13 POLARS FEMININS EN PROMO

Hello, j’ai reçu un mail il y a 8 jours concernant la promo du 16 au 19 août pour 13 polars féminins de 0.99 € à 3.99 €. Vous pouvez les trouver pour enrichir votre kindle ou votre kobo. Pour les lecteurs réfractaires du kindle, vous pourrez éventuellement contacter les auteures pour qu’elles vous convertissent leurs polars.

Qui ne tente rien n’a rien ! je vais le faire, on ne sait jamais. C’est dan leur intérêt :

Je vous donne les noms des auteures et les titres des polars. Pour les résumés : il faudra aller sur amz !

Vous trouverez leurs livres sur le site Amazon :

https://www.amazon.fr/Larmes-Mari%C3%A9e-nouvelle-Muguette-Lagrange-ebook/dp/B08XQPCNK6/ref=sr_1_4?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=les+larmes+de+la+mari%C3%A9e&qid=1628783846&sr=8-4

https://www.amazon.fr/dp/B08X31X23Z/ref=dp-kindle-redirect?_encoding=UTF8&btkr=1 https://www.amazon.fr/Ecchymoses-CARELLE-D-ebook/dp/B081VFZVZH/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=ecchymoses+carell+d&qid=1628784004&sr=8-1

https://www.amazon.fr/nuit-est-meilleur-moment-journ%C3%A9e/dp/2322182672/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=amandine+lerat&qid=1628784054&sr=8-1

https://www.amazon.fr/Cadavre-l%C3%A9cossaise-Mystery-th%C3%A9%C3%A2tral-%C3%A9pic%C3%A9-ebook/dp/B096BDWQQ7/ref=sr_1_5?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&crid=1D3VHAU5P6IL&dchild=1&keywords=cadavre+%C3%A0+l%27%C3%A9cossaise+-+marilou+rouge&qid=1628784111&sprefix=cadavre+%C3%A0+l%27%2Caps%2C176&sr=8-5

https://www.amazon.fr/Tuer-nest-vivre-Charlotte-Adam-ebook/dp/B073XPPMMK/ref=sr_1_2?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=tuer+n%27est+pas+vivre+charlotte+adam&qid=1628784273&sr=8-2

https://www.amazon.fr/Bleu-du-bonheur-Suspense-psychologique-ebook/dp/B092MJPYLL/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=bleu+du+bonheur&qid=1628784358&sr=8-1

https://www.amazon.fr/MALDONNE-AU-FESTIVAL-CANNES-Maldonne-ebook/dp/B084V64JL9/ref=sr_1_4?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=alice+quinn+maldonne&qid=1628784441&sr=8-4

https://www.amazon.fr/Dans-ventre-Florence-Dalbes-Gleyzes-ebook/dp/B08F7KX7RD/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=dans+le+ventre+de+BK&qid=1628784519&sr=8-1

et les autres, il faut les chercher je pense sur Kobo ou certainement sur amz.

J’espère que mes liens seront bons. Je vous laisse profiter de cette chouette promo. Moi, je vais réfléchir encore pour en prendre.

Erin : Cyril Carrère

Bonsoir à toussssssssss, voici ma chronique sur la nouvelle de Cyril Carrère. J’ai déjà lu un thriller : « Grand froid » dont j’ai fait la chronique en janvier (je vous laisse chercher). Il est l’auteur de « Le grand rassemblement  » et de « Le Glas de l’innocence » (excellentes critiques). Dommage, ils sont en vente sur amz !!!!!!!!!! j’ai eu la chance de trouver le thriller « Grand froid » à la Fnac.

Résumé :

Erin Silva est une femme fragile, naïve, mais profondément attachée aux siens. Alors qu’elle se destine à reprendre le business familial – malgré les réticences maternelles – une succession de malheurs s’abat sur elle.

Désemparée mais convaincue de sa légitimité, Erin remue un passé douloureux. Son but : retrouver les responsables et les faire payer. Au risque de voir s’évanouir les dernières illusions de sa vie d’antan…

Mon avis : Erin, jeune fille, vit avec ses parents, elle est mal dans sa peau, a des tensions régulières avec sa mère et s’entend très bien avec son père. Il tient un atelier de sellerie de cuir pour voitures dans le Nouveau-Mexique. Les revenus ne sont pas glorieux, mais c’est un métier exercé avec passion dont Erin aimerait reprendre la relève. Le soir, en rentrant du collège, du lycée, elle va aider son père qu’elle admire. J’avais envie d’en savoir davantage sur Erin, Maddy (la mère), l’oncle/l’amant.

Mais la vie n’est pas rose, l’avenir n’est pas terrible. Cette nouvelle est trop courte. L’écriture est fluide, le ton est bien donné et nous avons envie d’en savoir plus. Cette nouvelle est le préquel du thriller « Le grand rassemblement » que je vous invite à dévorer. D’ailleurs, si je me le trouve, je le lirais.

Je conseille vivement de lire cette nouvelle ainsi que tous les romans-thrillers de Cyril Carrère.

attribue la note de très bonne lecture

Pour que tu m’aimes un peu : Mélanie RAFFIN

Bonjour, je vous laisse découvrir ma chronique sur le roman de Mélanie RAFFIN « Pour que tu m’aimes un peu ».

Résumé :

Mon avis :

Des jeunes étudiants se rencontrent, Estelle, jeune femme pétillante, sympa qui aime faire la fête avec ses amies mais qui n’a pas du tout confiance en elle et Mathieu, jeune étudiant heureux dans la tête, dans la vie, fêtard le soir, le week-end avec ses amis mais très sérieux dans ses études. Une rencontre, une idylle, une amourette, un grand amour, que se passe-t-il entre les deux ?

Le « je t’aime » moi « non plus » est mise en question tout au long de ce roman feelgood, coloré, sucré, à déguster sur la plage, ou au bord de la piscine sur une chaise longue avec un bon cocktail de fruits sucrés. Je vous vois déjà saliver. Je vous le conseille vivement de le lire car l’écriture est fluide, claire, sans chichis, naturelle.

attribue la note de : bonne lecture estivale

Portrait d’auteur : Sylvain Pavlowski

Bonjour, aujourd’hui, c’est Sylvain Pavloski qui a bien voulu répondre à mon ITW/questionnaire et nous allons pouvoir le connaître davantage. Voici ce qu’il a voulu nous dire, prenons le temps de tout lire.

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis né à Paris en 1961. J’habite en région parisienne. Je pratique la voile et la pêche (mais le no kill hein !). C’est en 2016, après une carrière bien remplie que je me suis décidé de me consacrer à plein temps à l’écriture de thrillers et romans policiers. En 2017 j’ai publié mon premier roman « La menace Blackstone », un succès sur amazon, et j’ai récidivé en 2018 avec « Croyances de sang », un thriller nerveux, finaliste du prix du Quai des Orfèvres, suivi « d’En Apnée », puis en 2019 un polar, « Du sang sur le pavé » qui traite de Mai 68. En 2020 sortait « Profession de foi(e) », puis « Lignes de fractures », publié très récemment.

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

Certains te diront qu’ils ont toujours rêvé d’écrire, que ça s’est imposé à eux comme une espèce d’évidence et toutes ces choses quasi mystiques qui permettent de renforcer dans l’inconscient du lecteur l’idée que l’écriture est une sorte de foie indissoluble de l’écrivain, touché par la grâce et né pour ça. Ben pour moi, ça n’est pas le cas.

J’ai toujours aimé écrire, mais je n’en ai pas eu l’occasion véritablement à cause d’une carrière qui ne laissait que très peu de temps pour souffler. Non, c’est plus récemment que j’ai décidé de me lancer. J’avais bien entendu déjà des pulsions et des projets que j’avais initiés sans jamais les terminer, et puis là, va savoir pourquoi, je me suis lancé avec l’écriture de mon premier techno-thriller, La Menace de Blackstone. C’était il y a 5 ans environ.

2/ Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Tu sais, l’écriture c’est un truc fascinant. Ils sont nombreux ceux qui ont cette envie de mettre sur papier leur histoire familiale, de raconter des histoires, ou d’exorciser des expériences personnelles douloureuses. Une chose est certaine, dans l’écriture il y a une dimension psychologique. Tous les personnages que tu créés en tant qu’auteur sont d’une manière ou d’une autre une partie de toi. Parfois ils en sont l’exact l’opposé, mais il y un lien. Toujours. C’est une projection de toi-même dans le contexte du livre. Une alchimie assez inquiétante quand tu y penses.

Je crois que finalement cette envie d’écrire s’est cristallisée autour d’un besoin, ou même encore plus grave, à travers une mission, celle de donner aux lecteurs des outils pour mieux comprendre la société dans laquelle nous vivons. Une forme de sacerdoce…

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

Pas du tout. J’ai commencé cette aventure comme beaucoup d’autres apprentis écrivains en toute modestie, dans la solitude de mon bureau, sans autre connaissance que celle de mon clavier. D’ailleurs, avec le recul, je pense que c’est une erreur. Je recommande vraiment à tous ceux qui veulent se lancer de partir à la découverte de ce microcosme, avant de plonger. Ca évite bien des erreurs. Le monde de l’écriture et du livre est très codifié, les réseaux sont indispensables pour publier son livre. Tout cela se travaille en amont.

4/ Comment t’es venue l’idée de publier ?

C’est l’inévitable étape qui suit l’écriture, non ? Sinon, pourquoi écrire ? Sauf si c’est thérapeutique, ou si cela correspond à un besoin de coucher sur le papier une histoire personnelle. Pour la très grande majorité de ceux qui écrivent, le désir est quand même d’être lu.

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto édition, sous une maison d’édition ?

J’ai chois l’autoédition en pensant que la dématérialisation des processus de l’édition permettait de toucher un large public. Ca n’est que partiellement vrai. Le monde de l’édition est très bien structuré pour empêcher que l’autoédition puisse véritablement fonctionner. Les prix littéraires ainsi que de nombreux salons sont réservés aux auteurs édités par une ME. Il faut y voir une volonté des éditeurs de se protéger de la montée en puissance de l’autoédition. C’est sans doute une bataille perdue d’avance, mais c’est une évidence. J’aime bien l’idée d’avoir le contrôle sur ma production, de l’écriture à la mise en page en passant par le choix de la couverture. Mais cette liberté a un prix. Manque de visibilité, discrimination en ce qui concerne l’accession aux manifestation auprès du public, refus systématique des librairies d’accueillir des auteurs auto édités. A leur décharge, une large partie de la production auto éditée est une horreur. Des bouquins truffés de faute d’orthographe, de syntaxe… De quoi réduire l’auto édition à quelques livres dont les ME n’auraient pas voulu, alors qu’il s’agit pour de nombreux auteurs de grande qualité d’un choix totalement assumé.

Pour répondre à ta question sans langue de bois, je suis très heureux d’avoir fait le choix de l’auto édition, mais je pense que celle-ci souffre d’un plafond de verre qu’il est impossible de franchir.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

Oui, je m’en souviens très bien. C’est un sentiment mitigé, une grande joie d’avoir terminé ce marathon, qui commence par la phase de recherche et de structuration du roman, avant d’entamer l’écriture proprement dite, puis d’attaquer la relecture et la correction. Une petite année de sa vie, consacrée à une histoire dont l’auteur n’est absolument pas certain qu’elle verra finalement le jour.

Donc, oui, au moment où le premier exemplaire de ton ouvrage arrive chez toi, c’est un moment de satisfaction personnel. Mais c’est aussi une page qui se tourne et pour celui qui est resté longtemps en contact avec ses personnages c’est un sentiment de vide… Mais les choses passent vite. Une histoire en chasse généralement une autre.

7/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Oui, en général je fais des publication sur différents groupes FB, mais aussi sur mon site https://www.sylvainpavlowski.com/

ainsi que sur ma page FB perso

https://www.facebook.com/sylvain.pavlowski.71

8/ As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau est-il en cours d’écriture, futur proche ou lointain ?

Oui, j’ai 6 romans publiés à mon actif à ce jour. 5 d’entre eux proposent des enquêtes avec le même personnage principal, le commandant Pauline Rougier de la brigade criminelle, une jeune femme en adéquation avec son temps, avec ses fêlures, mais qui fait face.

Je viens en outre de publier Lignes de fractures, mon dernier roman, disponible sur amazon

https://www.amazon.fr/LIGNES-FRACTURES-Sylvain-Pavlowski/dp/B098H214C1/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=

J’ai par ailleurs un nouveau projet en cours, mais cette fois ce sera une enquête autonome. L’histoire se situera à Los Angeles. Je pense essayer de tenter l’aventure de l’édition classique pour ce nouveau tome. Il reste encore du travail sur ce nouveau projet, mais j’espère qu’il sortira d’ici le début d’année 2022.

9/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Pas de concours littéraires à proprement parler. J’ai tenté le prix du Quai des Orfèvres il y a 2 ans, et mon 2e ouvrage , Croyances de Sang s’était hissé en finale. Sinon, je participe à des salons, même si ces derniers 18 mois ont été difficiles ce point de vue. Je serai par exemple, au salon « Sang pour sang thriller » à Longperrier le 26 septembre prochain, puis au salon d’Anet le 10 octobre puis un saut en Charente-Maritime, mon autre terre d’adoption, pour un salon à La Rochelle, du 12 au 14 novembre;

Il y aura sans doute aussi vers la fin de l’année quelques dédicaces prévues dans les Auchan et Cultura de ma région (Yvelines).

Merci Sylvain d’avoir répondu aux questions. Vous pouvez trouver ses livres sur amazon mais aussi sur son site dont le lien est indiqué dans la question 7.

Frangines d’Adèle Bréau

Bonjour, je vais vous faire le retour du roman d’Adèle Bréau : Frangines. Difficile d’en faire un sans être très négative. Je vous laisse lire le résumé :

Mathilde, Violette et Louise sont sœurs. Depuis l’enfance, elles vivent leurs plus belles heures à La Garrigue, une bâtisse que leurs parents ont achetée autrefois à Saint-Rémy-de-Provence. Tout les oppose et pourtant rien ne peut séparer Mathilde, éblouissante et dominatrice, Violette, qui a grandi dans l’ombre de son aînée, et Louise, la benjamine, née des années plus tard. Cet été, les frangines se réunissent dans la demeure familiale pour la première fois depuis le drame de l’année précédente. Entre petites exaspérations et révélations inattendues, ces retrouvailles vont bouleverser à jamais leur vie. Car les murs de La Garrigue, gardiens des secrets de trois générations, ne les protégeront peut-être plus.

Avec délicatesse et humour, Adèle Bréau nous plonge dans une histoire de famille qui pourrait être la nôtre et nous fait passer du rire aux larmes.

Mon avis :

Malgré beaucoup d’avis positifs sur ce roman, je dois dire que je n’ai pas du tout accroché à l’histoire. J’ai trouvé beaucoup de longueurs, des situations sympas certes, mais j’ai dû abandonné le roman à la page 200 et il compte 334 pages. Ceci dit, je verrais si je lis un autre roman de cette auteure. J’ai trouvé qu’il manquait de punch, pas assez de tonus.

3 soeurs Alice, Violette et Louise se retrouvent pendant les vacances d’été dans la maison familiale, une belle bastide de St Rémy de Provence. Alice, mariée, mère de Léa et Paul, vit à Paris dans un bel appartement, avec une belle situation, très BCBG, plutôt coincée et avec des idées bien trempées sur l’éducation, l’organisation des vacances.

Violette, séparée du papa de Clarisse, vivent à Toulouse, est plutôt assez cool, plus que l’aînée, heureusement sinon cela ne serait vraiment pas drôle. Elle attend son nouveau compagnon.

Louise, la benjamine, habite proche de sa mère et qui va la voir régulièrement. Elle est infirmière. Elle se sent parfois un peu « rejetée » par ses aînées.

La vie bat son plein, les situations que beaucoup doivent connaître lors de réunions familiales qui durent assez longtemps.

Portrait d’auteur : Christian GUILLERME

Hello tout le monde, vous souhaitez connaître un peu plus sur l’auteur de thrillers Christian GUILLERME, embarquez à bord d’un avion direction Les Seychelles, il vous reçoit sur la plage avec un cocktail de fruits frais. Il a bien voulu répondre à mon ITW/questionnaire.

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour, je suis Christian Guillerme, je vis en Seine-et-Marne. Je suis Business Analyst chez le leader mondial de l’assurance dans le quartier des affaires de La Défense après avoir longtemps été musicien semi-pro dans des groupes de rock en tant que bassiste.

1/Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

Je n’ai commencé à écrire que relativement récemment (février 2016) à la faveur d’une période de 15 jours seul à la maison. Je me suis dit que c’était le moment où jamais, comme ça, sur un coup de tête…

2/ Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Le fait de lire énormément (tous genres confondus). Je me suis dit que j’adorerais aussi inventer des histoires et les coucher sur papier. En fait, j’ai toujours eu envie d’écrire (j’ai une formation littéraire à la base) sans jamais avoir eu le courage de le faire, principalement parce que j’avais la musique en tête, la famille, le sport, le boulot, bref, beaucoup de choses.

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

Non, je me suis vraiment lancé sur un coup de tête, sans aucune connaissance du milieu.

4/ Comment t’es venue l’idée de publier ?

Dès le départ, j’ai écrit avec l’idée de me faire publier, je ne sais pas pourquoi, mais j’étais persuadé que cela pouvait se réaliser même si c’était mon premier roman et que je n’avais absolument aucune idée de comment faire pour arriver à ce résultat.

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition, sous une maison d’édition ?

Non, je ne savais même que cette possibilité d’auto-édition existait. Comme je le disais, je ne connaissais vraiment rien à ce milieu, un vrai novice.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

Etrangement, je n’ai pas souvenir d’avoir vécu cela comme un aboutissement. Pour moi, c’était naturel et le début de la vraie aventure. Bien sûr, j’étais fier d’avoir mon roman entre les mains, c’est normal, mais en même temps je pensais déjà à la suite.

7/ Au moment de la sotie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis) ?

Oui, bien sûr, d’abord vis-à-vis de mes collègues de bureau (je travaille dans une énorme boîte, ça aide…), mais aussi sur les réseaux, principalement Insta et Facebook, mais je n’étais pas vraiment « pro » dans la démarche à cette époque. Je me suis inscrit sur des groupes au petit bonheur la chance, mais heureusement j’ai du flair, seul un groupe de ces groupes s’est avéré une perte de temps par la suite, mais bon, c’est aussi comme ça qu’on apprend hein ?!!!

Je me souviens que mon éditrice de l’époque m’avait dit que ce n’était pas la bonne manière de faire, mais avec l’aide d’une amie, devenue au fil du temps mon agent littéraire, j’ai persévéré, et cela s’est avéré payant… comme quoi, il faut parfois s’écouter.

8/ As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau est-il en cours d’écriture, futur proche ou lointain ?

Je suis l’auteur de « La corde de Mi », mon premier roman, fin 2018 dont j’ai repris les droits et qui va être de nouveau publié chez LBS noir, une belle maison, pour le mois de novembre 2021.
J’ai également à mon actif, Urbex Sed Lex, paru en juin 2020 chez Taurnada, là aussi une très belle maison d’édition. En septembre 2021 paraîtra, Transaction toujours chez Taurnada,. Mon 4e IGH (titre provisoire) en cours de première étape de bêta-lecture et de correction.

Le colysée à Rome

J’écris également sous pseudo pour Harper Collins, collection numérique.

9/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Avant d’écrire La corde de Mi, j’écrivais des nouvelles (dont près de la moitié primée) sur le site de Short Edition. C’est vraiment un exercice très formateur, ça t’apprend la concision et la synthèse. Je ne fais plus faute de temps, mais je suis nostalgique de cette période.

10/ As-tu été invité pour des séances de dédicaces ?

Pour ce qui concerne les salons et dédicaces, 2019 a été bien remplie à ce niveau, mais j’essaie toujours d’en faire le plus possible, surtout depuis que la crise sanitaire de 2020 semble derrière nous. J’adore échanger avec les lecteurs. J’ai d’ailleurs donné carte blanche à Nelly, mon agent, pour me trouver un maximum de dates. Et le moins que l’on puisse dire c’est fait un boulot de fou. Mon planning est plein de mi-septembre à la fin mars 2022, à raison de 3 séances ou salons par mois.

Merci beaucoup Christian de m’avoir reçue et avoir répondu à mon ITW, le cocktail de fruits était excellent.

Le temps d’un livre

J’ai acheté….. et j’assume mon addiction à la lecture

Bonjour tout le monde, vendredi 30 juillet, à peine réveillée, je vois une énième publication du roman de Linda Dasilva et je me dis, aujourd’hui je le prends. Je contacte Linda par messenger et hop je lui demande si elle peut me l’expédier par Mondial Relay uniquement.

La miss est trop contente de faire une vente et moi pressée d’avoir son roman dans ma PAL.

Dimanche, nous avons reçu à déjeuner des amis, et lui a écrit son 2e roman qui s’intitule « Le collège Salvador de Toutankhamon » de Jean-Pierre Bourgeois, dédicacé bien sûr. D’ailleurs, son petit mot m’a fait chaud au coeur car cela m’a valorisé dans ma passion.

Je vous préviens, Funky est à moi, je la garde, elle adore lire et m’aide de temps en temps à choisir mes prochaines lectures.

Puis, le soir, je lis mes mails et Cyril du « ebook en promo » me propose le livre de Mélanie RAFFIN en promo mais version kindle, pfffffffff !!!! c’est l’occasion de faire un petit coucou à Mélanie et de lui demander si elle peut me le convertir en version epub. Chose faite : 1er roman acheté le 1er août. Pour que tu m’aimes dans les pattes de la poilue à gauche.

https://letempsdunlivre.com/2021/06/28/portrait-dauteure-melanie-raffin/

Lundi 2 août, je passe chez Intermarché pour faire 2 ou 3 courses, résultat : j’ai fait mes achats alimentaires mais avant tout je suis passée au rayon livres, ben ouais quoi. J’ai craqué pour la nouvelle collection : Romans éternels, je vous en parlerais dans un autre article. Orgueil et préjugés de Jane Eyre pour 3.99 €. Le livre est magnifique, relié, les pages sont superbes et les dessins extraordinaires.

J’ai trouvé également « La dernière maille de Patricia Hespel ». Un thriller.

Puis hier mardi, j’ai refait de plus grosses courses. Le chaînon manquant de Franck Leduc est arrivé dans mes mains mais j’ai déduit son prix de ma carte U ! je suis repartie avec 2 livres, « Le chaînon manquant » et un offert par le vendeur.

Sur ce, je vous laisse, vous avez d’autres articles à lire sur mon blog : 318 en tout !!!!!

bonne journée et bonnes lectures

Portrait d’auteure : Marie-Thérèse DENIS

Bonjour tout le monde, nous sommes déjà le 1er août, que le temps passe vite. Aujourd’hui, c’est Marie-Thérèse qui a bien voulu nous parler d’elle. Lisons ce qu’elle a à nous dire.

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour et merci de me donner l’opportunité de me présenter aujourd’hui. La cinquantaine, en couple, je suis maman de trois filles de 14 à 22 ans. J’habite à la campagne et travaille en ville comme assistante administrative et juridique.

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? enfance, adolescence ?

A vrai dire, je ne sais pas trop. Je sais que j’avais commencé un début d’histoire alors que je devais avoir autour de 20 ans, mais je ne trouve plus le cahier sur lequel est écrit ce début. C’est très bizarre car, à l’école, je n’étais pas très douée en rédaction. Je n’avais pas d’idée. C’était vraiment mon point faible et j’arrivais tout juste à m’en sortir avec la moyenne.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné envie d’écrire ?

J’étais en congé parental et m’ennuyais un peu. J’ai toujours admiré ceux qui sont capables de créer, que ce soit manuel ou artistique et moi je ne sais rien faire de mes dix doigts !

Je voulais faire quelque chose par moi-même, pouvoir me dire « c’est moi qui l’ai fait ». J’ai eu l’idée d’écrire un livre. Ensuite, il fallait trouver le sujet. Une fois cette étape franchie, j’ai commencé à écrire sur un cahier mais l’histoire a beaucoup dormi. De temps en temps, je la reprenais. Il m’a fallu 17 ans pour la terminer.

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

Non, c’était un milieu totalement inconnu pour moi.

4/ Comment t’es venu l’idée de publier ?

C’est un peu long à expliquer. J’avais envoyé une lettre à l’auteur d’un livre sur JJ Goldman dans lequel apparaissait la citation d’un commentaire que j’avais laissé sur un site de vente en ligne. Imaginez ma surprise ! Dans cette lettre, j’expliquais que j’avais un roman en « brouillon » sur un cahier. Cette lettre, après avoir obtenu mon accord, l’auteur l’a publiée sur sa page Facebook en disant qu’il aimait bien ma plume. Les commentaires de ses abonnés disaient « ressortez votre brouillon ».

C’est ce que j’ai fait.

J’ai donc repris le roman. Je l’ai complété, étoffé, mais le plus difficile restait à faire : trouver un éditeur.

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition, sous une maison d’édition ?

Non, je ne pensais pas à cela en écrivant. Je ne savais même pas qu’on pouvait s’auto-éditer. C’était un milieu totalement inconnu pour moi. J’ai donc envoyé mon roman aux éditeurs au hasard de mes recherches sur internet.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

J’étais très fière de recevoir mes exemplaires et le moment le plus fort a été lorsque j’en ai donné un à ma maman. C’était ma première dédicace. Je n’oublierais jamais son sourire à ce moment-là, d’autant qu’elle n’est plus là aujourd’hui.

Personne ne savait que j’avais écrit un livre. Je suis devenue un peu la vedette à cette époque. Des personnes m’ont parlé alors qu’avant je n’existais pas pour elles.

7/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

C’est à ce moment-là que j’ai créé un compte fbk et une page auteur. J’ai informé ma famille, mes collègues. Mes filles ont informé leurs amis. Tous ont été surpris. Je me suis inscrite à des groupes facebook et ai fait la connaissance de plusieurs auteurs.

J’ai découvert qu’il y en avait beaucoup.

8/ As-tu publié plusieurs romans ? Un nouveau est-il en cours d’écriture, futur proche ou lointain ?

J’ai publié un seul roman. J’en ai un deuxième pratiquement terminé, qui est un peu en sommeil en ce moment. J’aimerais aussi écrire la suite de l’histoire d’Anaëlle car plusieurs personnes me l’ont suggéré, mais il me faut trouver un sujet intéressant qui donne envie au lecteur d’aller au bout du livre.

J’aimerais bien écrire des nouvelles. Pour l’instant, une seule a abouti.

9/ As-tu participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai participé avec « D’où viens-tu Anaëlle ? » au Prix des Auteurs Inconnus. Malheureusement, mon roman n’a pas été sélectionné.

Par contre, j’ai participé au concours « Nouvelles mortelaises en 2020 » et ma nouvelle « Le hasard existe-t-il ? » a été sélectionnée et publiée dans l’ouvrage « Courage » aux Editions Marine Elvin.

J’ai participé à des séances de dédicaces dans un Cultura, un Leclerc et au Salon du livre Richer 49 en 2019 ainsi que dans l’épicerie de ma commune.

10/ As tu été invitée pour des séances de dédicaces ?

Les deux premières ont été organisées par l’éditeur. Sinon, pour les autres, c’est moi qui ai pris les premiers contacts.

Les liens intéressants :

Ma page facebook : https://www.facebook.com/douvienstuanaelle

Deux petites videos que j’ai créées :

Merci Marie-Thérèse d’avoir accepté répondre à mon questionnaire – ITW. Je te souhaite bon vent et de bonnes ventes.

Les traces d’un amour complexe : Cynthia Kimberley

Bonjour tout le monde, je vous souhaite un très bon samedi et un excellent week-end. Prudence si vous êtes sur la route, c’est le chassé-croisé des « juilletistes/aoutiens ». Je vous souhaite du courage pour les bouchons nord-sud ou sud-nord. J’ai terminé le roman policier de Cynthia Kimberley, dont j’ai fait le portrait d’auteure ces jours derniers si vous suivez mes articles du blog !

Résumé :

Mon avis :

Véronica Paros, vient d’intégrer le commissariat de police de Montréal, après avoir été reçue au concours de Lieutenant. Elle a quitté sa ville natale de Montfleur, ses parents, ses amis, la vie dans une petite ville où tout le monde se connaît. La voilà au volant de sa subaru brz bleue.

Dès son arrivée au commissariat, plusieurs enquêtes vont lui être attribuées, sérieuse et pointilleuse comme elle est, elle aura un co-équipier et se fera une jolie place dans l’équipe. L’enquête qu’elle va mener est le vol à l’arrachée d’un sac à main d’une grand-mère Mme Miller et également une autre enquête, celle d’un cambriolage d’un bureau de tabac.

Cette grand-mère est celle de Christopher Leighton, PDG de plusieurs succursales, qui au fil du temps ne sera pas uniquement le petit-fils de Mme MILLER. Un bel homme, grand, une super prestance et beaucoup de charme…….Veronica va-t-elle craquer après son histoire d’amour qu’elle laisse derrière elle et surtout qui l’a meurtrie ? De son côté, Christopher a aussi été échaudé par une histoire d’amour dont il a beaucoup de mal à parler et surtout à oublier.

Dans ce roman policier très bien écrit, l’écriture est fluide, à travers les enquêtes policières, une histoire sentimentale est en parallèle. Un super roman policier avec un fond de romantisme, avec les aléas de la vie de chacun des héros qui ont vécu des histoires sentimentales chaotiques et qui ont dû mal à oublier.

Je le conseille vivement , ceci permet de connaître une autre auteure sympathique, mais à qui ont doit faire l’honneur de mettre ses romans en avant. Bravo Cynthia.

attribue la note de 5 livres : excellente lecture

Portrait d’auteure : Marylène Halimi

Bonjour tout le monde, aujourd’hui, Marylène Halimi, répond à l’ITW. Voici les réponses :

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis retraitée, je lis beaucoup et j’écris. J’ai publié trois livres : un recueil de nouvelles « quelques instants précieux en 2017 chez Claire Lorrain sous le nom de Azencot Marylène, puis un livre autobiographique après le décès de ma maman : « Maman, j’aurais pu… » publié chez Claire Lorrain en 2017. Un roman : La douloureuse plainte des cyprès, publié chez M+Editions en mars 2021, en lice pour le prix Méditerranée du premier roman, sous le nom de Marylène Halimi.

1/ Quand as-tu commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai tenu un journal quand j’étais gamine, puis adolescente. J’ai écrit des poèmes.

2/ Qu’est-ce-qui t’a donné envie d’écrire ?

Je suis passionnée de littérature, j’ai fait des études littéraires et de philosophie qui m’ont conduite à cette passion dévorante.

3/ Avant la publication de ton livre, connaissais-tu d’autres écrivains, éditeurs ?

J’ai rencontré Marek Halter, Delphine de Vignan, Catherine Bardon. J’ai deux éditeurs Marc Duteil M+Editions et Claire Lorrain.

Mes libraires fétiches : Decitre, Fnac, Cultura, librairies du quartier.

4/ Comment t’es venu l’idée de publier ?

Lorsque l’on écrit on a envie de le faire partager, c’est légitime. Forcément on cherche à se faire publier, à se faire connaître.

5/ Pendant que tu écrivais, as-tu eu l’idée de publier en auto-édition, sous une maison d’édition ?

Publication à compte d’éditeur.

6/ Te rappelles-tu ton sentiment lorsque ton premier livre a été publié ?

OUi, j’aime mes deux maisons d’édition.

7/ Au moment de la sortie de ton livre, en as-tu parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Lorsque mon premier livre a été publié, puis les autres, c’est un sentiment de fierté, de reconnaissance, que j’ai éprouvé. Une année d’écriture, en tout cas pour moi, c’est ce délai ! C’est un travail énorme, éprouvant qui sollicite et accapare infiniment. Ensuite, ce sont les relectures, les corrections.

Le Nez dans les Bouquins

Chroniques littéraires et découvertes culturelles

EmOtionS - Blog littéraire

Chroniques, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF, fiction...

Julie-Anne Bastard auteure

romances et paillettes

Le boudoir de Félicie { Lit } Aussi

Les chroniques de bonnes humeurs...

PlumesD'orEtCompagnie

Votre critique littéraire en toute philosophie

Light & Smell

Blog de chroniques littéraires

PAUSE POLARS

Polars, thrillers, littérature, romans, livres tous mes avis de lectures

Les papiers de Mrs Turner

Quand on est plongé dans un livre, le monde autour n'existe plus

Les Paravers de Millina

La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Le blog NetGalley

La page des lecteurs qui recommandent et font la différence.

Du bonheur et des livres...

Le blog pour prendre son bonheur en main !

Bouquins et Papotages

blog de lecture

Le battement des Mots

Critiques littéraires de deux jeunes femmes un peu folles, échappées d'un livre mystérieux et désirant vous inciter à la lecture !

Aude Bouquine

BLOG LITTÉRAIRE

Les lectures de Louise

" La lecture est une amitié " Marcel Proust

Lionel Touzellier

"l'écriture est la peinture de la voix"

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

Camille Baichère

Soyons curieux !

Le “Ressenti“ de Jean-Paul

Parce que lire, c'est vivre…

Ilôt lecture

Mes aventures littéraires !

Le Parfum des Mots - Manga Berugi

Enivrez-vous avec les mots !

Petrosky daily news

Informations futiles et quelques peu culturelles

Chez Sébastien Theveny

Passion d'écrire pour la plaisir de partager

The Eden of Books

Blog littéraire - Chroniques des lectures d'une bibliothécaire belge

Melissa et ses livres

Plonger dans un livre, pour nager dans le bonheur.

Philippe Meisburger Auteur

Site officiel de Philippe Meisburger, auteur.

Le Temps d'un Livre

Bienvenue sur ce blog, lieu de partages et de découvertes littéraires.

Collectif polar : chronique de nuit

Lectures noires, polar, coups de coeur, coup de gueule d'une simple bibliothécaire férue de littératures policières et de l'imaginaire

Les lectures de Mel

"Ne pas posséder un livre, c'est apprécier davantage l'idée de (bientôt) pouvoir en tourner les pages." - Mel R.

Lily B. FRANCIS

AUTEUR INDEPENDANT

La Cocci-Lectrice

Blog Littéraire - "Lire c'est être aussi léger qu'une plume et aussi vagabond que l'imagination !" SophieCsx

Sangpages

ROMANS NOIRS - POLARS - THRILLERS

LittéLecture Blog

Jamais sans un livre !

%d blogueurs aiment cette page :