Du pardon……..à l’amour de Nathalie Brunal

me revoilà dans une deuxième chronique, et celle-ci c’est un feelgood d’une auteure que je suis depuis quelques temps. J’ai pour ainsi dire lu tous ses romans qu’ils soient en numérique ou en format papier. L’écriture de cette auteure est limpide, simple, avec des pointes d’humour, qui fait du bien au coeur. Je vous les conseille tous, et ils sont tous chroniqués sur mon blog (rubrique recherche : Nathalie Brunal).

Résumé :

Myrtille, 17 ans, se retrouve à la rue après avoir été chassée par ses parents. Recueillie par Mathilda qui la prend sous son aile, la jeune femme se construit, en tant qu’adulte et mère, auprès de la vieille dame. Les années s’écoulent loin des tourments, mais le passé la rattrape quand elle promet à sa bienfaitrice de renouer avec ses parents. Lorsqu’un drame se produit, elle s’enfuit en compagnie de Margaux, sa fille, pour échapper aux conséquences de ses actes. Elles traverseront la France au volant d’une vieille Coccinelle en quête de la vérité. Un périple semé d’embûches les attend. Myrtille retrouvera-t-elle ses parents ? Leur pardonnera-t-elle d’avoir coupé les ponts… ?
Montez en voiture et attachez vos ceintures, ce duo mère-fille vous entraînera dans une aventure remplie d’émotions. Entre rires et larmes, l’amour fera partie des bagages.

Mon avis :

J’ai adoré ce duo mère-fille après qu’il ait été un trio, mais vous en saurez plus car je ne vous dévoilerais rien du tout. Myrtille, 17 ans souhaite retrouver ses amis le soir du 14 juillet, pour faire la fête, s’amuser comme tous les jeunes de son âge. Mais, ce qui va se passer est un peu triste, elle est chassée de chez elle par ses parents très BCBG très coincés où le sourire et les fous rires n’existent pas.

J’avais envie de me plonger dans ce feelgood à un moment un peu difficile, cela m’a fait du bien, je souriais, et j’avais envie de vivre à la place de l’une des personnages principaux ce qui m’a permise de souffler un peu. Et comme d’habitude, ma note est très bonne, je le conseille vivement aux lecteurs avides de belles histoires.

Un hiver au beurre salé d’Elisha Lowann

bonjour tout le monde, j’ai eu la très agréable surprise de recevoir en SP le livre d’Elisha Lowann, édité aux éditions Evasion Editions avec laquelle j’ai un partenariat.

Résumé :

Avis :

J’ai lu et beaucoup aimé cette romance de Noël seulement maintenant et je ne regrette pas du tout car cela m’a permis de connaître une nouvelle auteure. Elisha Lowann a une belle écriture, fluide qui donne envie de continuer l’histoire de Rozenn, parisienne, 35 ans, esthéticienne, stérile et larguée. A 3 semaines de Noël, elle reçoit l’invitation de sa grand-mère qui habite au Pouliguen en Bretagne. Après quelques instants d’hésitation, elle prend la décision d’accepter cette dernière.

Elle part en train jusqu’au Pouliguen où elle va passer les fêtes de fin d’année en compagnie de sa mamie, de sa mère, de son frère et la famille de ce dernier. Mais, au cours du séjour, elle retrouvera ses amis Erwann et Yann, ses amis d’enfance qui ne l’ont jamais oubliée.

Des secrets de famille vont lui être dévoilés, des souvenirs, faire du vélo, aller au marché, profiter de l’air iodé breton qui va la ressourcer.

Je peux vous dire que se plonger dans un roman sucré au goût de crêpe avec du caramel au beurre salé breton, l’air iodé, les embruns alors que vous êtes confortablement installé sous un plaid au coin du feu, fait énormément de bien.

Je peux que vous recommander cette romance et

Séléctionnée pour le jury des lecteurs U 2022

Bonsoir, un jour de novembre, et au fil de mes voyages sur la toile je m’arrête sur le prix des lecteurs U 2022 et je tente ma chance. J’envoie ma candidature ! Quelques temps plus tard, je reçois un mail me disant que je suis sélectionnée comme jurée. J’étais heureuse et le suis encore de faire partie d’un jury littéraire.

Mi décembre, je reçois les 2 premiers livres dont les auteurs ne me disaient pas grand chose mais comme j’aime découvrir et fouiller la pépite qui peut se planquer derrière celui que tout lit. Alors voici les photos :

Adrien BORNE : Mémoire de soie et Julien RAMPIN : Grandir un peu

vous trouverez les photos et les résumés de ces deux romans dans deux articles différents.

Ce 9 juin 1936, Émile a vingt ans et il part pour son service militaire. Pourtant, rien ne vient bousculer les habitudes de ses parents à La Cordot. Peu importe qu’il les quitte pour deux ans, pas de fierté ni d’inquiétude. Il faut dire qu’il n’y a pas de héros en uniforme chez eux, la Grande Guerre a épargné les siens, même si c’est un temps dont on ne parle jamais, pas plus qu’on évoque l’ancienne magnanerie, ultime fierté familiale où, jusqu’en 1918, on a élevé les vers à soie.
Ce matin, sa mère n’a témoigné d’aucune tendresse particulière. Il y a juste ce livret, fourré au fond du sac de son fils, avant qu’il ne monte dans le bus pour Montélimar.
Ce premier roman virtuose, à l’écriture envoûtante et aux personnages âpres, nous plonge au cœur d’un monde où le silence est règle et la douceur un luxe. Il explore les tragédies intimes et la guerre, celle qui tord le cou au merveilleux, qui dessine des géographies familiales à angle droit. Il raconte la mécanique de l’oubli, mais aussi l’amour, malgré tout, et la vie qui s’accommode et s’obstine.
« Vieille dame un peu loufoque loue appartement meublé à dame de bonne compagnie. Loyer modéré contre menus services. » Cette petite annonce a tout de suite attiré l’attention de Jeanne. À 35 ans, elle décide sur un coup de tête de partir sans se retourner, pour fuir une existence qui ne lui ressemble pas. C’est ainsi qu’elle rencontre Raymonde, une vieille dame fantasque et rebelle, et Lucas, son petit-fils. Tous les trois vont alors tenter de s’apprivoiser, apprendre les uns des autres, et vivre une parenthèse enchantée, à l’abri du monde. Jusqu’au jour où la vie va finir par les rattraper et les obliger à grandir un peu…

Je vous laisse lire et découvrir peut-être les auteurs.

Bretzel et beurre salé « la pilule difficile à avaler » tome 2 : Margot et Jean Le Moal

Bonjour tout le monde, j’ai terminé le tome 2 de la série « Bretzel et beurre salé » qui est très sympa. Je l’ai dévoré en 3 jours, ne lisant que de temps en temps l’a.midi et le soir. Nous voici toujours dans le charmant village de Locamaria entre Quimper et Concarneau. Retrouvons notre charmante Cathie Wald, l’Alsacienne venue s’installer pour ouvrir un restaurant qui marche très bien, comme quoi il fait bon vivre en Bretagne.

Lighthouse of L’Ile Louet as seen from Pointe de Penn-al-Lann, Brittany

Mais là, notre Cathie, lors d’une promenade matinale, découvre sur les rochers de la crique située dessous la belle maison qui lui appartient, un cadavre. Aussitôt, elle contacte son ami Yann, le journaliste et ensemble vont mener leur enquête, en parallèle avec la gendarmerie. Qui est-il ? Que fait-il là ? D’un autre côté, le jeune Erwan Lagadec, embauché comme cuisinier au restaurant « Bretzel et beurre salé » a des soucis mais ne veut en parler à personne même à Cathie et pas plus à son amie Julie. Que cache son air triste et soucieux ?

Rond de Saint-Vincent dans la cour de la fermeMes premieres images de fest-noz

Vous le saurez en dégustant le livre accompagné d’un bretzel au beurre salé ainsi qu’un petit verre de lambic.

J’ai adoré mener l’enquête avec notre super équipe qui s’est agrandie, je n’en dirais pas plus car il ne faut pas dévoiler l’histoire. Juste à lire absolument. Commencer par le tome 1 et suivez les aventures de Cathie Wald qui a également des secrets.

Je vous souhaite une excellente lecture et attribue la note de :

La maison aux miroirs de Cristina Caboni

Bonjour les ami(e)s. Aujourd’hui , j’ai le plaisir de vous parler du nouveau livre de Cristina Caboni  » La maison aux miroirs « .

Voici le résumé :

La maison aux miroirs, une grande villa de Positano, est le seul endroit où Milena, comédienne, se sent vraiment chez elle. C’est là qu’elle a grandi avec son grand-père Michele. Elle en connaît tous les recoins, à commencer par la majestueuse entrée ornée de glaces qui lui vaut son nom.
Mais un jour, pendant l’une de ses visites au vieil homme, des ouvriers retrouvent un squelette sur la propriété. La police ouvre aussitôt une enquête. Michele, malade, semble particulièrement bouleversé par cet événement. Au gré de ses délires surgit un nom : celui d’Eva, sa femme, disparue des années plus tôt.
En quête de réponses, Milena va tenter de percer le mystère qui entoure l’identité de la victime. Pourrait-elle être sa grand-mère, dont elle ignore tout ? Pourquoi Eva, l’Américaine, est-elle partie subitement en abandonnant mari et enfant ?

La maison aux miroirs , est une magnifique villa à Positano , sur la côte amalfitaine en Italie. Milena y vit depuis sa plus tendre enfance en compagnie de son grand-père Michele qui l’a élevé. La demeure n’a plus aucun secret pour la jeune femme. La majestueuse entrée , ornée de glaces est l’œuvre de Michele. Entre le soleil , le mer , le ciel bleu et les citronniers , le lieu est un véritable paradis. Un jour , durant des travaux , des ouvriers découvrent le squelette d’un homme au fond d’un puits. La police ouvre une enquête. À partir de là , les événements s’enchaînent.

La réaction de son grand-père malade et profondément troublé par cet événement , pousse Milena à mener ses propres investigations et découvrir l’existence d’une grande mère Eva , qui a disparu il y a plusieurs dizaines d’années , en abandonnant son mari et sa fille sans aucune explication. Milena va tenter de résoudre le mystère qui entoure l’inconnu du puits et découvrir de nombreux secrets de famille. Pourquoi Eva est-elle partie si brutalement ? Un voyage dans le temps , entre deux époques , au présent et dans les années 60 au temps de l’age d’or du cinéma italien. L’auteure rend également hommage aux métiers comme l’orfèvrerie , la haute couture et le théâtre. Une magnifique histoire qui permettra peut-être à Milena de comprendre son passé et enfin pouvoir vivre sereinement au présent.

Cristina Caboni est une formidable conteuse qui maintient parfaitement le suspense du début à la fin du roman. Un véritable régal.

Les romans de Cristina Caboni sont :