La déraison d’Agnès Martin-Lugand

Je viens vers vous pour vous donner l’avis sur l’excellent et talentueux roman d’Agnès Martin-Lugand d’où le titre « La déraison ». Je suis depuis le début, les écrits de cette auteure que j’affectionne particulièrement. J’ai la chance de la rencontrer régulièrement au salon du livre de Vannes qui se tient en juin. D’ailleurs, cette année, j’ai le privilège de la voir deux fois. De plus, lorsqu’un auteur vous laisse deux magnifiques dédicaces, de quoi faire entrer le soleil dans la maison même s’il brille dehors, eh oui même en Bretagne.

Résumé :

« Un roman envoûtant » Nathalie Iris, présidente du Prix des Libraires. « Comprendrait-elle la déraison, le Grandiose destructeur que j’avais vécu et qui m’avait changée à jamais ? »

Une femme aux portes de la mort.

Un homme incapable d’en finir avec la vie.

Leurs deux voies s’élèvent tout à tour pour nous confier leur histoire, leurs, maux, leurs démons, et plus que tout l’amour fou. Un amour qui inspire, réunit et sauve autant qu’il a pu détruire et séparer.

Mon avis :

Madeleine, quadra, est séparée de Vasco, son meilleur ami devenu mari puis séparée de lui ont créé une agence de voyages. Ils ont parcouru le monde avec leur fille Lisa tout juste sortie de l’adolescence. Atteinte d’une maladie incurable, soutenue par ses grandes soeurs, son mari, sa fille, veut vivre ses derniers instants. Il lui reste peu de temps mais elle a toujours dans son coeur, son amour de jeunesse, celui qu’elle n’a jamais oublié, Joshua, qui a eu dû mal à se remettre de cette rupture mais que l’amour avec le grand A n’a pas su faire autrement que de rêver la retrouver. Un excellent pianiste qui tombe dans l’alcoolisme et les insomnies qui le rongent. Son fils Nathan, essaie par tous les moyens de l’en sortir.

Un rêve, un voeu deviendront-ils réalité ? Pour en connaître le dénouement de ce magnifique roman, je vous laisse le découvrir en vous plongeant bien sûr dedans. Je vous en dis pas plus, juste LE LIRE.

Quiberon le retour ! un super salon Fête du livre

Ce week-end avait lieu le salon du livre « Fête du livre » à Quiberon organisé par la librairie de Port-Maria. Du personnel au top, adorable, une ambiance bon enfant, pas trop de monde, le bonheur de ne pas à se faire marcher sur les pieds, de pouvoir discuter avec les auteurs, les retrouver, et surtout qu’ils nous reconnaissent.

Ai-je été raisonnable ?

Oui, j’ai acheté 2 livres dédicacés par Caroline Kant, vous verrez les photos bien sûr.

Sonia et Audrey m’avaient fait leurs listes, nous avons des goûts en commun. Après avoir lu Alabama 1963 dont j’ai fait des éloges, les filles m’ont demandé de leur prendre ses romans. Ludovic Manchette et Christian Niemec leur ont laissé chacun une jolie dédicace.

Puis je suis passée chez Laure Manel, pour offrir à Audrey un roman « Le croquant de la nougatine », ne sois pas trop gourmande, la nougatine c’est trop bon mais à déguster en lisant un roman de Laure c’est le top. Je lui ai demandé de dédicacer son petit dernier.

Passons aux livres demandés par Audrey : Catherine Bardon « Les déracinées », j’ai cru que j’allais en avoir qu’un seul. Je ne me voyais pas choisir entre Audrey et moi ! Puis Sarah Briand pour Romy et Simone (de magnifiques et belles personnes mais également d’excellentes actrices).

Pour Sonia, pour un Paris-Briançon de Philippe Besson.

Pour moi, un double pour passer un long moment en compagnie d’Agnès Martin-Lugand. Trois années sans la rencontrer ! c’est long. Cette année je la revois à Vannes. Vous me suivez….

Après je suis repartie à la maison vers 16 h 15, heureuse d’avoir passé une super chouette journée. Comme d’habitude, ma ponctualité a joué le jeu, j’ai cru avoir lu « ouverture du salon samedi à 10 h 30 » et c’était à 14 h. Il a fallu tourner mais pas trop. A 14 h 00 j’étais dans le hall. La foule n’était pas encore arrivée : génial. Vous pensez qu’ils sont rentrés quand moi je partais (question d’organisation).

pour les photos : c’est ici

Pour Audrey :

Pour moi :

Le week-end du 10 au 12 juin, je retrouverais Agnès Martin-Lugand, Carène Ponte, Ludovic Manchette et Christian Niemec, Laure Manel.

Le tourbillon de la vie d’Aurélie Valognes

Ce roman d’Aurélie Valognes est paru en 2021 mais je n’avais pas pris le temps de le lire et là, je l’ai dévoré en 2 jours. Un vrai bonbon de bonheur. A déguster à tout moment de la journée.

Voici le résumé :

Le temps d’un été, Arthur et son petit-fils rattrapent les années perdues. Plus de 60 ans les séparent, mais ensemble ils vont partager les souvenirs de l’un et les rêves de l’autre. Le bonheur serait total si Arthur ne portait pas un lourd secret.

Un roman sur le temps qui passe, la transmission et les plaisirs simples qui font le sel de la vie.

Entre émotion, rire et nostalgie, Aurélie Valognes nous touche en plein cœur.

Mon avis :

Le riche plein d’amour, de nostalgie, les retrouvailles lors d’un été, Louis va passer ses vacances chez son grand-père maternel. Les retrouvailles vont être magnifiques, grandioses, l’un va apprendre à l’autre et vice-versa. Une immense complicité entre un papy et un petit-fils.

J’ai été happée en ouvrant le roman dès les premières phrases et je savais que le poser serait difficile. Je vous le conseille vivement comme tous ses romans. D’ailleurs, je vais bientôt me plonger dans son nouveau qui est paru début mars « Ritournelle ».

Treize auteures + treize nouvelles + 5 saisons = Un recueil

Je me suis absentée quelques temps mais je reviens avec quelques chroniques. Voici mon avis de ce recueil que j’ai énormément apprécié :

Résumé :

Il n’y a plus de saisons, dit-on.

En ces temps de folie climatique, treize auteures aux univers différents se sont penchées sur la question. Remettre les saisons au goût du jour, tout en explorant plusieurs genres littéraires : tel était leur objectif.

De la saison des amours à celle des combats, de l’hiver d’antan à celui d’aujourd’hui, sans oublier les tempêtes que l’avenir nous réserve… Autant de thèmes qui souffleront un vent nouveau sur la planète des nouvelles.

Il n’y a plus de saisons, vraiment ? Nos auteures assurent pourtant qu’il y en a cinq !À vous de trouver l’intruse.

Ce qu’il faut de nuit Laurent PETITMANGIN

Voici le 4e livre que je lis pour le prix des lecteurs U 2022 dont je suis jurée. Je vais vous mettre le résumé ci-dessous et ensuite mon avis.

Résumé :

C’est l’histoire d’un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent, et les enfants grandissent. Ils choisissent ce qui a de l’importance à leurs yeux, ceux qu’ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses. C’est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le cœur de trois hommes.

Mon avis :

Un père de famille de deux enfants se retrouve seul à les élever après le décès de la maman qui apportait la joie de vivre dans cet univers masculin. Les difficultés des relations père-fils (entre Fus et le père) car avec le petit Gillou, tout se passe mieux. Fus est un adolescent qui va devenir taciturne, et surtout faire partir d’une bande d’extrême-droite qui l’emmènera dans un endroit où il n’est pas bon de s’y trouver. Malgré sa passion pour le football et surtout l’équipe de foot de Metz, son comportement changera. Quant à son petit frère avec qui l’amour fraternel est très présent, est devenu un élève bon qui part pour continuer ses études.

Je n’ai pas tellement aimé ce roman, n’ayant pas trop adhéré à l’écriture de l’auteur, mais tout en ayant bien sûr un avis positif, il faut essayer pour pouvoir juger. Peut-être était-ce le mauvais moment pour le lire ? Je ne dis pas qu’il soit mauvais, je lirais si j’ai l’occasion, le 2e pour avoir une nouvelle opinion.

Luna de Séréna Giuliano

bonsoir, voici le 3e retour pour le prix des lecteurs U 2022. Une auteure que j’aime beaucoup, j’adore sa plume et elle me fait voyager à chaque fois. Je prends un vol direct l’Italie, déguster un bon café, de bonnes spécialités italiennes tout en savourant un super roman qui nous emmène directement à Naples.

Résumé :

« J’attrape ma valise et me dirige vers ce qui était autrefois ma chambre. J’ouvre les volets : il y a le balcon, puis la mer, le Vésuve, et toute la baie. Je me retrouve face à mon enfance et à mes souvenirs. »
Luna arrive à Naples contre son gré : son père est gravement malade. Rien, ici, ne lui a manqué. Ses repères, ses amies, son amour sont désormais à Milan. Alors pourquoi revenir ? Pourquoi être au chevet de son papà, au passé trouble, et avec lequel elle a coupé les ponts ?
Mais Napoli est là, sous ses yeux : ses ruelles animées et sales, ses habitants souriants et intrusifs, sa pizza fritta, délicieuse et tellement grasse, son Vésuve, beau et menaçant…
Est-il seulement possible de trouver la paix dans une ville si contrastée ? Et si ce retour aux sources sonnait finalement l’heure de l’apaisement ?

Mon avis :

Lire un roman de Séréna Giuliano est un pur bonheur, ça sent bon l’Italie, j’ai envie de déguster un bon café à la terrasse devant une vue sur la mer à Naples, après avoir mangé une excellente pizza. Mais là, c’est direction l’hôpital où Luna rend visite à son papa qu’elle n’a pas revu depuis quelques années pour des raisons que vous découvrirez en lisant cette histoire.

Elle est partie en emportant une valise et en laissant derrière elle ses amis, son amour, sa famille. Son père est gravement malade, elle est à son chevet. Que va-t-il devenir ? Vont-ils pouvoir se parler ? Moi, je connais la réponse mais je ne vous en dis pas plus car je vous le conseille vivement comme tous ses romans.

Séléctionnée pour le jury des lecteurs U 2022

Bonsoir, un jour de novembre, et au fil de mes voyages sur la toile je m’arrête sur le prix des lecteurs U 2022 et je tente ma chance. J’envoie ma candidature ! Quelques temps plus tard, je reçois un mail me disant que je suis sélectionnée comme jurée. J’étais heureuse et le suis encore de faire partie d’un jury littéraire.

Mi décembre, je reçois les 2 premiers livres dont les auteurs ne me disaient pas grand chose mais comme j’aime découvrir et fouiller la pépite qui peut se planquer derrière celui que tout lit. Alors voici les photos :

Adrien BORNE : Mémoire de soie et Julien RAMPIN : Grandir un peu

vous trouverez les photos et les résumés de ces deux romans dans deux articles différents.

Ce 9 juin 1936, Émile a vingt ans et il part pour son service militaire. Pourtant, rien ne vient bousculer les habitudes de ses parents à La Cordot. Peu importe qu’il les quitte pour deux ans, pas de fierté ni d’inquiétude. Il faut dire qu’il n’y a pas de héros en uniforme chez eux, la Grande Guerre a épargné les siens, même si c’est un temps dont on ne parle jamais, pas plus qu’on évoque l’ancienne magnanerie, ultime fierté familiale où, jusqu’en 1918, on a élevé les vers à soie.
Ce matin, sa mère n’a témoigné d’aucune tendresse particulière. Il y a juste ce livret, fourré au fond du sac de son fils, avant qu’il ne monte dans le bus pour Montélimar.
Ce premier roman virtuose, à l’écriture envoûtante et aux personnages âpres, nous plonge au cœur d’un monde où le silence est règle et la douceur un luxe. Il explore les tragédies intimes et la guerre, celle qui tord le cou au merveilleux, qui dessine des géographies familiales à angle droit. Il raconte la mécanique de l’oubli, mais aussi l’amour, malgré tout, et la vie qui s’accommode et s’obstine.
« Vieille dame un peu loufoque loue appartement meublé à dame de bonne compagnie. Loyer modéré contre menus services. » Cette petite annonce a tout de suite attiré l’attention de Jeanne. À 35 ans, elle décide sur un coup de tête de partir sans se retourner, pour fuir une existence qui ne lui ressemble pas. C’est ainsi qu’elle rencontre Raymonde, une vieille dame fantasque et rebelle, et Lucas, son petit-fils. Tous les trois vont alors tenter de s’apprivoiser, apprendre les uns des autres, et vivre une parenthèse enchantée, à l’abri du monde. Jusqu’au jour où la vie va finir par les rattraper et les obliger à grandir un peu…

Je vous laisse lire et découvrir peut-être les auteurs.

Mes craquages janvier 2022 et le mois n’est pas terminé

Bonsoir tout le monde, je vous souhaite un très bon week-end, oui oui je vais publier cet article ce soir. En ce mois de janvier 2022, j’avais pris mes résolutions le 31 décembre comme tout le monde : « ne plus acheter de livres ». Pour moi, c’est râté ! impossible de mettre cette résolution en place car lorsque je rencontre des livres, ils m’appellent, me sautent dans les bras, dans le sac à livres (oui j’y vais pour regarder avec les yeux mais je ne touche pas). Ils n’ont pas compris, ils m’appellent, pleurent. Moi je craque.

Il faut dire également que je tiens un groupe de lectures et que les auteur(e)s qui sont sur le groupe parlent de leurs livres, promos et moi ben je me fais plaisir. Donc, voilà mes craquages mais j’ai été raisonnable.

J’en ai pour ma liseuse et pour ma bibliothèque. Vous voulez en savoir plus, vous êtes curieux, on continue pour voir ce que j’ai acheté, regardez c’est en bas ici.

En ce qui concerne les livres pour ma liseuse, il y a le thriller, une nouvelle de Florence Jouniaux, dont je vais découvrir l’écriture. Le témoignage de Candice Politis, les 2 livres « développement personnel » de Virginie Sarah-Lou. J’ai lu un roman de Virginie et j’avais beaucoup aimé. J’en ai fait d’ailleurs une chronique sur le blog. Pour Candice, j’ai lu ses 2 premiers romans dont j’ai fait également des chroniques.

En ce qui concerne porté en version papier, je découvrirais les auteures des 2 sagas et bien sûr comme tous les ans, je lis le nouveau de Laure Manel qui nous a fait la surprise de sortir son livre en version livre de poche.

Sur ce, je vais vous souhaiter une belle soirée, et bien sûr

Un coup de pouce pour les associations ELA – RESTAU DU COEUR – WWF

En novembre, comme tous les ans, j’achète les recueils des associations pour leur permettre de vivre car généralement elles sont gratuites, les bénévoles bossent énormément. Là, ce sont également des auteurs de tous genres confondus qui ont écrit une nouvelle. Pour ma prochaine escapade au rayon livres, je vais acheter les trois.

Pour l’association ELA dont le fondateur se nomme ALBA Guy :

voici les auteurs :

Pour l’association Les restau du coeur qui existe depuis des années grâce à Coluche. 1 livre acheté = 4.00 € reversé.

Pour l’association WWF

J’espère que cet article vous aura donné envie d’acheter ces recueils. Moi en tous les cas je vais continuer à le faire.

L’hiver n’est jamais froid au café de l’amour de Julia Nole

Bonjour tout le monde, je vous propose mon avis sur le roman de Julia Nole paru le 6 octobre et que j’ai acheté lorsque j’ai fait mes courses dans une grande surface. Je vous ai même fait un article sur mes emplettes littéraires si vous suivez mes articles ponctuellement.

Résumé :

Mission : sauver Noël (et le café de Madie !)

C’est un fait : depuis que sa grand-mère, Madie, a été placée en EHPAD, rien ne va plus dans la famille de Lili. Sa soeur ne jure que par son travail, son frère frôle coma éthylique tous les week-ends, et voila que son père envisage de vendre le café de Madie. Pourtant, cet endroit est tellement plus qu’un simple café ! C’est une véritable institution dans le village, un refuge où venir se réchauffer et un lieu chargé de souvenirs, qui les a tous vus grandir…. Non, il ne peut pas disparaître. Alors, Lili va tout faire pour le sauver et permettre à sa grand-mère d’y passer un dernier Noël. Même si ça signifie recroiser Tom, son éternel ennemi d’enfance, celui à qui elle doit le surnom de « Liliputienne » ainsi que sa phobie des insectes. Ce garçon moqueur devenu un officier de police très séduisant… mais toujours aussi énervant !

Mon avis :

Madie, grand-mère vient de rentrer en EHPAD. C’est son fils qui l’a placée. Lili, une des petites-filles partie s’installer à Lyon, revient car il est question de vendre le café et elle le refuse catégoriquement. Beaucoup de disputes, de non-dits, chacun pense qu’il est préférable de faire cela mais……. sa soeur travaille énormément et est gravée à son téléphone, élève seule sa fille Chloé, adolescente, mal dans sa peau. Son frère passe ses week-ends à boire. Tous les enfants sont appelés pour discuter de l’avenir du café.

Lili a une idée dans la tête et avec son caractère fort, va tout faire pour le sauver, et passera du temps. Dans ce roman dans lequel je me suis plongée, je me suis mise à la place de Lili, la fameuse héroïne de l’histoire. Une femme dévouée pour son travail à distance, sa famille qu’elle aimerait retrouver comme avant, un soutien de tout le monde, j’ai vraiment aimé cette histoire qui se dévore au pied du sapin ou même dans un canapé, un plaid, une boisson chaude, l’ambiance cocooning. De temps en temps, vous levez la tête et vous imaginez de gros flocons tomber à quelques jours de Noël.

Je peux que vous le conseiller.