Mon retour du marché………. du salon littéraire de Vannes

Le week-end dernier avait lieu un super salon à Vannes, dans le Morbihan. Un ciel magnifique et un soleil nous accompagnaient. 23 000 visiteurs sont venus rencontrer 200 auteurs. 2 ans sans voir les auteurs….

Ai-je acheté quelques romans, des thrillers, polars ? la réponse est oui. Mais pas que, certaines de mes amies aussi boulimiques que moi m’ont demandé de leur prendre des livres, ce que j’ai fait avec un très grand plaisir. Les colis sont partis par Mondial Relay lundi et mardi en direction de leurs destinataires. Hâte d’avoir la photo des personnes en ouvrant le colis.

Voici mes achats :

Ma PAL va faire 2 himalayas mais tant pis, la lecture est une passion donc j’assume. Jamais une journée sans lire.

Je vous souhaite une belle journée, à bientôt,

Portrait d’auteure : Lily Mel

Bonjour tout le monde, voici un nouveau portrait d’auteur, c’est Lily Mel qui a bien voulu répondre à mon ITW. Voici ses réponses pour mieux la connaître.

1/Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

bonjour, je suis Lily M. J’ai 36 ans, je suis originaire de Charleville-Mézière dans les Ardennes. Il y a cinq ans, je me suis installée à Marseille, non loin du pays de « Pagnol » pour un nouveau départ.

2/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence… ?)

J’ai commencé à écrire dans les années 90, je devais avoir 12 ans. J’étais (et je le suis toujours) une grande passionnée de poésie. Mon amour pour les mots et les vers était tellement fort que j’ai rédigé mes premiers poèmes et textes de chansons (eh oui ! Fut un temps j’étais chanteuse et musicienne). Pendant des années, j’ai couché sur le papier des mots/maux et ai abordé de nombreux thème : la vie, la mort, l’amitié, la guerre. Ecrire était un besoin de mettre des mots sur des ressentis, des émotions, des situations, du vécu. Je conserve mes écrits sur un petit cahier qui m’avait été offert par des camarades de lycée.
Parallèlement, je m’adonnais à la calligraphie ou je devrais-je plutôt dire à l’art de sublimer l’écriture. En bref, écrire a toujours fait partie de moi.

3/ Qu’est ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Ainsi que je l’ai écrit ci-dessus, écrire fait partie intégrante de moi. Cela va bien au-delà de l’envie, c’est un besoin. Je ne peux pas m’en passer. Ecrire est libérateur. TOUT inspire à écrire.

4/ Connais-tu d’autres écrivains, libraires, éditeurs ?

Oui et ils sont trop nombreux pour tous les citer.

5/ Comment t’es venu l’idée de publier ton oeuvre ?

Une évidence. Une suite logique inscrite dans le processus d’écriture. Personnellement, il ne m’est pas venu l’idée de publier mon roman. Ce fût une volonté, un choix en toute connaissance de cause.

6/ Quel mode de publication as-tu choisi ? en auto édition ou maison d’édition ?

J’ai opté pour la publication en ME. Mon premier « Un Rêve Si Réel » est paru chez Homoromance Editions le 16 juillet 2021.

Homoromance Editions est une plateforme franco-québécoise de distribution et de promotion de livres LGBT.

7/ Es-tu satisfaite de ta publication ?

Très satisfaite, oui. Un processus d’édition bien ficelé, une excellente communication avec l’équipe ainsi qu’avec les atueur(e)s de la ME. Une campagne de promotion au top. Sincèrement, pour rien au monde je changerais de ME.

8/ Quel sentiment as-tu ressenti lorsque ton livre a été publié ?

Un immense bonheur ! Quel merveilleux moment !

Je sautais partout. J’ai même fait la danse de la joie (non, il n’y a pas de video ! Bref ! J’étais heureuse et je le suis encore. C’est un sentiment qui ne vous quitte pas même après la publication. Et s’ajoute à cette joie, une infinie reconnaissance envers les personnes qui me soutiennent depuis le début de ce projet, et envers celles qui me font confiance.

9/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis)

Oui. J’ai parlé de mon livre publiquement sur les réseaux sociaux (FB et INSTA) via mes comptes (auteure et perso), ceux de mes ami(e)s et de ma famille, différents groupes de lecture dont le mien – Des nourritures livresques – et la Pépinière du 13 dont je fais fièrement partie. J’ai également pu compter sur le bouche-à-oreille qui peut être efficace également.

10/ As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau projet es-til en cours d’écriture (future proche ou lointain).

Je travaille actuellement sur un nouveau projet (FxF (entre femmes) un feel good. C’est un projet qui me tient à coeur et qui s’est présenté à moi comme une évidence.

11/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai participé à ma première séance de dédicaces en juillet, dans le cadre de la Pride; C’était une journée organisée par Let’s Meet LGBT. J’en garde un merveilleux souvenir avec de nombreuses et belles rencontres. j’ai été agréablement surprise que des personnes viennent à moi.

PS : si tu lis cet ITW, un grand merci !

Vivement le prochain salon.

Mel, je te remercie d’avoir consacré un peu de ton temps à répondre à l’ITW, je te souhaite de bonnes ventes et de nombreux salons.

Ce week-end t’étais où Manoue, j’étais là

Bonsoir tout le monde, ce wee-end, j’ai un peu déserté facebook et les réseaux sociaux, j’étais au salon du livre de Vannes 2021, où nous pouvions rencontrer 200 auteurs. 23 000 visiteurs sont venus à cette manifestation tant attendue, étant donné la pandémie 2020 où nous avons tous été punis, ne pas voir nos auteurs, ne pas pouvoir acheter les livres. Pour moi, c’était une punition !

Mon panier littéraire :

quand Manoue va au salon, voici ce qu’elle rapporte à la maison

J’ai passé de super moments les samedi et dimanche. Samedi, j’ai pu revoir Lorraine Fouchet, Anne-Gaëlle Huon et faire connaissance avec Melissa Da Costa, Niko Tackian. J’ai fait les emplettes pour mes amies Audrey, Mumu et Sonia qui se reconnaîtront.

Dimanche, n’ayant pas vu tous les auteurs, j’y suis retournée et c’était super sympa, Sophie Henaff, Olivier Bal, Claire Favan, Véronique De Bure, Claire Norton. De super moments passés en leurs compagnies. Même le soleil et le ciel bleu nous ont accompagnés. Preuve en photos.

Je mettrais tous les achats que j’ai effectués (pour moi) et ceux qui m’ont été commandés. 2 sont déjà partis en direction de chez Sonia. Le reste des commandes va partir ces jours-ci.

N’hésitez pas à commenter, mais le smiley me cache, vous ne verrez pas ma tête. Navrée. .

Le temps d’un livre vous souhaite une agréable soirée:

Salon du livre de Lagny sur Marne (77)

Bonjour, je vous propose aujourd’hui de noter sur vos tablettes, vos téléphones le week-end du octobre aura lieu le salon du livre où de nombreux auteurs seront présents (voir liste sur l’affiche) dans les locaux de la Mairie.

Je suis désolée pour l’erreur de dates, je croyais que c’était sur 2 jours, et c’est bien et uniquement le 02 octobre de 10 h à 18 h. Heureusement que les auteurs viennent lire mes articles.

L’entrée est gratuite, vous trouverez les maisons d’éditions et les librairies et pour satisfaire tout le monde, de nombreux genres littéraires vous sont proposés. Je vous souhaite de passer d’excellents moments.

Portrait d’auteure : Laure ENZA

Bonjour tout le monde, je vous propose de découvrir Laure ENZA, auteure de romans feelgood, science-fiction, d’aventure, d’imagination. Vous êtes prêts, voici les réponses de Laure.

1/Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour, je suis écrivain et je publie sous le nom de plume de Laure ENZA depuis 2019. J’écris dans deux univers différents : la science-fiction (destinée à un public de jeunes adultes, avec des romans d’aventure et d’imagination, et deux romans contemporains classés dans les feelgood, que j’appelle plutôt comédies dramatiques (entre humour et émotion).

J’habite dans le sud de la France, j’ai trois grands enfants. J’aime les voyages, la pizza, et la salsa.

2/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’invente des histoires depuis que je sais lire et écrire, je suppose, car mes premiers textes remontent à l’âge de 7 ans. J’ai le souvenir d’avoir toujours écrit, poèmes, nouvelles, romans, articles de journaux.

3/ Qu’est-ce-qui t’a donné l’envie d’écrire ?

La lecture, assurément. Même avant de savoir lire. J’ai le souvenir de ma maman qui me lisait des livres et cela a nourri mon imagination depuis toujours. Ensuite, j’ai le souvenir de textes que je lisais dans mon adolescence et qui me transportaient vraiment, aussi bien du point de vue du fond que de la forme. Je recopiais des pages entières pour le plaisir des belles phrases, pour m’en imprégner. J’ai une passion pour les auteurs du XIXe siècle qui sont très précis, très minutieux dans le choix des mots.

4/ Connais-tu d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui lesquelles ?

je connais de nombreux auteurs, je n’ose pas les citer de peur d’en oublier. je fais partie des Pépinières du 13, un collectif d’auteurs qui permet de partager des renseignements, des astuces et de s’entraider (ce concept a été imaginé par Rime de Bervuy). Je ne connais pas d’éditeurs, personnellement, même si un de mes romans est publié par JDH Editions. Pour les libraires, je dois faire quelques km pour m’y rendre car il n’y en a aucune dans ma ville. Je vais à la Librairie Prado Paradis à Marseille ou l’Alinéa à Martigues.

5/ Comment t’es venu l’idée de publier ton oeuvre ?

J’ai toujours eu envie de publier mes oeuvres depuis l’âge de 18 ans. Je suppose que c’est le but quand on écrit autre chose qu’un journal intime : avoir des lecteurs. J’ai donc toujours envoyé, plus ou moins régulièrement, mes écrits à des éditeurs.

6/ Quel mode de publication as-tu choisi ? en auto édition ou avec une maison d’édition ?

En 2010, j’ai écrit une saga de science-fiction jeunesse qui devait être publiée chez l’Atalante, j’étais très fière car elle publie des auteurs prestigieux de science-fiction. Mais au moment de signer le contrat, le directeur de la section jeunesse a démissionné et le projet est tombé à l’eau. En 2019, j’ai découvert l’auto édition et j’ai commencé par publier des romans feelgood (sur des platefromes françaises payantes, puis sur amazon). J’ai ressorti ma saga SF des tiroirs et je l’ai publié également. J’ai continué à chercher des éditeurs en parallèle et j’ai eu un roman édité en 2020. Je suis ce qu’on appelle une auteure hybride.

7/ Es-tu satisfaite de ta publication ?

Pour mes romans en auto édition, je suis pleinement satisfaite. J’aime bien le fait de porter le projet de bout en bout (avec des aides nécessaires pour la correction, la couverture, etc.) et de voir les résultats immédiats. Pour mon roman édité, c’est un peu plus frustrant, car une fois que l’auteur a cédé ses droits, il ne maîtrise plus rien.

8/ Quel sentiment as-tu ressenti lorsque ton livre a été publié ?

Mon premier roman publié m’a apporté un sentiment de joie et aussi d’aboutissement, cela faisait 40 ans que j’écrivais dans l’ombre !

9/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ?(page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Oui, j’ai mis en oeuvre tout ce dont tu parles : page, compte, blog, site, groupes, librairies, journalistes à la « Provence », proches et même publicité payante.

10/ As-tu publié plusieurs romans ? un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

Oui, j’ai publié 4 romans feelgood et 4 romans de science-fiction. Un prochain feelgood et un prochain volume de la saga SF sont prévus pour la rentrée 2021.

11/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai participé aux concours Nouvelles Plumes et Nouveaux Auteurs pour mes feelgood. J’ai été sélectionnée mais pas éditée. Cela m’a permis d’avoir les retours d’un jury objectif et de rectifier certains détails avant de publier. je m’en suis servie de bêta lecteur. Mes romans participent aussi au concours des Plumes Francophones sur Amazon, mais je n’ai pas d’espoir d’être récompensée car je pense que la sélection se fait au nombre de ventes.

Je fais tous les salons du livre ou les séances de dédicaces où je suis acceptée, je n’hésite pas à traverser la France pour ça, j’adore rencontrer les gens.

12/ As-tu participé à des séances de dédicaces ? Quel a été ton ressenti ?

Oui, j’ai participé ou organisé de nombreuses séances de dédicaces, j’aime beaucoup le contact avec les lecteurs, on a souvent d’agréables surprises.

https://laure-enza.com/

Je remercie Laure d’avoir répondu à mon ITW, je vous le laisse découvrir et surtout n’hésitez pas à cliquer sur le lien ci-dessus pour commandes livres si vous les souhaitez dédicacés.

Ceux qui s’aiment finissent par se retrouver : Sonia Dagotor

Bonjour, voici la chronique pour ce roman. Je vous laisse lire le résumé, un super roman feelgood que je vous conseille vivement de lire, de découvrir la plume de l’auteure.

Résumé :

Trois femmes. Trois générations. Trois histoires d’amour.

Liliane, la grand-mère
Ma petite-fille m’observe avec insistance. Je ne dois rien laisser paraître. Je la connais bien, Justine. Quel bout de femme ! Quel tempérament ! Elle a de qui tenir, me direz-vous.

Catherine, la mère
Je n’en peux plus de ces réunions de famille. Je dois toujours m’occuper de tout. Et Maman qui fait des caprices, en plus ! Vivement demain que je retrouve Pierre. Pierre, c’est mon collègue. Je l’aime beaucoup, mais je suis mariée…

Justine, la petite-fille
Qu’est-ce qu’elle a, Mamie ? Je la trouve soucieuse. Les yeux dans le vague, elle soupire en caressant son petit chien. C’est certain, quelque chose cloche. Il faut que je lui parle !

Et si Justine perçait le secret de sa grand-mère ? Et si, dans cette histoire, chacune avait besoin de l’autre pour avancer, pardonner, et aimer ?
Le portrait de trois générations de femmes aux prises avec l’amour, la culpabilité et la possibilité du bonheur.

Mon avis :

Dans ce roman pleine de douceurs, de fraîcheur, le mot amour est utilisé avec le grand A, celui qui fait chavirer les coeurs, qui donnent des papillons dans le ventre. J’espère que vous l’avez connu, le connaissez ou le connaîtrez. Là, c’est l’histoire de Liliane, proche des 80 ans, sa fille Catherine, la cinquantaine, et la petite-fille Justine, la vingtaine. Toutes les trois vont avoir la parole sous forme de chapitres.

Dans cette famille, Liliane est veuve de Francis, Catherine mariée à Patrice vit des hauts et des bas, Justine a un ami mais……….. Dans ce roman, des secrets enfouis depuis des décennies, que vous découvrirez au fil des pages de ce super roman feelgood à déguster avec un chocolat chaud sous un plaid, par un temps maussade ou pas, de quoi vous rafraîchir le coeur si vous le lisez à la terrasse d’un café, à la plage.

Cette histoire se passe à Toulouse, où nous irons faire un tour devant le Capitole, mais bien sûr dans d’autres lieux. Je ne vous dévoile pas du tout l’histoire c’est pour cela que je vais m’arrêter là car peur de vous dévoiler cette super histoire.

Portrait d’auteure : Madeline DESMURS

bonjour tout le monde, venez découvrir Madeline DESMURS, auteure de polars. Elle a bien voulu répondre à mon ITW. Voici ses réponses : vous êtes prêt(e)s…..

1/ Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Madeline DESMURS, j’ai 42 ans, qu’est-ce-que je peux te dire d’autres ? j’aime le chocolat, le café et les histoires de meurtre. J’aime la part de lumière des gens mais je m’intéresse à la part sombre des êtres humains. Ah oui et je suis plutôt drôle enfin ce qui aime mon humour le pense aussi. J’écris du cosy mystery avec les enquêtes de Muguette Lagrange mais j’ai bien envie de me frotter au thriller pour mon prochain roman.

2/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence..)

Ecrire à l’adolescence mais raconter des histoires, j’ai dû commencer en apprenant à parler.

3/ Qu’est-ce-qui t’a donné l’envie d’écrire ?

Ma deuxième grossesse. J’ai été coincée dans mon lit pendant de longues semaines. J’ai pris mon ordi et je me suis mise à écrire sans m’arrêter. J’avais déjà écrit des nouvelles mais jamais un roman en entier.

4/ Connais-tu d’autres écrivains, éditeurs, ou libraires ? si oui, lesquelles

Jacky Goupil c’est un auteur que j’ai beaucoup aimé lire dernièrement.

5/ Comment t’es venu l’idée de publier ton oeuvre ?

Mon roman « Liés par le sang » était écrit, j’avais envie de le partager. J’ai commencé par l’auto publié et ensuite je l’ai proposé à une maison d’édition.

6/ Quel mode de publication as-tu choisi ? en auto édition ou avec une maison d’édition.

Les deux. Mes deux premiers romans « Liés par le sang » et « Meurtre au manoir des furets » sont publiés par EHJ EDITIONS et le dernier « Les larmes de la Mariée » en auto édition.

7/Es-tu satisfaite de ta publication ?

Oui

8/ Quel sentiment as-tu ressenti lorsque ton livre a été publié ?

C’est à chaque fois un mélange de joie et de peur. je suis trop contente de voir ces mois de travail se concrétiser, que mon histoire prenne vie entre les mains des lecteurs et je suis à la fois pétrifiée en me demandant si ce n’est pas la chose la plus nulle que j’ai jamais écrite.

9/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Pour le premier non. Mais pour les suivants oui

10/ As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écrire (futur proche ou lointain) ?

J’ai publié 3 romans et participé à plusieurs recueils de nouvelles.

En octobre, sera publié un recueil de nouvelles intitulé « 11 bruits de couloirs » et je participe aussi à un autre recueil qui devrait voir le jour courant début 2022.

Pour mes projets persos, je reprends la plume en septembre pour un nouveau roman, un thriller cette fois pour une sortie en 2022.
Je boucle actuellement un recueil de nouvelles à découvrir sur mon site d’auteur qui devrait voir le jour fin septembre.

11/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Je ne participe pas à des concours. j’aime les séances de dédicaces en librairie ou à la bibliothèque c’est un cadre plus intimiste que les salons du live dont je ne suis pas fan.

12/ As-tu participé à des séances de dédicaces ? Quel a été ton ressenti ?

J’adore échanger avec les lecteurs. Je suis toujours très fière de voir que mes romans plaisent. Mais je suis une quiche en dédicace, je ne sais jamais quoi écrire.

lien pour trouver mes romans : https://www.amazon.fr/Romans-policiers-polars-MADELINE-DESMURS-Livres/s?rh=n%3A301134%2Cp_lbr_books_authors_browse-bin%3AMADELINE+DESMURS

Merci à Madeline d’avoir consacré du temps pour répondre à l’interview.

Comme une pierre de Laurence Varaine-Jarnac

Résumé :

Comment se remettre de la violence reçue lorsqu’on est témoin de la mort d’un homme ?

La police va enquêter, bien sûr, fouiller là où on ne s’y attendait pas. Comme une pierre tombée dans l’eau dont les remous s’étendent de plus en plus loin du point d’impact, l’instruction va révéler des secrets, faire vaciller notre confiance en nos proches.

Mais il faut s’accrocher à l’amour que l’on a pour eux et continuer de vivre, malgré les cauchemars et les doutes.

Car on ne peut éviter de se poser la question.

Jusqu’où est-on prêt à aller pour ceux qu’on aime ?

Pour surmonter cette épreuve, Lisa se réfugie dans l’écriture. Elle passera de la peur à la colère, des larmes à la reconstruction, sans pour autant parvenir au bout de ses surprises.

En parallèle, l’enquête de police suit son cours dans la ville de Meaux. Le commandant Vanessa Livers et son équipe ne renonceront pas, chercheront coûte que coûte à innocenter le coupable désigné et à mettre la main sur le véritable meurtrier.

Mon avis :

J’ai choisi ce policier après avoir lu beaucoup d’avis très positifs sur les groupes de lectures ce qui m’a vraiment donné envie de le lire et j’ai vraiment très bien fait. Non seulement, l’auteure est adorable, vous pouvez la contacter via le formulaire de contact sur son blog, elle vous répondra. C’est ce que j’ai fait car je ne souhaitais pas commander sur Amazon alors que je pouvais le recevoir dédicacé. Comme j’ai terminé « Comme une pierre » et qu’il y a une suite « Kisinio Mauré », d’après vous qu’ai-je fait ? Ben je l’ai commandé également et le recevrais ces jours-ci.

J’ai découvert la plume de Laurence avec beaucoup de plaisir car c’est un roman policier comme je les aime, ce n’est pas gore comme chez certains auteurs que je ne lis plus car je ne trouve aucun intérêt et ça n’apporte rien à l’histoire.

Lisa, une auteure en pleine écriture de son roman est installée confortablement sur sa chaise longue sur la terrasse de son appartement de Meaux. Tout d’un coup, elle se retrouve avec un homme mort qui tombe sur elle, la laissant inconsciente un certain temps. Son ami, inquiet, n’arrivant pas à l’avoir au téléphone se rend chez elle, il la trouve inconsciente et prévient les secours.

Aussitôt, une enquête menée par Véronique Livers et Jean-Philippe essaie par tous les moyens de trouver qui est ce jeune homme, qui l’a tué, d’où vient-il ? Au fil de l’histoire, vous apprendrez à connaître toutes les personnes qui entourent Lisa et qui lui sont chères.

Ce roman policier est comme un puzzle où toutes les pièces s’embriquent parfaitement les unes aux autres, ce qui permet de connaître que l’enquête est menée d’une main de maître et écrit d’une façon magnifique. Je vous le conseille vivement de le lire. Si vous faîtes comme moi, vous n’avez pas encore terminé « Comme une pierre » que vous lui commandez « Kisinio Mauré ».

Des polars, des thrillers

voici la suite des achats et nous sommes seulement le 11 septembre 2021. Vous souhaitez savoir quels sont les livres (polars et thrillers qui ont rejoint ma bibliothèque). Les voici :

« Je sais que ce que vous avez vu. »
 
Toulouse. Une sortie de périphérique. Ludovic, jeune cadre dynamique dans son SUV ; Claire, ambulancière exténuée ; et Ousmane, livreur de sushis grelottant sur son scooter : tous trois ont pris la sortie 16 ce soir-là et assisté à l’exécution de sang-froid d’une joggeuse. Tous trois ont choisi de prendre la fuite.
Le lendemain, ils reçoivent chacun un SMS : « Je sais ce que vous avez vu. » Témoins du meurtre la veille, ils ignorent encore qu’ils viennent de devenir des cibles…
Dans une ville traumatisée par un tueur en série, trois individus que tout oppose sont pris au piège d’un stratagème macabre, un jeu de piste qui va les pousser dans leurs retranchements et révéler leur vraie nature.
Que seriez-vous prêt à faire pour rester en vie  ?

Un matin ensoleillé de mai, trois petites filles sont sur le chemin de l’école. Une heure plus tard, l’une d’entre elles est morte. Quinze ans passent. Kitty vit enfermée en elle-même, dans une maison de repos. Elle n’a aucun souvenir de l’accident qui lui a fait perdre l’usage de la parole. Professeure d’arts plastiques, sa soeur Alison semble quant à elle bien remise de l’événement. Mais les apparences sont trompeuses. Instable et fauchée, elle décide de postuler à un emploi d’enseignante dans une prison pour hommes. C’est l’occasion idéale de se remettre à flot et de réparer les pots cassés. Dans l’ombre, quelqu’un les observe. Quelqu’un qui cherche à se venger de l’accident et qui ne s’arrêtera devant rien pour faire éclater la vérité.

Trois associés, un cadavre, un butin, une embrouille.
Un coup de maître.

Visalia, Californie centrale.

William, l’homme d’affaires, rêve de créer un nouveau pôle d’excellence dans la région qui l’a vu naître, loin de la Silicon Valley et de la Baie de San Francisco. Lorsque sa société Educorp fait faillite, étourdi par le désir de revanche, il accepte l’aide d’un fonds privé sans en avertir ses associés.
Quand Carl, l’avocat fiscaliste, met son nez dans les affaires d’Educorp, ce qu’il découvre va l’aspirer au cœur d’un engrenage incontrôlable.

Philip s’active pour offrir une fin de vie décente à sa mère. Pour y parvenir, le lieutenant de police est prêt à tout.

Le destin de ces trois hommes va se télescoper quand William doit revoir ses associés, une semaine plus tard, à l’occasion du Rassemblement, rituel instauré depuis la fin de leur aventure commune. Parfaite symétrie des situations et des hommes : dans ce dédale de faux-semblants, de violences feutrées et de trahisons, le face-à-face s’annonce comme la plus dangereuse réunion à laquelle ils aient jamais participé.

Après Grand Froid, plébiscité par les lecteurs, Cyril Carrère tisse avec Le Quatrième Rassemblement une toile dangereuse très cinématographique qui va incontestablement marquer le lecteur. Thriller efficace et racé, Le Quatrième Rassemblement dépasse les frontières du genre et se clôture sur une séquence finale magistrale.

Lisez les, dîtes moi si vous avez aimé.

Oh septembre, les jours raccourcissent, de quoi prendre un bon livre (pas de saison pour lire).

Coucou tout le monde, le mois de septembre vient de commencer et j’ai déjà acheté quelques romans, de tous genres (feelgood/romans). Ce sera 2 articles, c’est encore mieux.

Je vous montre un petit peu ce que j’ai de nouveau :

et puis celui que je lis et qui est très bien, il s’agit de « Comme une pierre » de Laurence Varaine-Jarnac. Le retour sera fait très prochainement ainsi que le portrait de l’auteure. Vous pouvez déjà lui commander le livre cité ci-dessus, car je l’ai fait directement, et reçu par Mondial Relay en 2 jours. Moi, j’aime beaucoup acheter auprès de l’auteur(e), ça m’arrive souvent.

Résumé sur la Fnac :

Denis, 45 ans, est un homme triste. Englué dans ses problèmes de travail, ne sachant plus communiquer ni avec son fils ni avec son père, il voit son existence lui glisser entre les doigts. Mais quand il apprend par inadvertance que son ex-femme doit en épouser un autre dans trois jours à l’autre bout de la France, il refuse de laisser passer sa chance et s’embarque pour un improbable voyage. Un périple au bout duquel il pourrait trouver tout autre chose que ce qu’il cherchait. On s’est aimés comme on se quitte, c’est l’histoire d’un homme ordinaire, bien décidé à tenter l’extraordinaire pour reconquérir l’amour de sa vie. 

Résumé de la Fnac

Liliane, la grand-mère. Ma petite-fille m’observe avec insistance. Je ne dois rien laisser paraître. Je la connais bien, Justine. Quel bout de femme ! Quel tempérament ! Elle a de qui tenir, me direz-vous.
Catherine, la mère. Je n’en peux plus de ces réunions de famille. Je dois toujours m’occuper de tout. Et Maman qui fait des caprices, en plus ! Vivement demain que je retrouve Pierre. Pierre, c’est mon collègue. Je l’aime beaucoup, mais je suis mariée…
Justine, la petite-fille. Qu’est-ce qu’elle a, Mamie ? Je la trouve soucieuse. Les yeux dans le vague, elle soupire en caressant son petit chien. C’est certain, quelque chose cloche. Il faut que je lui parle !

Et si Justine perçait le secret de sa grand-mère ? Et si, dans cette histoire, chacune avait besoin de l’autre pour avancer, pardonner, et aimer ?

Connaissez-vous Charlie Wat et Sonia Dagotor ? non pas encore, alors, filez chez votre libraire préféré(e), votre rayon des livres adorés et fouinez. Moi, bizarre, ils me repèrent. Ne sortez pas du rayon ou ne quittez pas la librairie sans livres.

Suite au prochain article (pour les polars/thrillers).