Portrait d’auteure : Marylène Halimi

Bonjour tout le monde, aujourd’hui, Marylène Halimi, répond à l’ITW. Voici les réponses :

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis retraitée, je lis beaucoup et j’écris. J’ai publié trois livres : un recueil de nouvelles « quelques instants précieux en 2017 chez Claire Lorrain sous le nom de Azencot Marylène, puis un livre autobiographique après le décès de ma maman : « Maman, j’aurais pu… » publié chez Claire Lorrain en 2017. Un roman : La douloureuse plainte des cyprès, publié chez M+Editions en mars 2021, en lice pour le prix Méditerranée du premier roman, sous le nom de Marylène Halimi.

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai tenu un journal quand j’étais gamine, puis adolescente. J’ai écrit des poèmes.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné envie d’écrire ?

Je suis passionnée de littérature, j’ai fait des études littéraires et de philosophie qui m’ont conduite à cette passion dévorante.

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

J’ai rencontré Marek Halter, Delphine de Vignan, Catherine Bardon. J’ai deux éditeurs Marc Duteil M+Editions et Claire Lorrain.

Mes libraires fétiches : Decitre, Fnac, Cultura, librairies du quartier.

4/ Comment t’es venu l’idée de publier ?

Lorsque l’on écrit on a envie de le faire partager, c’est légitime. Forcément on cherche à se faire publier, à se faire connaître.

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition, sous une maison d’édition ?

Publication à compte d’éditeur.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

OUi, j’aime mes deux maisons d’édition.

7/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Lorsque mon premier livre a été publié, puis les autres, c’est un sentiment de fierté, de reconnaissance, que j’ai éprouvé. Une année d’écriture, en tout cas pour moi, c’est ce délai ! C’est un travail énorme, éprouvant qui sollicite et accapare infiniment. Ensuite, ce sont les relectures, les corrections.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s