Portrait d’auteure : Emmanuelle PERSONNE

Bonjour tout le monde, je vous propose de découvrir une auteure Emmanuelle PERSONNE qui est également esthéticienne, artiste-peintre et auteure. Emmanuelle a bien voulu répondre à mon ITW. Voici ses réponses :

1/ Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Emmanuelle, oui avec plaisir. je suis esthéticienne et artiste-peintre depuis un bon nombre d’années maintenant. En tant qu’indéniable amoureuse de la vie, j’ai beaucoup voyagé et énormément appris de ces lieux divers, remplis d’histoires et de légendes. Evidemment cela a largement sollicité mon inspiration d’auteure et de peintre.

2/ Quand as-tu commencé à écrire ?

J’ai commencé à écrire des ébauches de romans à l’âge de 20 ans. Je me suis mise à écrire sérieusement vers 33 ans. C’était tout simplement à partir d’un changement radical de vie où je côtoyais des personnes inspirantes et motivantes.

3/ Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

J’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont transmis leur amour de la langue française. La chance d’acquérir des bases solides dans mon parcours scolaire, en étudiant plusieurs années le latin jusqu’à l’obtention d’un baccalauréat littéraire et artistique.

Mais l’envie d’écrire est apparue au lycée, en classe de première… à l’époque je vivais en Nouvelle-Calédonie et ma prof de français était extraordinaire : sa passion était vraiment contagieuse.

4/

5/ Comment t’es venu l’idée de publier ton oeuvre ?

Normalement il se passe un temps plus ou moins long entre le moment où nous décidons de publier notre oeuvre et le moment où cette oeuvre est publiée. Et bien dans mon cas, la providence a mis sur mon chemin mon éditrice avant même que mon roman soit terminé et d’envisager la publication.

6/ Quel mode de publication as-tu choisi ?

Comme je viens de l’énoncer plus haut, mon roman est publié par une maison d’édition dont je suis très satisfaite… c’est un métier à part entière.

7/

8/ Quel sentiment as-tu ressenti lorsque ton livre a été publié ?

Euh….. comment dire ?! Un tsunami d’émotions : l’aboutissement d’un travail colossal, la fierté, le dépassement de ses doutes et de ses peurs, en exposant son monde intérieur. Reconnaissante, aussi par ces personnes qui ont cru en moi et ont investi de leur temps dans ce projet qui tout d’un coup devient réél.

9/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ?

Oui, j’ai diffusé l’information sur les réseaux sociaux notamment sur Instagram @personnne.emmanuelle et autour de moi : ma famille, mes amis, mes connaissances. En plus du travail promotion de la maison d’édition, j’ai eu la bonne surprise de découvrir un certain succès de « Secret Céleste ».

10/As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours ?

Secret Céleste est mon premier roman, mais c’est un Tome 1…. le tome 2 est en cours.

Je remercie Emmanuelle d’avoir bien voulu répondre. N’hésitez pas à contacter la maison d’édition pour commander les livres. Le lien direct est sur la page d’accueil du blog, il suffit de cliquer. Dîtes que vous venez de ma part, ça me fera plaisir.

https://www.facebook.com/laplume2ledition/

Portrait d’auteur : Christian GUILLERME

Hello tout le monde, vous souhaitez connaître un peu plus sur l’auteur de thrillers Christian GUILLERME, embarquez à bord d’un avion direction Les Seychelles, il vous reçoit sur la plage avec un cocktail de fruits frais. Il a bien voulu répondre à mon ITW/questionnaire.

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour, je suis Christian Guillerme, je vis en Seine-et-Marne. Je suis Business Analyst chez le leader mondial de l’assurance dans le quartier des affaires de La Défense après avoir longtemps été musicien semi-pro dans des groupes de rock en tant que bassiste.

1/Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

Je n’ai commencé à écrire que relativement récemment (février 2016) à la faveur d’une période de 15 jours seul à la maison. Je me suis dit que c’était le moment où jamais, comme ça, sur un coup de tête…

2/ Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Le fait de lire énormément (tous genres confondus). Je me suis dit que j’adorerais aussi inventer des histoires et les coucher sur papier. En fait, j’ai toujours eu envie d’écrire (j’ai une formation littéraire à la base) sans jamais avoir eu le courage de le faire, principalement parce que j’avais la musique en tête, la famille, le sport, le boulot, bref, beaucoup de choses.

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

Non, je me suis vraiment lancé sur un coup de tête, sans aucune connaissance du milieu.

4/ Comment t’es venue l’idée de publier ?

Dès le départ, j’ai écrit avec l’idée de me faire publier, je ne sais pas pourquoi, mais j’étais persuadé que cela pouvait se réaliser même si c’était mon premier roman et que je n’avais absolument aucune idée de comment faire pour arriver à ce résultat.

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition, sous une maison d’édition ?

Non, je ne savais même que cette possibilité d’auto-édition existait. Comme je le disais, je ne connaissais vraiment rien à ce milieu, un vrai novice.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

Etrangement, je n’ai pas souvenir d’avoir vécu cela comme un aboutissement. Pour moi, c’était naturel et le début de la vraie aventure. Bien sûr, j’étais fier d’avoir mon roman entre les mains, c’est normal, mais en même temps je pensais déjà à la suite.

7/ Au moment de la sotie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis) ?

Oui, bien sûr, d’abord vis-à-vis de mes collègues de bureau (je travaille dans une énorme boîte, ça aide…), mais aussi sur les réseaux, principalement Insta et Facebook, mais je n’étais pas vraiment « pro » dans la démarche à cette époque. Je me suis inscrit sur des groupes au petit bonheur la chance, mais heureusement j’ai du flair, seul un groupe de ces groupes s’est avéré une perte de temps par la suite, mais bon, c’est aussi comme ça qu’on apprend hein ?!!!

Je me souviens que mon éditrice de l’époque m’avait dit que ce n’était pas la bonne manière de faire, mais avec l’aide d’une amie, devenue au fil du temps mon agent littéraire, j’ai persévéré, et cela s’est avéré payant… comme quoi, il faut parfois s’écouter.

8/ As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau est-il en cours d’écriture, futur proche ou lointain ?

Je suis l’auteur de « La corde de Mi », mon premier roman, fin 2018 dont j’ai repris les droits et qui va être de nouveau publié chez LBS noir, une belle maison, pour le mois de novembre 2021.
J’ai également à mon actif, Urbex Sed Lex, paru en juin 2020 chez Taurnada, là aussi une très belle maison d’édition. En septembre 2021 paraîtra, Transaction toujours chez Taurnada,. Mon 4e IGH (titre provisoire) en cours de première étape de bêta-lecture et de correction.

Le colysée à Rome

J’écris également sous pseudo pour Harper Collins, collection numérique.

9/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Avant d’écrire La corde de Mi, j’écrivais des nouvelles (dont près de la moitié primée) sur le site de Short Edition. C’est vraiment un exercice très formateur, ça t’apprend la concision et la synthèse. Je ne fais plus faute de temps, mais je suis nostalgique de cette période.

10/ As-tu été invité pour des séances de dédicaces ?

Pour ce qui concerne les salons et dédicaces, 2019 a été bien remplie à ce niveau, mais j’essaie toujours d’en faire le plus possible, surtout depuis que la crise sanitaire de 2020 semble derrière nous. J’adore échanger avec les lecteurs. J’ai d’ailleurs donné carte blanche à Nelly, mon agent, pour me trouver un maximum de dates. Et le moins que l’on puisse dire c’est fait un boulot de fou. Mon planning est plein de mi-septembre à la fin mars 2022, à raison de 3 séances ou salons par mois.

Merci beaucoup Christian de m’avoir reçue et avoir répondu à mon ITW, le cocktail de fruits était excellent.

Le temps d’un livre

Portrait d’auteur : Renaud Blunat

bonjour à tous, c’est au tour de Renaud Blunat de répondre à l’ITW. Auteur Grenoblois, nous allons faire connaissance :

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis un homme ordinaire qui a franchi la limite de la retraite. Mes convictions, aussi bien celles que j’accumule en mon for intérieur que celles que je porte aux regards des autres, s’appuient sur des connaissances disparates. Je me suis aperçu que ce que l’on ne dit pas est aussi important que ce que l’on exprime. Celui qui n’essaye pas ne se trompe qu’une seule fois.

1/ Quand as-tu commencé à écrire ?

J’ai toujours fait des tentatives d’écriture. Mais ce n’est qu’avec l’ordinateur que j’ai commencé à garder des bouts de textes.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné envie d’écrire ?

J’ai toujours envie (besoin) de justifier mes choix, mes décisions et le faire par écrit me permet de ne pas être interrompu par des questions ou des réflexions. Au départ, mon désir était de raconter à mes deux enfants mon père. Celui-ci était mort dix ans avant mon mariage, il était l’unique grand parent qu’ils ne pouvaient connaître. Le texte, au fil des pages, est devenu une sorte d’autobiographie, un récit rétrospectif de mon existence. En creux ressort des traits de mon caractère, les faits d’actualité qui ont marqués et forgés ma personnalité. J’ai du mal à pardonner les conséquences imposées sur nos vies par la société ou la famille. Je me suis condamné à rester devant mon écran pour m’apercevoir que tout cela ne sert qu’à tolérer le fait que l’on subit l’existence. Comment mes enfants pourront-ils aborder leurs futurs s’ils ne connaissent pas leurs racines ?

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

Les éditions Brumerge, Bandon et Legacy, maisons d’éditions Grenobloises. Pour les auteurs, j’en ai rencontré plusieurs dans des salons du livre.

4/ Comment t’es venu l’idée de publier ?

Je voulais dire à mes enfants qu’une idée, qu’une utopie était plus fort qu’un pouvoir politique, qu’une arme. Je n’avais rien à leur montrer de concret, je ne suis pas fier de moi. L’idée de laisser une trace s’est imposée à moi, un livre de papier réel.

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition ou dans une maison d’édition ?

J’ai eu la possibilité d’être publié dans une maison d’édition associative Grenobloise (Brumerge) après avoir tenté ma chance au niveau national. Concrètement cela permet d’échapper au problème officiel de déclaration du manuscrit (et de responsabilités de l’éditeur), cela ouvre les points de vente comme la FNAC, Amazon et quelques librairies et apporte quelques chroniques (3 dans mon cas). Pour un auteur, la situation est absolument identique à une autoédition, il se retrouve seul pour faire la promotion de son ouvrage.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

J’ai eu la chance de faire moi-même la couverture, de choisir le texte de ma 4e de couverture. Je suis très content de ma publication.

7/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Quand j’ai eu le premier exemplaire de « Zapping à vif » entre les mains – cela fut une banalité déconcertante – j’ai ressenti un grand bonheur. Je suis un homme ordinaire, la joie est moins forte que pour la naissance d’un enfant mais c’est l’aboutissement de deux ans de travail.

J’ai fait tout mon possible autour de moi. Une anedocte au passage pour expliquer les difficultés de l’auteur : j’ai déposé un livre dans le magasin d’un ami, où il était bien visible. J’ai récupéré l’exemplaire au bout de deux mois et l’ami en question n’avait même pas pris le temps de le lire.

8/ As-tu publié plusieurs romans ? un nouveau est-il en cours d’écriture, futur proche ou lointain ?

J’ai l’intention de continuer l’activité sympathique des salons du livre mais il est mieux d’avoir plus de choix qu’un exemplaire à proposer sur une table. C’est pourquoi je termine un recueil de nouvelles.

9/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai participé à quatre salons du livre dans des petits villages. Je n’ai jamais fait de concours littéraires.

10/ As-tu été invité à des séances de dédicaces ?

Je n’ai jamais participé à des séances de dédicaces.

Je remercie Renaud d’avoir répondu et vous avoir fait connaître cet auteur Grenoblois.

Portrait d’auteure : Magali Chacornac-Rault

Bonjour, voici une auteure qui a répondu présente pour nous parler d’elle, enfin surtout de son métier d’auteure, il s’agit de Magali Chacornac-Rault. Elle a bien voulu répondre à mon questionnaire :

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour, je m’appelle Magali, j’ai la quarantaine et je suis maman de deux ados. J’aime la lecture, la musique et découvrir la nature…

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai commencé l’écriture à l’adolescence après la mort de mon père, c’est à ce moment-là que je me suis inventée des histoires mais j’étais toujours déçue par le rendu à l’écrit de ce que j’avais en tête. J’ai donc arrêté de coucher mes histoires sur le papier mais je continuais à en inventer, ça a même pris de l’ampleur avec l’arrivée de mes enfants. Il a fallu attendre des années avant que je reprenne le chemin de l’écrit et que je sois satisfaite de mes productions.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné envie d’écrire ?

L’envie de partager mes histoires comme je le faisais avec mes enfants… l’oral étant limité, je me suis tournée vers l’écrit.

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

Je communiquais beaucoup avec des auteurs de petites maisons d’éditions pour qui j’endossais le rôle de bêta lectrice – sur les réseaux sociaux, principalement twitter.

4/ Comment t’es venu l’idée de publier ?

C’était une évidence si je pouvais partager mes histoires

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition, sous une maison d’édition ?

La liberté de l’auto-édition m’a tout de suite séduite, beaucoup de petits auteurs que je suis suivais sont devenus des « grands » et ont perdu leur âme pour répondre aux exigences de grosses maisons d’éditions.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

Ce sentiment est toujours le même à chaque nouveau livre, l’excitation, de la peur, de l’appréhension, de l’espoir aussi que cette histoire trouve son lectorat et que les lecteurs passent un bon moment.

7/Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, amis, famille) ?

Sur les réseaux sociaux, pour la famille large j’ai attendu que le livre soit physiquement présent, qu’ils puissent le feuilleter.

8/ As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau est-il en cours d’écriture, futur proche ou lointain ?

J’ai six romans publiés :

Une série jeunesse en trois tomes : « Les Mad Drummers » pour les 10-14 ans, inspirée par mes enfants,

Deux thrillers/polars « Le sorcier à tête de bouc » et « Emmurées » où l’on retrouve les mêmes personnages.

Un roman historique fantastique « Liberté » en young adult/adult

Un troisième thriller sortira en septembre 2021 et un young adult en juin 2022 et plein d’autres projets en cours dont je ne peux pas encore parler.

9/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre.

J’ai participé à plusieurs séances de dédicaces en librairie, médiathèques, marché de Noël, café littéraire, café de l’auto-édition, camping.

J’ai plusieurs salons de prévus, beaucoup avaient été annulés, je croise les doigts pour la rentrée de septembre.

10/ As-tu été invité(e) pour des séances de dédicaces ?

En médiathèque une fois, normalement c’est moi qui fais les démarches.

Ma page auteur FB : https://www.facebook.com/MCRauteur

Magali, je te remercie d’avoir consacré du temps à répondre à mon ITW, je te souhaite que tu aies beaucoup de ventes, ainsi que tu sois contactée pour des séances de dédicaces et des salons littéraires.

Coup de pouce pour une amie

Une amie a le projet d’ouvrir une librairie-café à Marseille et elle a besoin de vous. Dans le cadre de son étude de marché, elle a réalisé un questionnaire afin de connaître vos besoins, préférences, souhaits, etc. et elle vous invite (si vous le souhaitez bien sûr) à le compléter et à le partager avec vos contacts. Merci d’avance pour votre aide.

Je lui donne un coup de pouce, j’ai déjà répondu à son questionnaire, merci d’en faire autant, cela prend juste que quelques minutes et pour cette amie, c’est une immense aide.

Vous en avez déjà certainement entendu parler du concept librairie-café :

« Après une journée shopping en famille, entre ami(e)s, une envie de rentrer dans une librairie et se poser pour déguster une boisson fraîche ou chaude, en découvrant ou dévorant un livre qui vous a sauté aux yeux dans les rayons de cette librairie, qu’est-ce que c’est agréable. Une pâtisserie faite maison, un café, un chocolat chaud, c’est génial ».

Le temps d’un livre

Il vous suffit de cliquer sur le lien et d’y répondre.

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSclQL3y2wO8UzEYqU9l14RKHkuL_UTztlH65O30HgzxLNaeyw/viewform?fbclid=IwAR26TXkzwCl7RsRri3waEe053i7qJZSz-MbWWnMDLbae_BMVlYeTrSopA7s

En vous remerciant par avance, je vous laisse et vous souhaite un très bon après-midi,

Manoue addicte à la lecture,