Une librairie, deux crapulettes, un ermite : joyeux bazar garanti de Sonia François

Résumé :

Mon avis :

Je découvre le premier roman de Sonia François, éditée aux Editions Le loir, qui est une grande lectrice-librinovore et dont les chroniques sont toujours bien présentées. Nous discutons régulièrement ensemble. C’est au cours de nos échanges qu’elle m’a parlé de son futur roman et surtout de la sortie prochaine.

Là, c’est l’histoire de Louise, 38 ans, mariée à Valentin, et maman de deux enfants Léo 11 ans, Constance 6 ans, tous férus de lecture et surtout de Jules Verne dont le nom du bibliobus.

Si vous souhaitez continuer à lire ma chronique, je vous invite à monter à bord du bibliobus « Le Nautilus » avec une belle pieuvre…… En route pour de nouvelles aventures livresques, des rencontres avec de jeunes enfants, des ados, des adultes, des personnes âgées.

Louise, au volant du Nautilus vous emmène dans tous les coins où elle peut s’arrêter pour contenter les petits comme les gros lecteurs. Mais, aidée par Odette, une mamie septuagénaire qui adore mener l’enquête et qui avec un caractère bien trempé sera là pour vous aider.

La joyeuse troupe : Louise, Odette, Antoinette, Hector vous attendent.

Je vous convie à vous le procurer, je pense que chacun d’entre nous a rêvé monter une librairie, un bibliobus, là moi j’étais au volant à la place de Louise. De plus, il paraît qu’il y a la suite qui est en cours d’écriture. Vous me connaissez, j’ai déjà dit à Sonia que je le pré commandais !

Quiberon le retour ! un super salon Fête du livre

Ce week-end avait lieu le salon du livre « Fête du livre » à Quiberon organisé par la librairie de Port-Maria. Du personnel au top, adorable, une ambiance bon enfant, pas trop de monde, le bonheur de ne pas à se faire marcher sur les pieds, de pouvoir discuter avec les auteurs, les retrouver, et surtout qu’ils nous reconnaissent.

Ai-je été raisonnable ?

Oui, j’ai acheté 2 livres dédicacés par Caroline Kant, vous verrez les photos bien sûr.

Sonia et Audrey m’avaient fait leurs listes, nous avons des goûts en commun. Après avoir lu Alabama 1963 dont j’ai fait des éloges, les filles m’ont demandé de leur prendre ses romans. Ludovic Manchette et Christian Niemec leur ont laissé chacun une jolie dédicace.

Puis je suis passée chez Laure Manel, pour offrir à Audrey un roman « Le croquant de la nougatine », ne sois pas trop gourmande, la nougatine c’est trop bon mais à déguster en lisant un roman de Laure c’est le top. Je lui ai demandé de dédicacer son petit dernier.

Passons aux livres demandés par Audrey : Catherine Bardon « Les déracinées », j’ai cru que j’allais en avoir qu’un seul. Je ne me voyais pas choisir entre Audrey et moi ! Puis Sarah Briand pour Romy et Simone (de magnifiques et belles personnes mais également d’excellentes actrices).

Pour Sonia, pour un Paris-Briançon de Philippe Besson.

Pour moi, un double pour passer un long moment en compagnie d’Agnès Martin-Lugand. Trois années sans la rencontrer ! c’est long. Cette année je la revois à Vannes. Vous me suivez….

Après je suis repartie à la maison vers 16 h 15, heureuse d’avoir passé une super chouette journée. Comme d’habitude, ma ponctualité a joué le jeu, j’ai cru avoir lu « ouverture du salon samedi à 10 h 30 » et c’était à 14 h. Il a fallu tourner mais pas trop. A 14 h 00 j’étais dans le hall. La foule n’était pas encore arrivée : génial. Vous pensez qu’ils sont rentrés quand moi je partais (question d’organisation).

pour les photos : c’est ici

Pour Audrey :

Pour moi :

Le week-end du 10 au 12 juin, je retrouverais Agnès Martin-Lugand, Carène Ponte, Ludovic Manchette et Christian Niemec, Laure Manel.

Une librairie, deux crapulettes, un ermite… joyeux bazar garanti

Ce roman paraît demain et sera disponible sur les plateformes :

Décitre :https://www.decitre.fr/livres/une-libraire-deux-crapulettes-un-ermite-9791094543818.html

Fnac :

Le Furet du Nord : https://www.furet.com/livres/une-libraire-deux-crapulettes-un-ermite-sonia-francois-9791094543818.html

FNAC : https://livre.fnac.com/a16572265/Sonia-Francois-Une-libraire-deux-crapulettes-un-ermite

Je suis allée faire mon petit tour la semaine dernière et j’ai demandé s’ils allaient le recevoir le jour J. La vendeuse me voyant très déterminée est allée voir sa collègue pour lui demander de le commande. Cinq minutes plus tard, elle est revenue me disant qu’ils allaient en recevoir. chic je vais l’avoir entre mes mains, prochainement.

Je vous souhaite de faire de même, le commander, imaginez vous au bord de cette librairie ambulante avec les copines toutes aussi dinguos de lecture. Ca promet, hein ! J’emmène qui ?

Sorties littéraires Thrillers du 10.02.2022

je vous propose ma sélection des thrillers qui vont sortir jeudi 10/02/2022 donc les voici (je vous ai mis tous les éléments indispensables à savoir le nom de l’édition, le prix en format broché et epub et en poche pour un roman.

D’autres sorties littéraires dans une autre catégorie vont suivre mais dans des articles différents, vous aurez de quoi lire…..

Peut-être qu’ils vont vous donner envie de vous les procurer, dîtes moi si ma petite sélection vous a plu sous l’article (ah ah). Pas de bol vous devrez le lire entièrement.

Ce week-end t’étais où Manoue, j’étais là

Bonsoir tout le monde, ce wee-end, j’ai un peu déserté facebook et les réseaux sociaux, j’étais au salon du livre de Vannes 2021, où nous pouvions rencontrer 200 auteurs. 23 000 visiteurs sont venus à cette manifestation tant attendue, étant donné la pandémie 2020 où nous avons tous été punis, ne pas voir nos auteurs, ne pas pouvoir acheter les livres. Pour moi, c’était une punition !

Mon panier littéraire :

quand Manoue va au salon, voici ce qu’elle rapporte à la maison

J’ai passé de super moments les samedi et dimanche. Samedi, j’ai pu revoir Lorraine Fouchet, Anne-Gaëlle Huon et faire connaissance avec Melissa Da Costa, Niko Tackian. J’ai fait les emplettes pour mes amies Audrey, Mumu et Sonia qui se reconnaîtront.

Dimanche, n’ayant pas vu tous les auteurs, j’y suis retournée et c’était super sympa, Sophie Henaff, Olivier Bal, Claire Favan, Véronique De Bure, Claire Norton. De super moments passés en leurs compagnies. Même le soleil et le ciel bleu nous ont accompagnés. Preuve en photos.

Je mettrais tous les achats que j’ai effectués (pour moi) et ceux qui m’ont été commandés. 2 sont déjà partis en direction de chez Sonia. Le reste des commandes va partir ces jours-ci.

N’hésitez pas à commenter, mais le smiley me cache, vous ne verrez pas ma tête. Navrée. .

Le temps d’un livre vous souhaite une agréable soirée:

Salon du livre de Lagny sur Marne (77)

Bonjour, je vous propose aujourd’hui de noter sur vos tablettes, vos téléphones le week-end du octobre aura lieu le salon du livre où de nombreux auteurs seront présents (voir liste sur l’affiche) dans les locaux de la Mairie.

Je suis désolée pour l’erreur de dates, je croyais que c’était sur 2 jours, et c’est bien et uniquement le 02 octobre de 10 h à 18 h. Heureusement que les auteurs viennent lire mes articles.

L’entrée est gratuite, vous trouverez les maisons d’éditions et les librairies et pour satisfaire tout le monde, de nombreux genres littéraires vous sont proposés. Je vous souhaite de passer d’excellents moments.

Portrait d’auteure : Marylène Halimi

Bonjour tout le monde, aujourd’hui, Marylène Halimi, répond à l’ITW. Voici les réponses :

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis retraitée, je lis beaucoup et j’écris. J’ai publié trois livres : un recueil de nouvelles « quelques instants précieux en 2017 chez Claire Lorrain sous le nom de Azencot Marylène, puis un livre autobiographique après le décès de ma maman : « Maman, j’aurais pu… » publié chez Claire Lorrain en 2017. Un roman : La douloureuse plainte des cyprès, publié chez M+Editions en mars 2021, en lice pour le prix Méditerranée du premier roman, sous le nom de Marylène Halimi.

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai tenu un journal quand j’étais gamine, puis adolescente. J’ai écrit des poèmes.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné envie d’écrire ?

Je suis passionnée de littérature, j’ai fait des études littéraires et de philosophie qui m’ont conduite à cette passion dévorante.

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

J’ai rencontré Marek Halter, Delphine de Vignan, Catherine Bardon. J’ai deux éditeurs Marc Duteil M+Editions et Claire Lorrain.

Mes libraires fétiches : Decitre, Fnac, Cultura, librairies du quartier.

4/ Comment t’es venu l’idée de publier ?

Lorsque l’on écrit on a envie de le faire partager, c’est légitime. Forcément on cherche à se faire publier, à se faire connaître.

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition, sous une maison d’édition ?

Publication à compte d’éditeur.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

OUi, j’aime mes deux maisons d’édition.

7/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Lorsque mon premier livre a été publié, puis les autres, c’est un sentiment de fierté, de reconnaissance, que j’ai éprouvé. Une année d’écriture, en tout cas pour moi, c’est ce délai ! C’est un travail énorme, éprouvant qui sollicite et accapare infiniment. Ensuite, ce sont les relectures, les corrections.

Portrait d’auteure : Cynthia Kimberley

Bonjour à toutes et à tous, je vous propose de faire connaissance avec Cynthia Kimberley qui a écrit plusieurs livres, son univers est varié. Je dois préciser également qu’elle a une initiative magnifique : elle vous en dira plus.

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Cynthia KIMBERLEY, j’ai 47 ans et vis dans l’Yonne près de Sens. Je suis mariée et maman de deux garçons dont je suis fière : Jonathan 23 ans et Robin 20 ans. J’ai publié 9 ouvrages pour le moment, 8 pour enfants et 1 pour adultes. J’adore écrire et m’interdis aucun style. On peut dire que je suis une auteure sans étiquette ! Je suis une auteure engagée notamment dans la défense des animaux, mais pas que…. Pour ma collection je reverse 50 cts de mes droits d’auteur sur chaque vente à des associations.

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence)

J’écris depuis que je sais tenir un stylo ! J’appréciais les dissertations surtout quand elles étaient libres ! J’écrivais des poèmes pour mes amis et je leur donnais. J’écrivais aussi des histoires sur des feuilles volantes, que je perdais rapidement. Cette passion de l’écriture m’a poussée vers des études littéraires, j’ai un BAC A2 (lettres philosophie et 3 langues pour les plus jeunes qui ne connaissent pas). J’ai décidé de travailler pourtant dans un métier scientifique, mais dans lequel les écrits sont très importants.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné l’envie d’écrire ?

Pour cette aventure littéraire, c’est mon fils Robin qui m’a poussé à publier mes histoires. En effet, lorsque mes enfants étaient plus petits, je leur racontais une histoire de mon invention sur un thème qu’ils choisissaient. Et un soir mon fils m’a dit « Tes histoires sont trop bien, tu devrais les écrire pour les autres enfants ! ». Je l’ai pris au mot et j’ai écrit Mx Club. Ce n’était pas mon premier livre, en 1994, j’avais écrit un livre destiné à ma maman « les traces d’un amour complexe ».

3/ Connais-tu d’autres écrivains, éditeurs, libraires ? Si oui, lesquelles ?

Je connais beaucoup de monde depuis 2014, année de la publication de mon premier livre et de mes premiers salons. Michèle FANELLI, une auteure de roman pour enfants que j’adore, elle est costumée à chacune de ses apparitions. Noëmie DELPRA (autoéditée) que j’ai rencontré lors d’un salon et d’ont j’adore la saga « Les larmes de Jundur ». Valérie DOURLENT qui a créé sa propre maison d’édition. Danielle THERY ancienne commissaire que j’ai eu le plaisir de rencontrer qui écrit des policiers que j’adore. Mireille CALMEL, une auteure très connue mais aussi très simple avec qui j’ai eu la chance d’échanger dans un salon et dont j’apprécie énormément l’écriture et les thèmes abordés (médiéval). Patrick BEDIER, un auteur que j’ai rencontré en salon, qui a écrit un policier sur fond de golf génial « les plumes de l’albatros ». Algédi DAHIH, un auteur de fantasy, science fiction que j’adore. Je pourrais en citer plein d’autres, Sacha ERBEL, Cicéron ANGLEDROIT…

Editeur je connais donc Valérie DOURLENT qui a créé sa maison d’édition « atelier-grifonne ». Chérubins éditions, Faralonn éditions, éditions Volubilis de Villebourgis dans l’Yonne.

Librairie Calligrammes à Sens dans l’Yonne, librairie du Hérisson à Montargis;

4/ Pourquoi as-tu choisi une maison d’édition plutôt que l’auto-édition ?

La facilité, je ne me préoccupe pas de l’impression ou de la diffusion de mes ouvrages. Seulement de toute la partie promo et communication. Je tire mon chapeau à tous les auteurs qui ont choisi de s’auto éditer, car c’est un sacré travail.

5/ Quel mode de publication as-tu choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

J’ai choisi la maison d’édition, après 8 ans de recherches entre l’écriture finalisée de « Mix Club » et sa parution en avril 2014. J’avais d’abord tenté des grosses maisons d’éditions, puis plus petites et finalement j’ai décroché avec les Editions du net.

6/ Es-tu satisfaite de ta publication ?

La publication de mes ouvrages par ma maison d’édition me satisfait beaucoup. La qualité de l’impression est au rendez-vous, ils sont réactifs et à mon écoute. Ils m’ont invité au salon du livre de Paris en 2019. La rémunération est très correcte et les livres sont souvent expédiés entourés de plastique de protection. La réalisation de l’envoi du manuscrit se fait par internet et est très simple, dès l’instant où l’on a utilisé le modèle de la maison d’édition pour écrire l’ouvrage papier est gratuite. Le petit point négatif : le prix de la réalisation d’un e-book qui moi me freine pour mettre mes ouvrages sous ce format (80 euros).

7/ Quel sentiment as-tu ressenti lorsque ton livre a été publié ?

Lors de la réception de mon premier carton de commande de mon ouvrage, j’avoue, j’ai pleuré ! Et oui, cette fois c’était mon ouvrage à moi que je tenais entre mes mains et qui allait probablement trouver des bibliothèques pour être entreposé chez des petits lecteurs…. C’était une sacrée fierté !

8/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

A chaque sortie de livre, je fais de la promotion. Sur mes différents réseaux sociaux déjà (facebook page auteur et fbk profil, instagram, linkedin, twitter, chaîne Youtube et mon blog. Ensuite, j’arrose tous mes contacts famille, amis… Et je créé un communiqué de presse que j’envoie dans des radios, des journaux et même des télé.

http://cynthiakimberley.com

9/ As-tu publié plusieurs romans ? un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

  • Alors j’ai écrit 2 romans policiers pour les 6/12 ans « MX Club » et « MX CLUB la suite », qui propulse le lecteur dans des enquêtes menées par les héros qui sont des enfants dans le monde du motocross.

1 policier pour adultes : « Les traces d’un amour complexe », cette histoire écrite pour ma maman, qui m’a rendu le manuscrit pour que je le publie. J’ai corrigé énormément en relisant ce premier ouvrage qui datait de 1994, d’abord parce qu’il y avait beaucoup d’incohérences, l’enquête a évolué depuis et j’avais grandi ! Vous êtes plongé au coeur de Montréal où Véronica PAROS lieutenant de police enquête, croise le chemin de Christopher LEIGHTON un riche homme d’affaires qu’elle trouve insupportable. Mais une histoire d’amour se profile, malgré des amours complexes passés.

enfin une collection pour les tout petits jusqu’à 10 ans « 365 Petites histoire pour dormir » qui comportera 8 tomes pour avoir les 365 histoires. Cette collection me tient à coeur, car j’écris (ça c’est normal !), je fais les illustrations et surtout je reverse sur chaque sur chaque vente 50 cts de mes droits d’auteurs au profit d’associations. Actuellement 6 tomes sont parus avec 49 histoires chacun.

Le tome 1 : la faune au profit des refuges de la SPA https://www.la-spa.fr

Tome II : La faune au profit de www France https://www.wwf.fr/

Tome III : Contes et légendes au profit de la Mémoire Médiévale, une association en charge du château de Brancion en Saône et Loire : https://www.chateau-de-brancion.fr/fr/l-association/l-association-la-memoire-medievale/

Tome IV : Les sports pour RIDE+ une association de l’Yonne qui fait la promotion des sports extrêmes et des sportifs : http://www.rideplus.fr/les-rochers-du-saussois-un-veritable-terrain-de-jeu-pour-les-sports-extremes/

Tome V : l’imaginaire pour l’association de Bussy en Othe dans l’Yonne TOUSSENSEMBLE qui offre des divertissements aux enfants hospitalisés (de jeux de sociétés pour ceux ne peuvent se déplacer à des spectacles avec goûter au sein de l’hôpital) : https://www.asso-toussensemble.fr/

Tome VI : le monde extraterrestre au profit des chiens guides d’aveugles de l’Ouest : https://chiens-guides-ouest.org/

Mes projets, je termine une romance qui devrait paraître à la rentrée (enfin j’espère) et qui me permettra de reverser 50 cts sur chaque vente à l’association KALAWEIT https://kalaweit.org/ qui me tient à coeur. Je vais démarrer les dessins pour les tomes VII et VIII de 365 petites histoires pour dormir. Et là, je vais débuter l’écriture d’un thriller.

10/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai participé aux concours de nouvelles du salon de Mennecy et magazine Psychologie. j’ai participé avec mes ouvrages à des prix littéraires lors du salon de Moret sur Loing organisé par le Rotary.

Les salons du livre j’en ai fait beaucoup : le salon du livre d’Ile de France à Mennecy (plusieurs fois), le salon du livre de Sens, le salon de Luxeuil les Bains, le salon de Jouy en Josas, le salon due Morêt sur Loing (plusieurs fois), le salon de Bussy Saint Georges, le salon d’Armeau, le salon d’Artonges, le salon d’Auxerre en 2018, le salon de Champigny sur Yonne, le salon de Country, le salon d’Egriselle le Bocage (plusieurs fois), le salon de Fleury la Vallée, fête de l’aérodrome de Gisy les Nobles, salon de Gurgy, salon de July, salon de Gron, Salon de Rebais, salon du livre de Monte Cristo, Salon de St Valérien et le salon du livre de Paris ainsi que 2 salons virtuels organisés par A PLUMES D’ELLES sur Facebook;

Les dédicaces : j’en ai fait dans des sociétés Natixis, Ste générale et Wordline. Dans des enseignes comme Cultura de la Défense, espace culturel Leclerc de Varennes sur Seine (je dois y retourner prochainement si Covid nous lâche un peu), espace culturel de Leclerc Sens et d’Auxerre.

11/ As-tu participé à des séances de dédicaces ? Quel a été ton ressenti ?

Dans les magasins Cultura, les séances de dédicaces sont parfois compliquées, les visiteurs ont l’impression que nous allons les obliger à acheter nos ouvrages. Alors que pas du tout, on souhaite juste échanger et si notre travail plait pourquoi pas l’acheter. mais dans l’ensemble, toutes les séances sont agréables, j’arrive à échanger avec des lecteurs et des passants. les équipes qui organisent ces séances que ce soit en librairie ou dans des grandes enseignes sont adorables et sont aux petits soins pour nous. C’est tout de même un grand plaisir de faire des dédicaces. Quant aux salons, là ce sont des lecteurs que nous croisons et les échanges sont souvent plus ouverts. En revanche, il y a souvent plus de concurrence, donc on doit avoir un petit quelque chose de différent qui attire l’acquisition de nos ouvrages.

Merci Cynthia d’avoir dévoilé un peu ton métier d’auteure en plus de ton autre métier. C’est super d’écrire des livres et des romans policiers pour les enfants. Je me souviens en avoir lu quand j’étais jeune et adolescente et j’adorais ça.

Portrait d’auteure : Laur’El

Bonjour tout le monde, voilà une nouvelle auteure avec qui j’ai discuté un peu sur messenger. Je lui ai proposé de lui envoyer mon petit questionnaire auquel elle a répondu gentiment et positivement. Alors, suivez-moi, c’est par ici que ça se passe….

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je suis Laur’El. Ma fille a arrêté de compter mes années lors de mon 40è anniversaire et ça me plait bien, donc, ça me fait 40 ans depuis 12 ans. J’écris des romances MM. A mes heures perdues, je suis commerçante indépendante.

Jusqu’à ce jour, j’ai auto publié trois nouvelles. La première, « La Saint-Valentin mouvementée, une romance contemporaine, est celle qui m’a fait me jeter à l’eau, sans rien connaître de l’édition.

Ensuite, à l’occasion d’Halloween 2019, j’ai auto-édité « Nuit magique, une romance fantastique ». J’avais envie de compléter cette histoire, alors fin janvier, Caramel & Chocolat est paru (le tome 1.5 de Nuit magique). Comme son nom l’indique, ce récit est plus doux, plus tendre. Enfin, Nuit d’été, le dernier tome de la série paraîtra le 25 juin.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence….)

J’ai toujours aimé lire, mais écrire ne m’est venu, qu’à l’adolescence, j’étais lycéenne, à l’époque, mais je détaillerai à la question suivante.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

C’est une longue histoire qui commence avec l’adolescente mal dans sa peau que j’étais. J’écrivais déjà mes petites histoires dans mon coin, mais je n’en parlais à personne. Elles servaient surtout à m’inventer une autre vie. Mais c’est une professeure de français qui m’a donné envie d’écrire d’autres récits.

Le français a toujours été mon point fort. Cette enseignante nous faisait travailler sur des thèmes qui duraient plusieurs semaines. Par exemple, « la peine de mort en France », « le racisme » ou encore « la condition féminine de Napoléon 1er à nos jours ». Chaque thème se terminait par un récit que chacun des élèves devait écrire, je me souviens à peu près du sujet du dernier thème que j’ai cité : « Vous êtes une jeune mariée en 1810, racontez votre vie. Une de vos descendantes se marie en 1980, la veille de son mariage, elle lit votre récit. Qu’en pense-t-elle ? Comment réagit-elle ?

J’affectionne particulièrement cette partie du travail, nous avions la liberté d’écrire l’histoire que nous voulions, tout en y incluant la réalité du thème. Comme pour un roman où on se documente, en fait.

Je me suis prise au jeu, j’adorais créer des histoires de toutes pièces. C’est devenu un de mes loisirs préférés, ça me détend. Donc, j’écris depuis toutes ces années, même si la plupart de mes oeuvres resteront à jamais dans mes tiroirs.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui lesquelles ?

Oui quelques-uns que j’ai rencontrés au Salon du livre de Mons. Avec quelques autres auteurs, Patrick Deletang, Naoli Roï, Micaela Barletta, Kim Chi Pho et Mariana, nous ne voulions pas faire notre premier salon seul, alors, nous avons réservé un stand ensemble. C’était très sympa.

Avec Kim, nous avons partagé une chambre et nous nous sommes tout de suite bien entendues. Son roman « Sista » est une merveille.

5/ Comment vous est venue l’idée de publier votre oeuvre ?

Une amie qui lisait mes histoires depuis toujours, elle n’arrêtait pas de me dire d’essayer de les faire publier. Mais j’hésitais, je manquais de confiance en moi.

Puis un jour, j’en ai eu marre d’hésiter, alors, je me suis lancée. J’ai auto-édité ma novella, Saint-Valentin mouvementée, et parallèlement, j’ai répondu à des appels de texte de maisons d’édition.

Une de mes nouvelles a été retenue, à condition que j’en fasse un roman. Celui-ci devrait paraître en octobre de cette année.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? En auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Les deux, mais pour l’édition traditionnelle, j’ai été très surprise qu’un de mes textes soit retenu aussi vite.

7/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Jusqu’à présent, oui. Même si je ne m’attendais pas à ce que ça représente tant de travail de s’auto-éditer. Quand on y connait rien, comme c’était mon cas quand je me suis lancée, on imagine qu’il suffit d’écrire une histoire. On ne voit pas tout le reste, les relectures, les corrections, la mise en page, la couverture, la communication….Mais tout ça est très exaltant et enrichissant.

8/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Le tout premier, j’étais tellement apeurée et émue que j’en ai eu une boule au ventre pendant toute la première semaine de parution. Et pour les autres, la peur est toujours là, c’est l’émotion commune à chaque nouvel ouvrage.

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Oh oui, j’en ai parlé partout où je pouvais, j’essayais de me faire connaître, ne pas en parler aurait été une erreur. D’ailleurs, tout ça est très récent, je suis toujours dans ce cas, j’essaie de communiquer au maximum.

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

Comme je l’ai dit dans ma présentation, jusqu’à présent, j’ai publié trois livres, et Nuit d’été, le tome 2 de Nuit magique paraîtra le 25 juin, on y retrouvera les personnages des deux premiers livres qui se feront un peu bousculer.

J’ai plusieurs projets en cours d’écriture, celui sur lequel je travaille actuellement ne sortira pas avant le début de l’année prochaine, je pense. Je veux prendre le temps de l’écrire et pour une fois être prête avant l’heure (parce qu’il faut le préciser, je suis toujours en retard. C’est une horreur avant chaque parution, je suis obligée de me presser pour terminer dans les temps toutes les présentations nécessaires à la publication, à la pub….)

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai participé au Salon du livre de Mons, en novembre dernier. J’ai adoré l’expérience, rencontrer les lecteurs est un plaisir plus intense que je ne l’imaginais. Ma première rencontre avec une lectrice lors de ce salon m’a vraiment émue et encore plus quand elle m’a offert un cadeau. Virginie restera particulière pour moi, parce qu’elle est la première et pour sa gentillesse.

12/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

Non, hormis le salon de Mons, je n’ai rien fait d’autre (le Covid a annulé les trois suivants qui auraient dû avoir lieu au printemps), mais ça viendra.

Je vous souhaite une agréable lecture. A bientôt pour un nouveau portrait d’auteur. N’hésitez pas à me contacter sur mon groupe (lien sur la page d’accueil).

P.S : je continue à faire les portraits d’auteurs, AE pour un premier temps pour les faire connaître, booster les ventes de leurs livres car il y a de nombreuses pépites et ne comprenant pas pourquoi les libraires s’acharnent à ne pas accepter ou se méfier.

Portrait d’auteur : Sébastien Theveny

Coucou, je voulais absolument faire le portrait d’un auteur qui m’a épaulée depuis la création de mes groupes, toujours présent lorsque j’avais besoin de parler, ne jamais laisser tomber. Pour le remercier, je suis ses écrits qui sont devenus géniaux, d’ailleurs une amie en a lu plusieurs, comme quoi, petite transmission de pensées où peut-être le lui en ai-je parlé lors de nos papotages téléphoniques.

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Né en 1976 en Pays de Champagne, je pose mes valises en Franche-Comté en 2002 et ne quitte plus cette région d’adoption. De formation littéraire, j’occupe mon temps à rédiger poèmes, nouvelles, contes pour enfants et romans tout en n’oubliant pas de m’adonner au tennis et au tennis de table : mens sana incorpore sano !

Après la publication de mon premier roman « Trouble Je », j’ai publié mon premier recueil de poèmes, écrits sur une période 14 ans, intitulé « En Vers… et contre tout ». J’ai eu la folie également de créer un « roman en alexandrins » : Vers…tige, qui suit la vie d’un homme de sa naissance à sa mort, au travers du prisme du désir et de son rapport aux femmes.

Un frère de Trop, mon premier thriller, a conquis plus de 36000 lecteurs en auto-édition, depuis sa parution en novembre 2017.

Il est publié aux Editions Michel Lafon en février 2019.

Trente secondes avant de mourir, mon nouveau thriller paru en juin 2018, dont l’action se déroule à New York, a quant à lui déjà séduit plus de 15000 lecteurs.

C’est au tour du Voisin d’en face, thriller psychologique paru en novembre 2019 de faire son chemin dans le coeur des lecteurs fidèles (15000 lecteurs).

Rumeurs, à paraître en juin 2020, sera mon sixième roman.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence….)

Il me semble avoir commencé mes premiers petits textes à l’âge de treize ans, sur une machine à traitement de texte de ma tante, chez qui j’étais en vacances cet été-là. Des textes de deux ou trois pages tout a plus.

3/ Qu’est-ce- qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Tout simplement : le goût de lire ! J’ai depuis mon plus jeune âge aimé la lecture, découvrir des histoires, me laisser porter par les aventures des personnages de ma jeunesse, que ce soit sous forme de bande dessinée (Lucky Luke, Astérix, Spirou, Gaston Lagaffe, etc..) ou encore des premiers romans de jeunesse (Le Club des 5).

J’adorais également cet exercice tant redouté par nombre de mes copains de classe : la rédaction du samedi matin ! Pour moi, ce n’était pas du tout une corvée mais un véritable plaisir.

Alors tout a sans doute débuté comme cela….

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou librairies ? Si oui lesquelles ?

Bien entendu, à commencer par la grande communauté, qui est plus ou moins comme une grande famille, celle des auteurs auto-édités. Une communauté d’entraide, de partage, de camaraderie qui est à l’image de la liberté que nous recherchons dans notre activité indépendante.

J’ai aussi la chance d’avoir rencontré Marc Levy, une heure en tête-à-tête dans un salon de thé au pied de chez lui, à Greenwich Village, New-York. Un homme très agréable, timide et passionné. Depuis, nous échangeons quelques mails de temps en temps.

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

Si l’on parle de « Un frère de trop », mon premier roman auto-édité, cela s’est fait comme un pari sur l’avenir. On tente et on verra bien ! Après une première expérience chez un petit éditeur, qui n’avait malheureusement pas les moyens de me diffuser partout, j’ai fait le pari de l’AE. Pari payant puisque ce roman est devenu le titre auto-édité le plus vendu sur Amazon en 2018. Un vrai bonheur qui a lancé ma « carrière » d’auto-édité et qui m’a permis d’être repéré par les éditions Michel Lafon.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

A ce jour, je suis un auteur « hybride », avec un grand pied dans l’auto-édition et un plus petit en ME : Un frère de trop qui poursuit sa petite vie chez Lafon et Trouble Je (mon premier roman) désormais en version poche chez Red’Active, la petite maison d’édition d’une amie.

7/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Le tout premier, c’est un sentiment unique, un peu comme la première fois avec une fille, vous voyez ?

Ensuite, lorsque Un frère de trop a été choisi par lafon, ce fût des bonds de joie puis une immense fierté de voir son roman sur les étals des librairies.

Enfin, à chaque nouvelle sortie, comme celle de RUMEURS le 12 juin 2020, c’est une nouvelle angoisse : va-t-il marcher ? Plaira-t-il aux lecteurs ? Pourrai-je en écrire un autre aussi bien ou mieux par la suite ? Jusqu’à quand vais-je tenir le cap ? A chaque nouveau roman, c’est un éternel recommencement.

8/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Absolument !

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Oui, j’opère toujours un lancement avec pas mal de communication pendant le premier week-end de sa sortie, notamment via les réseaux sociaux (ma page auteur, mon profil FB, les groupes de lecture FB comme le mien (c’est Sébastien qui le nomme).

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

6 romans à ce jour :

  1. Trouble Je (2016)
  2. Un frère de trop (2017)
  3. Trente secondes avant de mourir (2018)
  4. Huit minutes de soleil en plus (Finaliste Prix du Jury Plumes Francophones d’Amazon 2029/Lauréat Amazon Prime Vidéo 2020)
  5. Le voisin d’en face (2019)
  6. Rumeurs (2020)
Recueil de poèmes
2016
2017
2018
novembre 2019
2019
2020

3 recueils poétiques également, dont Vers…tige (un roman en 1300 alexandrins)

Et des projets encore plein la tête ! Je prévois un nouveau roman pour la fin 2020.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Très peu de concours car en tant qu’auto-édité, nous sommes rarement accueillis à participer à des sélections. Des séances de dédicaces, j’en fais en général 5 ou 6 par an mais cette année 2020 étant très particulière… Le prochain n’est prévu que fin septembre à Longperrier (77).

12/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

Pour moi, c’est un moment que j’adore : le contact avec mes lecteurs. Entendre leurs remarques et critiques, en capter de nouveaux qui n’avaient jamais entendu parler de moi auparavant. A l’inverse des moments de grande solitude qu’est la période de l’écriture (bien que la compagnie de nos personnages soit assez agréable), les dédicaces permettent de partager sa passion avec le lectorat. C’est là le lien concret, physique, avec ces inconnus qui ne connaissaient de vous que vos mots…