à peine. Il devra quitter son beau-père qu’il aimait beaucoup pour retrouver son père, qu’il connaît à peine, et son frère Aaron. La vie ne sera pas rose.

Bacem Marouani et David Pinetta deux flics vont enquêter sur des meurtres sordides qui se déroulent en région parisienne, mais l’auteur demeure insaisissable. Les deux enquêteurs vont devoir mettre leur haîne qu’ils éprouvent l’un pour l’autre car ils n’ont pas de choix. Marion, après deux ans de chômage trouve un travail comme secrétaire, son gagne-pain indispensable pour faire vivre sa famille. Son patron Charles Delmont, la terrorise de plus en plus, et sa force de caractère l’encourage à aller travailler tous les matins.

Les meurtres seront reconnus car ils sont signés par des # suivi d’un numéro avec un message, de quoi faire peur. La vérité éclatera au grand jour lorsqu’il en aura terminé.

Ce thriller est excellent. Je lui attribue un :

Portrait d’auteure : Magali Chacornac-Rault

Bonjour, voici une auteure qui a répondu présente pour nous parler d’elle, enfin surtout de son métier d’auteure, il s’agit de Magali Chacornac-Rault. Elle a bien voulu répondre à mon questionnaire :

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour, je m’appelle Magali, j’ai la quarantaine et je suis maman de deux ados. J’aime la lecture, la musique et découvrir la nature…

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai commencé l’écriture à l’adolescence après la mort de mon père, c’est à ce moment-là que je me suis inventée des histoires mais j’étais toujours déçue par le rendu à l’écrit de ce que j’avais en tête. J’ai donc arrêté de coucher mes histoires sur le papier mais je continuais à en inventer, ça a même pris de l’ampleur avec l’arrivée de mes enfants. Il a fallu attendre des années avant que je reprenne le chemin de l’écrit et que je sois satisfaite de mes productions.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné envie d’écrire ?

L’envie de partager mes histoires comme je le faisais avec mes enfants… l’oral étant limité, je me suis tournée vers l’écrit.

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

Je communiquais beaucoup avec des auteurs de petites maisons d’éditions pour qui j’endossais le rôle de bêta lectrice – sur les réseaux sociaux, principalement twitter.

4/ Comment t’es venu l’idée de publier ?

C’était une évidence si je pouvais partager mes histoires

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition, sous une maison d’édition ?

La liberté de l’auto-édition m’a tout de suite séduite, beaucoup de petits auteurs que je suis suivais sont devenus des « grands » et ont perdu leur âme pour répondre aux exigences de grosses maisons d’éditions.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

Ce sentiment est toujours le même à chaque nouveau livre, l’excitation, de la peur, de l’appréhension, de l’espoir aussi que cette histoire trouve son lectorat et que les lecteurs passent un bon moment.

7/Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, amis, famille) ?

Sur les réseaux sociaux, pour la famille large j’ai attendu que le livre soit physiquement présent, qu’ils puissent le feuilleter.

8/ As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau est-il en cours d’écriture, futur proche ou lointain ?

J’ai six romans publiés :

Une série jeunesse en trois tomes : « Les Mad Drummers » pour les 10-14 ans, inspirée par mes enfants,

Deux thrillers/polars « Le sorcier à tête de bouc » et « Emmurées » où l’on retrouve les mêmes personnages.

Un roman historique fantastique « Liberté » en young adult/adult

Un troisième thriller sortira en septembre 2021 et un young adult en juin 2022 et plein d’autres projets en cours dont je ne peux pas encore parler.

9/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre.

J’ai participé à plusieurs séances de dédicaces en librairie, médiathèques, marché de Noël, café littéraire, café de l’auto-édition, camping.

J’ai plusieurs salons de prévus, beaucoup avaient été annulés, je croise les doigts pour la rentrée de septembre.

10/ As-tu été invité(e) pour des séances de dédicaces ?

En médiathèque une fois, normalement c’est moi qui fais les démarches.

Ma page auteur FB : https://www.facebook.com/MCRauteur

Magali, je te remercie d’avoir consacré du temps à répondre à mon ITW, je te souhaite que tu aies beaucoup de ventes, ainsi que tu sois contactée pour des séances de dédicaces et des salons littéraires.

Le secret de Jeanne de Candice Politis

Bonjour, ce roman est la suite du « Le goût du gâteau basque » mais vous pouvez le lire indépendamment.

Après avoir passé six mois à Rouen, il est temps pour Raphaël et Gabrielle et leur petite Jeanne, âgée de quelques jours de retourner sur Saint-Jean-de-Luz. Ils sont partis sans prévenir la famille et les amis, gardant un secrêt : la grossesse de Gabrielle. Ils reviennent, Gaby est très fatiguée entre les têtées de Jeanne et le mal être qui revient. Fait-elle une dépression post-partum ? ou autre chose ? Dans ce second opus, vous découvrirez beaucoup de choses, enfouies chez Raphaël mais aussi chez Gabrielle.

Des secrets, des réflexions cinglantes de Solange de Gabrielle, Constance qui doit rester chez eux pour quelles raisons. Je vous laisse lire tranquillement ce merveilleux roman tout aussi addictif que le premier.

Je vous conseille vivement de lire les deux, vous pouvez les commander auprès de l’auteure, que vous pourrez contacter via fbk pour avoir de très belles dédicaces mais également à la FNAC. Il a beaucoup de succès et donc est en rupture. Je l’ai eu auprès de Candice, ne voulant pas attendre longtemps pour me plonger dans ses romans.

La note attribuée à ce roman est : 5 livres (excellente lecture)

Le secret de Jeanne de Candice Politis

Bonjour les ami(e)s. Je vous parle aujourd’hui du livre de Candice Politis  » Le secret de Jeanne  » . Il s’agit de la suite de  » Le goût du Gâteau Basque  » , dont je vous ai parlé le 3 Juin dernier. ( À noter que cette suite peut être lue indépendamment ). Je vous recommande tout de même de lire la première partie avant. Après une parenthèse de 6 mois passée à Rouen , les deux amoureux Gabrielle et Raphaël rentrent à Saint Jean-de-Luz. Gaby vient d’accoucher d’une magnifique petite Jeanne. Elle est cependant inquiète car elle a caché sa grossesse à ses meilleurs amis Imanol et Juliana ainsi qu’à ses parents . Le lui pardonneront-ils ?

Effectivement le comportement de ceux-ci et plus particulièrement celui de sa mère ne sont que reproche et culpabilité ce qui déstabilise la jeune Maman. Qui plus est , elle est rattrapée par ses vieux démons. Son obsession à maintenir une certaine silhouette avec tous les risques que cela comporte pour sa santé. Heureusement , il y a l’amour qu’elle porte à la petite Jeanne.

Mais quel est le secret qui entoure la naissance de cette enfant ? Gabrielle a aussi de plus en plus de mal à supporter la présence permanente de Constance qui est installée chez eux. Malgré le fait que celle-ci la soulage très souvent en s’occupant de leur fille , elle se demande ce que représente cette femme auprès de Raphaël. Dans cette suite , Candice Politis nous décrit le combat de Gaby de façon très émouvante. Il est impossible de se faire la moindre idée de l’issue de l’histoire. Il faut un immense talent pour maintenir le lecteur en haleine jusqu’à 5 pages avant la fin du livre. Chaque année , sur près de 200 livres lus , il y’en a toujours 4 ou 5 qui me bouleversent vraiment et qui resteront très longtemps gravés dans ma mémoire. Celui-ci en fait partie. Je vous recommande vivement la lecture de cette oeuvre d’une auteure qui fait partie de mes plus belles découvertes de ces trois dernières années. Bonne lecture !

OUPS ! achats littéraires indispensables : 1.2.3.4 j’arrête pour aujourd’hui

Bonsoir tout le monde, oui oui je sais, mes PAL sont immenses, mes bibliothèques débordent mais que voulez-vous, c’est comme ça, j’adore acheter des livres. Je ne vais jamais dans les bibliothèques municipales donc les livres sont précieux, à moi et surtout je ne prête jamais car soit ils reviennent sales, cornés, ou restent chez l’emprunteur qui s’est fait un malin plaisir de les prêter à droite et à gauche.

Ceci dit : j’ai passé un super moment dans les rayons livres du Carrouf’, la vendeuse était sympa et avait lu le tome 1 de Bretzel et beurre salé et a beaucoup aimé, je lui ai suggéré de prendre le tome 2. A voir.

Locmaria, tranquille petite station balnéaire ? Cathie Wald commence sérieusement à en douter quand elle découvre sur la plage proche de sa maison un cadavre rejeté par la mer.

Il n’en faut pas plus pour relancer les rumeurs les plus folles à propos de notre joyeuse quinquagénaire : après tout, avant l’arrivée de Cathie il n’y avait jamais eu de mort suspecte ici. De plus, n’est-il pas curieux que son arrivée coïncide avec un tout nouveau trafic de drogue ?
Et voilà la machine à ragots qui s’emballe.
Quand les forces de l’ordre arrêtent un proche de Cathie et qu’elle-même subit des menaces, elle n’a plus d’autre choix que d’enquêter. Aidée par des amies enthousiastes et par Yann, le journaliste secrètement amoureux d’elle, elle va affronter des ennemis sans scrupule. Et leur montrer que rien ne peut faire plier une Alsacienne à la tête d’une troupe de Bretons !

Un changement dans la vie de Satoru fait qu’il doit se séparer de Nana, son chat adoré. Débute alors une série de voyages chez des amis d’enfance, aux quatre coins du Japon, pour lui trouver un nouveau foyer. Mais le rusé matou, narrateur de ce savoureux roman, ne l’entend pas de cette oreille : il fera tout pour rester avec Satoru et prolonger l’aventure.

Six heures du matin : Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate.
Huit heures : l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger vide son sac, et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de veuve noire et de nazi enterré dans sa cave. Alors… Aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée, mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.

Poétique, réaliste, cynique, émouvant et captivant. Un texte de haute intensité drolatique et émotionnelle. Lire.

Un roman noir désopilant où il est question de guerre, de haine, d’amour et donc d’emmerdes. Le Nouveau Magazine littéraire.

Plus qu’un personnage littéraire, Mamie Luger est un symbole. Sang-froid.

D’une efficacité absolument redoutable. « Cercle noir », France Culture.

Résumé de Joueuse :

Maxine est une de ces femmes à qui rien ne résiste. Elle tombe sous le charme de Zack, joueur de poker professionnel comme elle, mais elle n’en montre rien. Qui maîtrise à la perfection l’art de la manipulation ne dévoile jamais son jeu.
Maxine propose à Zack une alliance contre un concurrent redoutable. Piège ou vengeance… Zack n’en sait rien. Mais comment résister à la tentation du jeu ? Maxine est une tornade qui défie le monde si masculin des joueurs de poker. Elle est bien décidée à régler ses comptes, coûte que coûte.

Joueuse est une partie de poker virtuose où chacun mise sa vie. Un nouveau livre jubilatoire, teigneux, drôle et renversant de Benoît Philippon, qui décidément aime les héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux.

Bastons, sang, mais aussi lyrisme, féminisme et sentiments : le lecteur est embarqué dans un road-trip saisissant. Lire.

Avec un style aussi trash que percutant, Benoît Philippon s’affirme comme une valeur sûre du roman noir. Femme actuelle.

Si vous avez lu l’un de ces romans sauf le tome 2 de Bretzel et beurre salé, vous pouvez laisser vos avis en précisant bien sûr le titre. Allez je vous laisse pour ce soir, je m’en vais dîner et après un petit film mais bien sûr retrouver mon livre : la suite de « LE GOÛT DU GATEAU BASQUE » qui est « LE SECRET DE JEANNE ».

Belle soirée à tout le monde,

Le goût du gâteau basque de Candice Politis

Bonsoir, il y a environ 3 semaines, j’ai lu la merveilleuse chronique d’Hervé sur le roman qu’il venait de terminer. J’ai aussitôt contacté l’auteure qui est d’une gentillesse, ce qui m’a donné encore plus envie de lui acheter ses romans directement. De plus, j’ai pris les 2 romans : Le goût du gâteau basque et sa suite Le secret de Jeanne.

Une fois le livre ouvert, vous ne pouvez pas le lâcher tellement l’écriture fluide de Candice est merveilleuse, et que l’histoire de Gabrielle/Gaby et Raphaël est magnifique.

Les paysages sont magiques, magnifiques, ils me rappellent de bons souvenirs, les vacances que je passais chez mes grands-parents et les Noëls en famille.. Je reconnais quelques coins qui m’ont donné envie d’y retourner. Peut-être trouverais-je la merveilleuse pâtisserie où Gaby commande le gâteau basque pour le repas dominical et familial.

Un livre voir les deux à glisser dans votre sac de voyage ou votre valise lorsque vous partirez en vacances parmi tous les livres qui vont se joindre à eux deux. J’ai adoré ce roman. Si vous n’avez pas encore bien saisi ce que je veux vous dire : PRENEZ LES ACHETEZ LES. De plus, il a beaucoup de succès et est en rupture de stock, faîtes comme moi, dirigez-vous auprès de Candice Politis sur facebook.

Le temps d’un livre attribue à cette lecture la note de 5 livres : excellente lecture

suite : Le secret de Jeanne

Meurtres et pépites de chocolat de Joanne Fluke

Bonjour tout le monde, ma petite chronique pour le cosy crime en fond sucré, de quoi vous mettre l’eau à la bouche et pousser la porte du Cookie Jar tenu par Hannah Swenson, revenue dans sa ville natale Eden Lake. Elle vit avec son chat Mosh, au caractère bien trempé qui ne se laisse pas faire mais qui comprend toutes les mimiques et comportements d’Hannah. Elle a aussi sa mère, un peu… très….voir très très envahissante qui ne la lâche pas en l’appelant plusieurs fois par jour.

Un matin, Hannah se rend à sa boutique et au moment d’ouvrir la porte, elle voit Ron La Salle, le livreur laitier dans sa voiture mais avec qui a une position particulière. Lui, qui est très ponctuel, n’arrive pas au magasin et cela va inquiéter Hannah.

Bill, le mari d’Andrea la soeur d’Hannah est inspecteur et lui demande de mener l’enquête pour connaître la raison de la mort de Ron. Jeune homme sans problèmes, faisant son travail conscieusement, Hannah sera amenée en plus de tenir sa boutique à filtrer les personnes qui pourraient être les suspects.

Je dois dire que j’ai beaucoup aimé ce premier tome et comme je suis un peu gourmande j’ai trouvé original de mêler pâtisserie et meurtres dans une enquête. Le tome 2 « Meurtres et charlotte aux fraises » est déjà dans les rayons » de toutes les librairies et fait également partie de ma PAL (pile à lire). Il y a également les tomes 3 & 4 qui vont paraître fin septembre. Je vous en ai parlé dans un de mes précédents articles.

La note que je lui attribue est celle-ci : 3 livres (bonne lecture).

La

Quand le rire sucre nos souvenirs de Lindsay Lietin

Bonjour les ami(e)s. Une très belle découverte ce livre de Lindsay Lietin  » , Quand le rire sucre nos souvenirs « . Qui plus est , il possède une magnifique couverture. Dès les premières pages , je suis happé par par le personnage de Rosie , l’héroïne du livre , jeune femme qui ne vit que pour son salon de thé dans le Nord de la France. Mais voilà , Rosie est perturbée. Elle se pose beaucoup de questions. Pourquoi ses parents l’ont abandonné , pourquoi sa Mémé Léontine qui l’a recueilli et élevé l’abandonne à son tour du jour au lendemain et sans laisser d’adresse… Une chute accidentelle la force à se ménager. Grace à ses deux amies Mauricette et Fernande , toutes les deux âgées de plus de quatre-vingt printemps , elle continue malgré tout son activité dans son salon de thé. Ceci dit , elle prend conscience que sa Mémé Léontine lui manque de plus en plus. Elle n’a plus aucune nouvelle depuis une vingtaine d’années. Et si c’était le moment de partir à sa recherche et d’essayer de découvrir tous les mystères qui entourent son passé ! De savoir pourquoi personne ne souhaite lui parler de ces années et de faire la lumière pour qu’enfin elle se retrouve !

Lindsay Lietin nous entraîne dans une aventure passionnante , drôle , pleine de tendresse , de rebondissements et de surprises ! Une lecture très agréable dans laquelle l’auteure est très proche de ses lectrices et lecteurs. Les personnages hauts en couleur sont tous très attachants. Un livre pour l’été , une bouffée d’oxygène qui inspire la bonne humeur. Laissez vous séduire , vous allez vous régaler.