Tu sens bon la terre et le soleil : Candice Politis

Voici mon retour pour le roman de Candice POLITIS que j’ai lu où même dévoré tellement son histoire m’a emportée. Je vous laisse découvrir le résumé :

Madeleine a tout pour être heureuse. A presque 30 ans, elle dirige avec passion sa parfumerie à Saint-Jean-de-Luz. Petite dernière d’une grande fratrie, elle a été choyée comme une princesse, sous l’oeil protecteur de ses quatre frères. Estéban l’aîné, mais aussi médecin renommé, fait toujours preuve de prévenance à son égard. Madeleine est aussi l’élue du coeur de Frédéric, l’enfant prodige du pays, devenu pianiste émérite. La vie de Madie fait des envieuses, tant elle est merveilleuse. Oui, en apparence. Jeune femme créative et passionnée, Madeleine se débat pour conquérir son indépendance et accéder au véritable amour, celui qui ne tue pas. Lorsque le voile se déchire, qu’il faut choisir entre la mort et la rébellion, entre la noirceur du réel et la lumière de l’échappée, tout peut arriver.

Mon avis :

Madeleine est une jeune femme, qui éprouve un mal être depuis toute petite. Malgré qu’elle soit entourée par ses parents mais également par ses grands frères, elle n’a pas l’air heureuse, pourtant elle a un amoureux, Frédéric, grand pianiste qui passe son temps entre Vienne et Saint-Jean-de-Luz où son métier est de jouer dans des grands concerts de musique classique.

Madeleine est patronne d’une magnifique parfumerie, métier qu’elle a rêvé d’exercer depuis toute petite. Ses parents surtout son père, est un patriarche très connu dans la région et souhaitait que ses enfants aient une magnifique situation professionnelle.

Un jour, Madie se sentait mal et a avalé une surdose de comprimés la faisant tomber dans le coma. Heureusement, elle s’en sort miraculeusement, grâve à Esteban, le grand frère médecin. Il la prend sous son aile protectrice avec sa femme Nadège. Frédéric revenu de Vienne essaie par tous les moyens de lui sortir ses idées noires de la tête mais……

Dans ce roman qui est un véritable coup de coeur, la situation de Madie, beaucoup peuvent s’y retrouver, le mal être, l’angoisse, le coma, les….. Mais, il suffit d’y croire pour que la meilleure façon de s’en sortir c’est de pratiquer une occupation qui va la sortir hors de l’eau. Je vous en dis pas plus, mais si : CELUI DE LE LIRE. Candice m’a gentiment confié qu’elle écrivait la suite, vous pensez bien que je serais à l’affût de sa sortie. Laissons lui le temps de l’écrire.

Haute saison d’Adèle BREAU

Voilà le 6e roman proposé pour le prix des lecteurs U 2022. Je vous laisse lire le résumé que j’ai pioché sur Babelio.

Un club de vacances sur la côte basque.
Quatre solitudes qui n’auraient jamais dû se rencontrer.
Une histoire d’amitié et de rédemption.
Anglet, fin juillet. À la réception du Club Océan, Germain accueille comme chaque semaine les nouveaux arrivants, avec un mélange de plaisir et d’appréhension…
Au milieu des habitués, certains clients goûtent pour la première fois aux « joies du club ». Chantal, qui débarque sans grand enthousiasme avec ses petits-enfants, Matthias, papa solo ayant cédé à l’appel de l’option « mini-club », et Fanny, venue en famille pour tenter de resserrer les liens, vont plonger dans ce huis clos aussi enjoué qu’inquiétant, dont la feuille de route est claire : faites connaissance et amusez-vous !
Mais qu’a-t-on à partager avec des êtres si différents ? Entre tournois de tir à l’arc, plaisirs du self et jeux apéro, ces vacanciers contraints de cohabiter parviendront-ils à rompre la glace malgré les secrets qu’ils ont emportés dans leurs bagages ? Peut-on réparer ce qui a été brisé ? Faut-il se lever à l’aube pour avoir un transat à la piscine ? Autant de questions à la fois profondes et légères qui portent ce roman solaire, plein d’humour, d’émotion et d’humanité.


Mon avis :

Anglet, fin juillet, place aux vacanciers Aoûtiens, arrivent au club vacances de l’Océan, situé sur la côte Basque. Ils posent leurs valises et viennent de tous les coins de France et même d’ailleurs. Chantal est partie avec ses petits-enfants Romy et Pierre. Elle n’a pas trop prévu ce genre de détente mais sa fille en a décidé autrement. Fanny est partie avec son mari avec qui il y a quelques discordes et ses deux enfants, adolescent et enfant. C’est une jolie jeune femme et fait tout pour « oublier » son handicap. Quant à père divorcé a ses enfants en garde pour la semaine mais ne quitte pas son portable professionnel même au bord de la piscine.

Cette ambiance pourrait être meilleur vu que les animateurs font tout pour organiser ce qu’il faut : cours de gym, de stretching, marche nordique. Le soir, jeux, karaoké. Les seuls à beaucoup apprécier sont les enfants et les adolescents et pensent bien sûr s’amuser sans avoir les parents sur le dos. Il y a aucune crainte à avoir, tout se passe bien.

J’ai bien aimé mais je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout car c’est trop cliché, la grand-mère qui se force à bien faire les choses avec ses petites têtes blondes, le père qui essaie de temps en temps de lâcher son portable mais qui trouve que la situation n’est pas ce qu’il espérait.

Je le conseille tout de même pour une lecture au bord de la plage, de la piscine.

Le craquant de la nougatine : Laure Manel

Bonsoir tout le monde, je viens de terminer le dernier roman de Laure Manel, intitulé « Le craquant de la nougatine ». Un petit bijou de croquant. Vous prenez de la nougatine faite maison, vous trempez dans un peu de chocolat fondu et vous croquez. Vous allez voir, c’est divin.

Résumé :

 » Voilà, je me présente : Romain Piveteau, 42 ans, Niçois d’origine qui-a-gardé-des-O-un-peu-ouverts, restaurateur sympa, père solo qui-fait-ce-qu’il-peut, ex drôle. Ça tient en peu de mots. Il n’y a pas de quoi charmer une comédienne aux allures de déesse romaine.
Quand j’y pense… Alba, déesse romaine… ça aurait pu être un signe pour un Romain comme moi… Il paraît que les couples se fondent toujours sur une espèce de légende originelle… « 

Le cœur a ses raisons qu’on aimerait parfois ignorer

Dans un bus, Romain rencontre Alba. Transporté par le charme éclatant de cette inconnue, il ne résiste pas à l’irrépressible envie de la revoir. Mais osera-t-il faire le premier pas ? Et surtout : a-t-il seulement droit à cette histoire ?

Mon avis :

Romain 42 ans, restaurateur gastronomique avec son ami Thomas, flashe sur une femme assise dans un bus. Ils descendent, il la suit. Mais, que va-t-il se passer ensuite ? la retrouvera-t-il ? que faire lorsque l’on a un coup de coeur, on rêve de cette personne. Dans ce roman, l’auteure nous fait voyager, vivre l’histoire de Romain, Alba, Ally et Léo, mais également tout leur entourage.

L’un a son restaurant à faire tourner, sa vie de famille et ses enfants qui sont sa raison de vivre. Mais il y a cette femme.

Alba, comédienne, théâtre tout comme au cinéma, joue, répète, met tout son coeur dans son métier car sa vie tourne autour de ses voix qu’elle doit approfondir lorsqu’elle sera comme elle espère une bonne comédienne.

J’ai adoré ce roman tout comme les autres, je me suis mise à la place d’Alba mais je ne vous en dis pas plus de peur de spoiler la magnifique histoire. J’ai quitté les personnages que j’ai suivi tout au long des pages et difficile de refermer ce super roman.

Pour moi, c’est un vrai coup de coeur :

J’espère que je vous aurais donné envie de le lire, venez me donner votre avis en commentaire, vous pouvez me trouver également sur :

instagram : @manouedoes ou sur les réseaux sociaux Fbk sur le groupe et la page dont les liens sont sur la page d’accueil.

Les demoiselles : Anne-Gaëlle HUON

Bonjour, j’ai terminé ce roman il y a déjà un petit moment et là j’ai pris un moment pour me consacrer à mes chroniques. Donc vous en aurez tous les jours…..

Anne-Gaëlle, auteure de quatre romans qui se passent dans sa région de coeur : Le Pays Basque, les Pyrénées Atlantiques. C’est le 2e roman que je lis mais pas le dernier vu que j’ai les 4 dans ma bibliothèque et tous dédicacés.

Résumé :

« Il n’y a que trois règles ici, Rosa. La première : ne jamais tomber amoureuse. La deuxième : ne jamais voler l’homme d’une autre. La dernière : ne boire que du champagne millésimé. »
Seule l’une de ces trois règles sera respectée.
J’avais quinze ans quand j’ai pris la route ce matin-là, et une seule idée en tête : rejoindre le Pays Basque, devenir couseuse d’espadrilles, et échapper à mon destin. Jusqu’à ce que je rencontre les Demoiselles. Des femmes fantasques et mystérieuses vivant au milieu des livres, des jarretières et des coupes de champagne. Qui étaient-elles ? Quel secret cachaient-elles ? Libres et incandescentes, accompagnées d’un majordome plus grand qu’une cathédrale, d’un chauffeur louche et d’un perroquet grivois, les Demoiselles n’auraient jamais dû croiser ma route. Pourtant, ces femmes ont changé ma vie.

Mon avis :

1923, Rosa, espagnole 13 ans élevée par sa grand-mère doit la quitter accompagnée de sa soeur pour éviter la misère qui sévit en Espagne. Les jeunes femmes, les mères, partent, traversent les montagnes par tous les temps pour se retrouver à travailler à l’usine d’espadrilles. Entre la cadence infernale et l’entente entre les Françaises et les Espagnoles, elle saura se faire une place.
Puis elle fera connaissance des femmes où la richesse, le champagne coulent à flots, les paillettes, les robes, les années felles des années 1920.

Dans ce roman, nous retrouvons la personnalité de l’auteure quant à sa région de coeur où tous ses romans se déroulent. Elle aime particulièrement les personnes âgées qui sont là pour lui raconter leurs vies d’enfants, de femmes.

Elle a écrit :

Le bonheur n’a pas de rides

Mêmes les méchants rêvent d’amour

Les demoiselles

vous les trouverez en format poche dans toutes les librairies et sites en ligne.

Son dernier « ceux que les étoiles doivent à la nuit » est la suite du roman « Les demoiselles ».

J’ai beaucoup ce roman et je lirais les 2 autres prochainement. Je vous les conseille vivement.

Le goût du gâteau basque de Candice Politis

Bonsoir, il y a environ 3 semaines, j’ai lu la merveilleuse chronique d’Hervé sur le roman qu’il venait de terminer. J’ai aussitôt contacté l’auteure qui est d’une gentillesse, ce qui m’a donné encore plus envie de lui acheter ses romans directement. De plus, j’ai pris les 2 romans : Le goût du gâteau basque et sa suite Le secret de Jeanne.

Une fois le livre ouvert, vous ne pouvez pas le lâcher tellement l’écriture fluide de Candice est merveilleuse, et que l’histoire de Gabrielle/Gaby et Raphaël est magnifique.

Les paysages sont magiques, magnifiques, ils me rappellent de bons souvenirs, les vacances que je passais chez mes grands-parents et les Noëls en famille.. Je reconnais quelques coins qui m’ont donné envie d’y retourner. Peut-être trouverais-je la merveilleuse pâtisserie où Gaby commande le gâteau basque pour le repas dominical et familial.

Un livre voir les deux à glisser dans votre sac de voyage ou votre valise lorsque vous partirez en vacances parmi tous les livres qui vont se joindre à eux deux. J’ai adoré ce roman. Si vous n’avez pas encore bien saisi ce que je veux vous dire : PRENEZ LES ACHETEZ LES. De plus, il a beaucoup de succès et est en rupture de stock, faîtes comme moi, dirigez-vous auprès de Candice Politis sur facebook.

Le temps d’un livre attribue à cette lecture la note de 5 livres : excellente lecture

suite : Le secret de Jeanne