Portrait d’auteure : Cynthia Kimberley

Bonjour à toutes et à tous, je vous propose de faire connaissance avec Cynthia Kimberley qui a écrit plusieurs livres, son univers est varié. Je dois préciser également qu’elle a une initiative magnifique : elle vous en dira plus.

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Cynthia KIMBERLEY, j’ai 47 ans et vis dans l’Yonne près de Sens. Je suis mariée et maman de deux garçons dont je suis fière : Jonathan 23 ans et Robin 20 ans. J’ai publié 9 ouvrages pour le moment, 8 pour enfants et 1 pour adultes. J’adore écrire et m’interdis aucun style. On peut dire que je suis une auteure sans étiquette ! Je suis une auteure engagée notamment dans la défense des animaux, mais pas que…. Pour ma collection je reverse 50 cts de mes droits d’auteur sur chaque vente à des associations.

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence)

J’écris depuis que je sais tenir un stylo ! J’appréciais les dissertations surtout quand elles étaient libres ! J’écrivais des poèmes pour mes amis et je leur donnais. J’écrivais aussi des histoires sur des feuilles volantes, que je perdais rapidement. Cette passion de l’écriture m’a poussée vers des études littéraires, j’ai un BAC A2 (lettres philosophie et 3 langues pour les plus jeunes qui ne connaissent pas). J’ai décidé de travailler pourtant dans un métier scientifique, mais dans lequel les écrits sont très importants.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné l’envie d’écrire ?

Pour cette aventure littéraire, c’est mon fils Robin qui m’a poussé à publier mes histoires. En effet, lorsque mes enfants étaient plus petits, je leur racontais une histoire de mon invention sur un thème qu’ils choisissaient. Et un soir mon fils m’a dit « Tes histoires sont trop bien, tu devrais les écrire pour les autres enfants ! ». Je l’ai pris au mot et j’ai écrit Mx Club. Ce n’était pas mon premier livre, en 1994, j’avais écrit un livre destiné à ma maman « les traces d’un amour complexe ».

3/ Connais-tu d’autres écrivains, éditeurs, libraires ? Si oui, lesquelles ?

Je connais beaucoup de monde depuis 2014, année de la publication de mon premier livre et de mes premiers salons. Michèle FANELLI, une auteure de roman pour enfants que j’adore, elle est costumée à chacune de ses apparitions. Noëmie DELPRA (autoéditée) que j’ai rencontré lors d’un salon et d’ont j’adore la saga « Les larmes de Jundur ». Valérie DOURLENT qui a créé sa propre maison d’édition. Danielle THERY ancienne commissaire que j’ai eu le plaisir de rencontrer qui écrit des policiers que j’adore. Mireille CALMEL, une auteure très connue mais aussi très simple avec qui j’ai eu la chance d’échanger dans un salon et dont j’apprécie énormément l’écriture et les thèmes abordés (médiéval). Patrick BEDIER, un auteur que j’ai rencontré en salon, qui a écrit un policier sur fond de golf génial « les plumes de l’albatros ». Algédi DAHIH, un auteur de fantasy, science fiction que j’adore. Je pourrais en citer plein d’autres, Sacha ERBEL, Cicéron ANGLEDROIT…

Editeur je connais donc Valérie DOURLENT qui a créé sa maison d’édition « atelier-grifonne ». Chérubins éditions, Faralonn éditions, éditions Volubilis de Villebourgis dans l’Yonne.

Librairie Calligrammes à Sens dans l’Yonne, librairie du Hérisson à Montargis;

4/ Pourquoi as-tu choisi une maison d’édition plutôt que l’auto-édition ?

La facilité, je ne me préoccupe pas de l’impression ou de la diffusion de mes ouvrages. Seulement de toute la partie promo et communication. Je tire mon chapeau à tous les auteurs qui ont choisi de s’auto éditer, car c’est un sacré travail.

5/ Quel mode de publication as-tu choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

J’ai choisi la maison d’édition, après 8 ans de recherches entre l’écriture finalisée de « Mix Club » et sa parution en avril 2014. J’avais d’abord tenté des grosses maisons d’éditions, puis plus petites et finalement j’ai décroché avec les Editions du net.

6/ Es-tu satisfaite de ta publication ?

La publication de mes ouvrages par ma maison d’édition me satisfait beaucoup. La qualité de l’impression est au rendez-vous, ils sont réactifs et à mon écoute. Ils m’ont invité au salon du livre de Paris en 2019. La rémunération est très correcte et les livres sont souvent expédiés entourés de plastique de protection. La réalisation de l’envoi du manuscrit se fait par internet et est très simple, dès l’instant où l’on a utilisé le modèle de la maison d’édition pour écrire l’ouvrage papier est gratuite. Le petit point négatif : le prix de la réalisation d’un e-book qui moi me freine pour mettre mes ouvrages sous ce format (80 euros).

7/ Quel sentiment as-tu ressenti lorsque ton livre a été publié ?

Lors de la réception de mon premier carton de commande de mon ouvrage, j’avoue, j’ai pleuré ! Et oui, cette fois c’était mon ouvrage à moi que je tenais entre mes mains et qui allait probablement trouver des bibliothèques pour être entreposé chez des petits lecteurs…. C’était une sacrée fierté !

8/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

A chaque sortie de livre, je fais de la promotion. Sur mes différents réseaux sociaux déjà (facebook page auteur et fbk profil, instagram, linkedin, twitter, chaîne Youtube et mon blog. Ensuite, j’arrose tous mes contacts famille, amis… Et je créé un communiqué de presse que j’envoie dans des radios, des journaux et même des télé.

http://cynthiakimberley.com

9/ As-tu publié plusieurs romans ? un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

  • Alors j’ai écrit 2 romans policiers pour les 6/12 ans « MX Club » et « MX CLUB la suite », qui propulse le lecteur dans des enquêtes menées par les héros qui sont des enfants dans le monde du motocross.

1 policier pour adultes : « Les traces d’un amour complexe », cette histoire écrite pour ma maman, qui m’a rendu le manuscrit pour que je le publie. J’ai corrigé énormément en relisant ce premier ouvrage qui datait de 1994, d’abord parce qu’il y avait beaucoup d’incohérences, l’enquête a évolué depuis et j’avais grandi ! Vous êtes plongé au coeur de Montréal où Véronica PAROS lieutenant de police enquête, croise le chemin de Christopher LEIGHTON un riche homme d’affaires qu’elle trouve insupportable. Mais une histoire d’amour se profile, malgré des amours complexes passés.

enfin une collection pour les tout petits jusqu’à 10 ans « 365 Petites histoire pour dormir » qui comportera 8 tomes pour avoir les 365 histoires. Cette collection me tient à coeur, car j’écris (ça c’est normal !), je fais les illustrations et surtout je reverse sur chaque sur chaque vente 50 cts de mes droits d’auteurs au profit d’associations. Actuellement 6 tomes sont parus avec 49 histoires chacun.

Le tome 1 : la faune au profit des refuges de la SPA https://www.la-spa.fr

Tome II : La faune au profit de www France https://www.wwf.fr/

Tome III : Contes et légendes au profit de la Mémoire Médiévale, une association en charge du château de Brancion en Saône et Loire : https://www.chateau-de-brancion.fr/fr/l-association/l-association-la-memoire-medievale/

Tome IV : Les sports pour RIDE+ une association de l’Yonne qui fait la promotion des sports extrêmes et des sportifs : http://www.rideplus.fr/les-rochers-du-saussois-un-veritable-terrain-de-jeu-pour-les-sports-extremes/

Tome V : l’imaginaire pour l’association de Bussy en Othe dans l’Yonne TOUSSENSEMBLE qui offre des divertissements aux enfants hospitalisés (de jeux de sociétés pour ceux ne peuvent se déplacer à des spectacles avec goûter au sein de l’hôpital) : https://www.asso-toussensemble.fr/

Tome VI : le monde extraterrestre au profit des chiens guides d’aveugles de l’Ouest : https://chiens-guides-ouest.org/

Mes projets, je termine une romance qui devrait paraître à la rentrée (enfin j’espère) et qui me permettra de reverser 50 cts sur chaque vente à l’association KALAWEIT https://kalaweit.org/ qui me tient à coeur. Je vais démarrer les dessins pour les tomes VII et VIII de 365 petites histoires pour dormir. Et là, je vais débuter l’écriture d’un thriller.

10/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai participé aux concours de nouvelles du salon de Mennecy et magazine Psychologie. j’ai participé avec mes ouvrages à des prix littéraires lors du salon de Moret sur Loing organisé par le Rotary.

Les salons du livre j’en ai fait beaucoup : le salon du livre d’Ile de France à Mennecy (plusieurs fois), le salon du livre de Sens, le salon de Luxeuil les Bains, le salon de Jouy en Josas, le salon due Morêt sur Loing (plusieurs fois), le salon de Bussy Saint Georges, le salon d’Armeau, le salon d’Artonges, le salon d’Auxerre en 2018, le salon de Champigny sur Yonne, le salon de Country, le salon d’Egriselle le Bocage (plusieurs fois), le salon de Fleury la Vallée, fête de l’aérodrome de Gisy les Nobles, salon de Gurgy, salon de July, salon de Gron, Salon de Rebais, salon du livre de Monte Cristo, Salon de St Valérien et le salon du livre de Paris ainsi que 2 salons virtuels organisés par A PLUMES D’ELLES sur Facebook;

Les dédicaces : j’en ai fait dans des sociétés Natixis, Ste générale et Wordline. Dans des enseignes comme Cultura de la Défense, espace culturel Leclerc de Varennes sur Seine (je dois y retourner prochainement si Covid nous lâche un peu), espace culturel de Leclerc Sens et d’Auxerre.

11/ As-tu participé à des séances de dédicaces ? Quel a été ton ressenti ?

Dans les magasins Cultura, les séances de dédicaces sont parfois compliquées, les visiteurs ont l’impression que nous allons les obliger à acheter nos ouvrages. Alors que pas du tout, on souhaite juste échanger et si notre travail plait pourquoi pas l’acheter. mais dans l’ensemble, toutes les séances sont agréables, j’arrive à échanger avec des lecteurs et des passants. les équipes qui organisent ces séances que ce soit en librairie ou dans des grandes enseignes sont adorables et sont aux petits soins pour nous. C’est tout de même un grand plaisir de faire des dédicaces. Quant aux salons, là ce sont des lecteurs que nous croisons et les échanges sont souvent plus ouverts. En revanche, il y a souvent plus de concurrence, donc on doit avoir un petit quelque chose de différent qui attire l’acquisition de nos ouvrages.

Merci Cynthia d’avoir dévoilé un peu ton métier d’auteure en plus de ton autre métier. C’est super d’écrire des livres et des romans policiers pour les enfants. Je me souviens en avoir lu quand j’étais jeune et adolescente et j’adorais ça.

2 réflexions sur “Portrait d’auteure : Cynthia Kimberley

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s