Salon du livre de Vannes, mon escapade….

Le week-end dernier j’étais au salon du livre de Vannes qui se tenait dans une super ville, sur l’esplanade du port. Rien ne vaut cet endroit idyllique….. 250 auteurs étaient invités et j’ai retrouvé mes écrivains préférés… Je suis restée 5 h à arpenter les allées. Le vendredi j’y étais déjà allée pour voir Olivier Norek et faire dédicacer son dernier thriller. Le lendemain, le samedi, j’ai rencontré Mélissa Da Costa, Virginie Grimaldi, Marie Vareille, Clarisse Sabard, Jean et Margot Le Moal, Sophie Tal-Men, Lorraine Fouchet, Henri Loevenbruck, Sylvain Forge, Sophie Astrabie.

Ai-je été raisonnable ?

Oui, j’ai acheté le thriller d’Olivier Norek et un roman de Sophie Astrabie conseillé par Agnès Ledig.

Avais-je apporté mes romans à faire dédicacer ?

Bien sûr, je ne suis pas passée inaperçue avec mes 2 sacs de toile. Sophie Tal-Men m’a gentiment proposé de les garder sous sa table pour me soulager. Je la remercie et mon dos également.

J’avais des commandes d’Audrey (Sylvain Forge, 2 thrillers à prendre, une duologie), et Nicolas Lebel que je devais voir mais qui était absent car parti se restaurer ! Quel dommage !!!

En espérant les revoir l’année prochaine, j’espère que nous trouverons les mêmes auteurs.

Le smiley vous fait un joli sourire à la place de mon visage.

Dans le 1er pêle-mêle : Virginie Grimaldi Mélissa Da Costa Jean et Margot Le Moal Serena Giuliano Olivier Norek

Dans le second : Lorraine Fouchet Clarisse Sabard Agnès Ledig Marie Vareille Henri Loevenbruck et à nouveau Jean et Margot Le Moal.

J’ai passé une super journée à ce salon et je réitère comme tous les ans pour 2023 ! Je vous laisse découvrir sur le blog en tapant dans recherche « salon du livre 2022 » pour voir quels étaient les auteurs invités (250)

La ritournelle d’Aurélie Valognes

Voici ma chronique pour le dernier roman d’Aurélie Valognes, une auteure que j’aurais pu rencontrer le week-end dernier mais vu la chaleur qu’il faisait et le monde qu’il y avait je n’ai pas pu rester à patienter. Dommage, ce sera pour une prochaine fois.

Voilà le résumé que vous trouverez sur la quatrième de couverture (j’ai fait un copié/collé de celui de la Fnac).

Dans certaines familles, les repas de fêtes se suivent et se ressemblent : mêmes plats, mêmes convives, mêmes discussions. Sauf cette année. Il suffit d’un rien pour que les bonnes manières volent en éclat : non-dits, vieilles rancunes et mauvaise foi vont transformer le dîner de fête en un règlement de compte en bonne et due forme. Et si les repas de famille étaient enfin l’occasion de se dire les choses ? Des dialogues enlevés, des personnages hauts en couleur, Un roman drôle et jouissif ! Avec son talent unique pour…

Mon avis :

Nous sommes le 24 décembre, il est 7 h du matin, tout le monde dort tranquillement avant que toute l’effervescence des préparatifs de Noël se mette en route. Anne, se lève avec un mal de tête, alors qu’Antoine et ses deux enfants Léo et Tom sont dans les bras de morphée. Pas un bruit juste au moment où la sonnerie du téléphone retentit réveillant toute la maisonnée.

Dans toutes les familles, on se retrouve autour de la table, à réfléchir de ce que l’on va bien aborder comme sujet de conversations sans mettre le désaccord entre tous les membres. Seuls, les enfants sont impatients de découvrir leurs cadeaux et attendent impatiemment le passage du Père Noël pour les plus petits.

Dans ce roman, le sujet qu’a abordé Aurélie Valognes a essayé de mettre un point d’honneur pour que les lecteurs se retrouvent ou pas. J’ai aimé ce roman comme tous ses romans que j’attends impatiemment tous les ans à la même époque, où les fleurs commencent à sortir, les oiseaux chantent, le temps s’adoucit et devient plus clément et très agréable donnant davantage envie d’aller se promener.

Je ne peux que vous le conseiller comme tous les livres de cette auteure dont l’écriture reste fluide, agréable à lire et que les couvertures sont simples mais qui d’un simple coup d’oeil nous donne envie de le choisir et de le lire dans une chaise longue à l’ombre d’un arbre, sur une serviette de bain au bord de la mer.

Un été au beurre salé d’Elisha Lowann

Je remercie Maryline Richard éditrice chez Evasions partenaires et Elisha Lowann de m’avoir fait confié le 2e opus en service presse. Le 1er étant « Un hiver au beurre salé » lu, chroniqué sur ce blog. Je vous laisse découvrir le résumé ci-dessous.

Résumé :

Moi, Erwann, gentil poissonnier de 37 ans, désespère de rencontrer la femme de ma vie. Entre ma famille, mon boulot qui m’accapare et ma mère qui me fout la pression… Et si je décidais de m’octroyer un peu de bon temps, cet été ?
Moi, Rozen, 37 ans, comptable par erreur, file enfin le parfait amour avec l’homme de ma vie. Tout serait idyllique si je pouvais devenir maman, ce qui doit arriver bientôt ! Cet été, je vais devoir jongler avec l’ouverture de la nouvelle boutique à La Baule et l’arrivée imminente de mon futur enfant.
Entre les excentricités de mamie caca, mes personnalités multiples et les imprévus, vous pensez qu’on va réussir à s’en sortir ?

Mon avis :

Dans ce second opus de la duologie, nous retrouvons Erwann, Rozen, Yann, Mamie Fanchon dit….. Rozen et Yan filent le parfait amour mais il leur manque un petit être, alors pour en savoir plus, elle va se consacrer à l’ouverture des boutiques de vêtements avec Yan. C’est l’été, les touristes arrivent pour se poser, pour passer de bonnes vacances à la plage, pêcher, trouver l’âme soeur.

Erwann, éternel coeur d’artichaut aimerait se poser, trouver sa moitié, mais c’est en croisant son ami d’enfance, Lorik, surfeur toujours, parti aux 4 coins du monde qui revient passer l’été.

Erwann, notre gentil poissonnier au coeur tendre trouvera-t-il quelqu’un qui le comblera de bonheur ? moi, je sais mais je ne vous dirais rien du tout, je vous laisse lire ce roman, assis à la plage sur votre serviette, votre bain de soleil. Vous passerez un super moment en compagnie de la joyeuse bande.

Un vent de folie et d’amour d’Alex Kin

Je vous propose de lire mon avis sur le nouveau roman feelgood d’Alex Kin, qui est paru fin avril. Voici le résumé et ensuite vous aurez ma chronique, je précise pour les curieux.

Résumé :

Une île paradisiaque en Grèce, une eau turquoise et du sable fin à perte de vue… Le décor semble parfait pour des vacances idylliques. À un détail près : Marion s’envole avec sa mère et ses soeurs, incapables de passer une journée sans se crêper le chignon. Pas sûr que tout le monde rentre indemne de ce voyage 

Mon avis :

Une île paradisiaque, des vacances, un magnifique hôtel avec des services au top, rien de tel pour Marion d’accepter de partir quinze jours en compagnie de sa mère et des soeurs. Ces trois là dès qu’elles se voient c’est pour se crêper le chignon et Marion a le droit de temporiser l’ambiance en essayant de les calmer. Mais son objectif est de bien profiter de ses congés.

Elle va donc voyager avec sa mère en train, puis retrouvera Audrey, l’aînée, la meneuse, très directive, qui veut avoir le dernier mot et qui se vexe dès que l’une d’entre elles est contre ses volontés. Lucie, la petite dernière, étudiante, voit ses vacances pour s’amuser avec les jeunes du coin ou de l’hôtel.

J’ai adoré ce roman car c’est une vraie bouffée d’air frais, à lire allongée sur un transat à l’ombre des bougainvilliers, et surtout du soleil qui chauffe très fort une certaine partie de la journée. J’ai lu ce roman et me suis mise à la place de Marion mais pour en savoir plus, car bien sûr je ne dévoilerais rien du tout, il faudra le lire, soit en format papier, ou en numérique (ebook bien sûr amz) ou epub (fnac).

L’écriture aussi fluide et toujours agréable d’Alex Kin m’a fait voyager sur l’île Grecque. J’ai fait un super voyage, j’ai passé un excellent séjour et je reviens de mes vacances ressourcée avec…………….. ?

Bannière d’été pour le blog

il fait un temps magnifique, chaud, il suffit de prendre un livre et de s’allonger sur une chaise longue pour lire. C’est ce que je vais faire tout à l’heure.

en attendant je vous laisse découvrir ma nouvelle bannière et attends vos commentaires, vos avis. Bientôt une chronique sur le blog.

Bonne journée,

L’immeuble de la Rue Cavendish de Caroline Kant : Tome 2 « Charlotte se cherche »


Un tome 2 de la série « L’immeuble de la Rue Cavendish, qui est aussi bien que le Tome 1 car ce n’est pas une suite mais une autre histoire.

Résumé :

Charlotte est aux anges : elle a trouvé un travail ! Mais très vite, la situation au bureau se dégrade tandis que sa vie personnelle se détraque…

C’est signé ! Charlotte a décroché un job dans une agence d’organisation de mariages et elle a même réussi à négocier ses mercredis après-midi pour passer du temps avec Lou et Gabriel ses enfants.

Adieu, la vie imprévisible de free-lance et bonjour, les revenus réguliers, les congés payés et les pause cafés ! Sauf que…. sa collègue Laëtitia ne semble pas du tout ravie de son arrivée chez « Tous en coeur » et son comportement devient très, très inquiétant…

Pour ne rien arranger, Charlotte se dispute de plus en plus avec son mari Alexandre et se rapproche peu à peu de Thomas, un homme très séduisant qui vient d’emménager dans l’immeuble avec ses enfants. Jusqu’où ira-t-elle ? Et jusqu’où ira Laëtitia ?

Mon avis :

Charlotte, habite dans l’immeuble de la Rue Cavendish, dans l’appartement en face de celui de Margaux avec Alexandre son mari, Lou et Gabriel les enfants. Vous savez la petite fille, fouineuse, curieuse qui rentre dans l’appartement et qui met son nez partout !

Elle a trouvé un job qui lui permettra de pouvoir s’occuper de ses enfants le mercredi après-midi mais également aura les avantages d’avoir un salaire à la fin du mois. Elle sera l’assistante de Christel tout comme Laëtitia, qui était déjà « dans les murs » avant TOUS EN COEUR.

Cette dernière qui vénère sa patronne, Christel qui elle ne perd pas une occasion pour la critiquer tant qu’à ses tenues ringardes, sa suffisance vis à vis des gens, mais elle reste. Laëtitia est-elle mal dans sa peau, rêve t elle de faire du mal à Charlotte qui vient d’arriver à l’agence ?

Entre elles deux, ce n’est pas l’amour ou l’amitié, mais c’est plutôt la haine, la médisance et tous les coups bas que peut faire subir Laëtitia à Charlotte.

Une histoire que tout le monde peut vivre, au travail, dans la vie privée ou autre situation, je vous laisse lire ma chronique et je peux vous assurer que j’ai vraiment aimé ce tome 2 tout comme le tome 1. J’ai noté dans ma liste d’envies pour septembre d’acheter le tome 3.

Caroline Kant a une écriture fluide, très agréable à lire et nous donne envie de connaître les autres tomes.

L’immeuble de la rue Cavendish : Tome1 « Les manigances de Margaux »

Une toute nouvelle série dans le genre cosy mytery : L’IMMEUBLE DE LA RUE CAVENDISH EN 6 TOMES. Le 1er tome s’intitule « 

Voici le résumé :

Que se passe-t-il au 5e étage de l’immeuble de la rue Cavendish ? Margaux, la nouvelle voisine, est à peine installée qu’elle se retrouve à enquêter sur le couple qui vit au-dessus d’elle. Et tant pis si tout le monde pense qu’elle devient complètement folle !

Après une douloureuse rupture, Margaux, la vingtaine, s’installe dans l’appartement que lui prête son oncle, rue Cavendish. Proche des Buttes-Chaumont, l’immeuble ne manque pas d’animation : entre la concierge désagréable qui exige qu’on l’appelle Mme Nathalie, le vieux fou du 2e et l’insupportable gamine du 4e, Margaux trouve à peine le temps de se vautrer devant ses films d’horreur préférés !
Heureusement, elle peut compter sur ses autres voisins : Victoire, Charlotte et Markus répondent toujours présents pour débriefer autour d’un verre. Surtout quand Margaux rencontre le beau gosse de l’immeuble en face ! Mais tout se complique quand des bruits inquiétants s’échappent de l’appartement au-dessus : Margaux décide alors de mener l’enquête, au risque de se mettre elle-même en danger…

Mon avis :

Margaux, jeune femme se retrouve seule, dans l’appartement que lui a prêté son oncle Aurélien, après une rupture sentimentale. Dans cet immeuble, où derrière les portes des appartements vivent des familles, des personnes seules, des couples, la concierge Mme Médard et son horrible clébard aussi aimable qu’antipathique, Guy, homme 60aine, toujours mal habillé, traîné par son chien. Margaux va réussir à se faire une place, des amis, Markus et Jérôme, Victoire, mais aura une idée en tête, celle de mener une enquête sur le couple un peu bizarre du 5e étage les Marchand, Marc et Perla. Elle attend des cris mais à un moment donné, elle veut en savoir plus, pourquoi Mme Marchand est toujours triste, et discute avec Térésa, la femme de ménage qui se fait mal traitée par Mme Nathalie.

J’ai adoré ce premier tome acheté lors de mon escapade à Quiberon lors du salon Fête du livre du 30/04 et 1er mai. J’ai pris le Tome2 car les couvertures m’ont plu les résumés également et le contact avec l’auteure, très agréable et avec qui j’ai discuté un bon moment. L’écriture est fluide, limpide. Je vais poursuivre ma lecture avec le tome 2 que vous trouverez à la prochaine chronique. Je vous conseille vivement de découvrir cette auteure, cette jolie maison d’édition Les escales.

J’ai passé un super moment, impossible de lâcher le roman avant la fin. Vous voulez mon avis : LISEZ-LE.

Une librairie, deux crapulettes, un ermite : joyeux bazar garanti de Sonia François

Résumé :

Mon avis :

Je découvre le premier roman de Sonia François, éditée aux Editions Le loir, qui est une grande lectrice-librinovore et dont les chroniques sont toujours bien présentées. Nous discutons régulièrement ensemble. C’est au cours de nos échanges qu’elle m’a parlé de son futur roman et surtout de la sortie prochaine.

Là, c’est l’histoire de Louise, 38 ans, mariée à Valentin, et maman de deux enfants Léo 11 ans, Constance 6 ans, tous férus de lecture et surtout de Jules Verne dont le nom du bibliobus.

Si vous souhaitez continuer à lire ma chronique, je vous invite à monter à bord du bibliobus « Le Nautilus » avec une belle pieuvre…… En route pour de nouvelles aventures livresques, des rencontres avec de jeunes enfants, des ados, des adultes, des personnes âgées.

Louise, au volant du Nautilus vous emmène dans tous les coins où elle peut s’arrêter pour contenter les petits comme les gros lecteurs. Mais, aidée par Odette, une mamie septuagénaire qui adore mener l’enquête et qui avec un caractère bien trempé sera là pour vous aider.

La joyeuse troupe : Louise, Odette, Antoinette, Hector vous attendent.

Je vous convie à vous le procurer, je pense que chacun d’entre nous a rêvé monter une librairie, un bibliobus, là moi j’étais au volant à la place de Louise. De plus, il paraît qu’il y a la suite qui est en cours d’écriture. Vous me connaissez, j’ai déjà dit à Sonia que je le pré commandais !

Bretzel et beurre salé : Tome 3 « L’habit ne fait pas le moine » Jean et Margot Le Moal

Résumé :

La fin de l’été s’annonce délicieuse à Locmaria. Enfin adoptée par les villageois, Cathie, propriétaire du désormais incontournable restaurant Bretzel et beurre salé, espère bien profiter de la douceur de la côte bretonne. C’est compter sans l’arrivée de son ex-mari…

Ce dernier débarque en effet à la tête d’un projet immobilier des plus controversés: voilà qu’il veut racheter les ruines de l’abbaye bénédictine pour en faire une résidence de milliardaires !
Les esprits s’échauffent, un comité se crée pour bloquer la vente… et le chef de fi le des opposants est retrouvé raide mort près des ruines tant convoitées. Tout accuse l’ex-mari de Cathie. Or, même si c’est un mufle de la pire espèce, Cathie n’arrive pas à l’imaginer en meurtrier. Elle met donc ses rancunes de côté et, avec l’aide de Yann, le journaliste secrètement amoureux d’elle pour qui la région n’a aucun secret, commence son enquête.
Une fois de plus, la joyeuse quinquagénaire se retrouve au coeur des évènements. Coïncidence ? Rien n’est moins sûr…

Le nouvel opus pur beurre salé des aventures de Cathie Wald !


Mon avis :

C’est avec impatience que j’attendais la sortie du tome 3 de la série « Bretzel et beurre salé ». Dès qu’il est arrivé en librairie, je me suis précipitée pour me le procurer. Retrouver Cathie Wald, notre Alsacienne venue s’installer en Bretagne, dans le port de Locmaria, près de Quimper.

Son arrivée n’a pas été facile, mais avec prudence et diplomatie, elle a su se faire des amis et a ouvert son restaurant « BRETZEL ET BEURRE SALE », un mélange de gastronomie alsacienne-bretonne.
Elle a trouvé également, son cuisinier Erwan, jeune homme pas facile au départ mais qui a su se faire accepter et a trouvé sa place au sein de l’équipe que forme Cathie, et les deux serveuses.

Cette fois-ci, il s’agit de l’arrivée inattendue et pas très appréciée de Patrick Kaiser, l’ex-mari de Cathie Wald. Un homme, très grande gueule, agent immobilier strasbourgeois qui est sûr de se mettre beaucoup de ce côté car il a déjà une idée en tête.

Mais, lors d’une soirée bien arrosée, il est soupçonné du meurtre d’un homme qui est opposé à la vente de l’abbaye.

Pour en savoir plus, je vous invite à le lire, dévorer (laissez-en un peu) aux autres lecteurs, de bretzel.

La déraison d’Agnès Martin-Lugand

Je viens vers vous pour vous donner l’avis sur l’excellent et talentueux roman d’Agnès Martin-Lugand d’où le titre « La déraison ». Je suis depuis le début, les écrits de cette auteure que j’affectionne particulièrement. J’ai la chance de la rencontrer régulièrement au salon du livre de Vannes qui se tient en juin. D’ailleurs, cette année, j’ai le privilège de la voir deux fois. De plus, lorsqu’un auteur vous laisse deux magnifiques dédicaces, de quoi faire entrer le soleil dans la maison même s’il brille dehors, eh oui même en Bretagne.

Résumé :

« Un roman envoûtant » Nathalie Iris, présidente du Prix des Libraires. « Comprendrait-elle la déraison, le Grandiose destructeur que j’avais vécu et qui m’avait changée à jamais ? »

Une femme aux portes de la mort.

Un homme incapable d’en finir avec la vie.

Leurs deux voies s’élèvent tout à tour pour nous confier leur histoire, leurs, maux, leurs démons, et plus que tout l’amour fou. Un amour qui inspire, réunit et sauve autant qu’il a pu détruire et séparer.

Mon avis :

Madeleine, quadra, est séparée de Vasco, son meilleur ami devenu mari puis séparée de lui ont créé une agence de voyages. Ils ont parcouru le monde avec leur fille Lisa tout juste sortie de l’adolescence. Atteinte d’une maladie incurable, soutenue par ses grandes soeurs, son mari, sa fille, veut vivre ses derniers instants. Il lui reste peu de temps mais elle a toujours dans son coeur, son amour de jeunesse, celui qu’elle n’a jamais oublié, Joshua, qui a eu dû mal à se remettre de cette rupture mais que l’amour avec le grand A n’a pas su faire autrement que de rêver la retrouver. Un excellent pianiste qui tombe dans l’alcoolisme et les insomnies qui le rongent. Son fils Nathan, essaie par tous les moyens de l’en sortir.

Un rêve, un voeu deviendront-ils réalité ? Pour en connaître le dénouement de ce magnifique roman, je vous laisse le découvrir en vous plongeant bien sûr dedans. Je vous en dis pas plus, juste LE LIRE.